Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJThe Jon Spencer Blues Explosion › Controversial negro

The Jon Spencer Blues Explosion › Controversial negro

cd • 28 titres • 74:06 min

  • 1Get With It
  • 2Can't Stop
  • 3Son Of Sam
  • 4Cool Vee
  • 5Afro
  • 6R.L. Got Soul
  • 7Blues Explosion Man
  • 8Watermain
  • 9Love All Of Me
  • 10Fuck Shit Up
  • 11Hot Shot
  • 12Skunk
  • 13Vacuum Of Loneliness
  • 14Sticky
  • 15The Feeling Of Love
  • 16Down Low
  • 17Dynamite Lover
  • 18Flavor
  • 19Full Grown
  • 20Train #2
  • 21Train #3
  • 22Soul Typecast
  • 23Support a Man
  • 24Greyhound
  • 25Sweat
  • 26Backslider
  • 27’78 Style
  • 28Dissect

enregistrement

Mixé par Jim Waters - Première partie enregistrée live le 25 Novembre 1996 à l'Hotel Congress, Tucson, Arizona.

remarques

9 titres bonus enregistrés au DPC de Tucson, Arizona en 1994

chronique

Styles
black music
blues
punk
garage
rock
Styles personnels
boom bap dynamics applied to rock’n’roll

Un album live du Jon Spencer Blues Explosion, c’est probablement la chose la plus électrifiante au monde après un dvd live du Jon Spencer Blues Explosion (à quand, messieurs les rééditeurs ?), ou plus simplement après un concert de Jon Spencer près de chez vous (à quand, ô crooner priapique, avant que tes tempes ne fussent blanchies à jamais). Soyons brefs mais intenses : Controversial Negro est un monument érigé à la grandeur de Jon Spencer. Et de Russell Simmins, aussi, batteur trapu pas en reste lorsqu’il s’agit de maltraiter spasmodiquement sa minuscule batterie (R.L. Got Soul). C’est là que la furia rock’n’roll, qui incarne la sauvagerie la plus crue, la plus garage, la plus bordélique (dans la droite lignée des Sonics et de Link Wray) de l’homme transpire le plus, en live, sans aucune transition entre les 29 chansons, pourtant captées un peu partout dans le monde (la pochette dit live in tucson mais on entend bien qu’à moment donné le groupe joue en France). Immédiatement, dès les premières secondes qui nous sautent à la gueule, on pense au Live Hardcore Worldwide de BDP, la seule référence possible. Ici aussi, on entend un groupe incontrôlable jouant en pleine osmose avec son public, s’autorisant plusieurs moments d’interactions et de questions-réponses qu’on croyait n’exister que dans le hip-hop (les pics d’intensité étant The Vacuum of Loneliness, Fuck Shit Up et Blues X Man : ‘ladies and gentlemen…” –“ the blues explosion !!” – “that’s right !”). Le public, chauffé à blanc, finit par hurler "fuck yeah !" comme un seul homme. Jon Spencer hurle à la mort, repète le nom de son groupe comme un cri de guerre, en somme : assure comme un controversial negro, comme un KRS One ou un Chuck D, matador impeccable dans une arène cradingue, aux prises avec un public plus nerveux et déchaîné qu’une meute de chacals. Le son est parfait, raw, in your face, sale et méchant. C’est exactement ce qu’un album live devrait être. Cet objet imparable se voit aujourd’hui dûment réédité et augmenté, comme tous les albums du groupe, alors qu’il s’agissait à la base d’un import japonais, le pays du soleil levant ayant eu droit à une quantité effrayante de bonus exclusifs durant la décennie 90, surtout pour ce genre de groupe ayant fait école chez eux (Thee Michelle Gun Elephant).“fuck it !!! eat pussy !! make it loud !! suck a cock !!”.

note       Publiée le mercredi 24 novembre 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Controversial negro".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Controversial negro".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Controversial negro".