Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOpera Multi Steel › Parachèvement de l'esquisse

Opera Multi Steel › Parachèvement de l'esquisse

cd 1 • 15 titres

  • 1Jardin botanique
  • 2Massabielle
  • 3Cathédrale
  • 4Forme et réforme
  • 5Un froid seul
  • 6Prométhée
  • 7Les grands orchestres
  • 8Oraisons minimes
  • 9Le phare
  • 10Si c'est ainsi
  • 11Jezabel
  • 12Grégoire
  • 13Les martyrs
  • 14Spacio Astro
  • 15Tes lèvres, un abat-son

cd 2 • 15 titres

  • 1Mieux les hommes vivent
  • 2Les arbres attendent
  • 3Chambre froide
  • 4Regrets qui s'écaillent
  • 5Des Saints et des Miracles
  • 6Ecran couleur
  • 7Lunettes solaires
  • 8Parfums Esthers
  • 9Toujours ces chants
  • 10Les délices de la moisson
  • 11Heure matinale
  • 12Christ
  • 13Plusieurs 'Amen'
  • 14Angélise
  • 15Par ici où l'homme trépasse

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Frank Lopez (basse, clavier, chant), Patrick L.Robin (chant, clavier), Catherine Marie (chant, percussions), Eric Milhiet (basse, guitare)

Musiciens additionnels : Xavier Martin (guitare), Jean-Marc Bougain (percussions)

remarques

Existe en édition limitée avec un cd bonus dans un sachet spécial accompagné de goodies

chronique

Mon premier album signé Opera Multi Steel fut 'Les Douleurs de l'ennui' acquis en soldes à Paris en 91, je crois...Quatre ou cinq écoutes et je le revendis aussitôt, mon oreille n'étant pas préparée à cette espèce de pop synthétique plutôt cheap ! Près de quinze ans plus tard, me voilà toujours un peu désarçonné face à ce groupe à nul autre pareil mais j'ai réussi à mieux saisir leur philosophie et à y prendre plaisir. Il faut dire que l'approche est plutôt atypique: une pop synthétique minimale mêlée à des textes inspirés par l'Histoire de France, les cathédrales, les chevaliers, la religion, l'art...Si les textes n'ont rien de naïf et regorgent même d'un humour assez personnel limite burlesque ('Massabielle'), il faut quand même s'habituer au chant plutôt léger et à ce parti pris assumé d'une sonorisation très old school, ou moins diplomatiquement dit, un brin cheap...Pour peu que l'on y parvienne, la touche décalée du groupe apparaît assez nettement, l'accroche facile ayant tout d'un leurre laissant croire à une musique innocente à laquelle le pékin moyen aura pourtant du mal à adhérer vu sa texture cold wave médiévale. Pour s'y frotter, pourquoi ne pas tenter cette compilation double cd réalisée par le label brésilien Wave Records retraçant la carrière du groupe de leurs débuts en 1984 à nos jours. Si le premier disque débute avec 'Jardin botanique' résumant le son typique de Opera Multi Steel : boîte très synthétique, orchestrations dépouillées qui sous un habillage new wave empruntent au baroque, voire à la musique médiévale, poésie personnelle et inattendue, c'est véritablement avec 'Massabielle' que mon enthousiasme s'est réveillé. Le leurre mentionné précédemment fonctionne à merveille; derrière l'apparente naïveté de la chanson se dissimule en réalité une mélodie addictive, hypnotique, un feeling très particulier, développé en partie par ce chant limite variété qui m'avait tant rebuté la première fois...Originale, la minimal wave des Français se distingue par les influences anciennes des lignes et les textes uniques comme auront vite fait de le confirmer 'La Cathédrale' (mmm, cette ambiance faussement orientale), 'Grégoire', 'Forme et réforme', 'Si c'est ainsi', 'Un froid seul' qui parvient effectivement à faire frissonner, on ne sait pas très bien pourquoi...Peut-être car le groupe maîtrise totalement ses sonorités et que sous l'apparente simplicité, le professionnalisme de la production ne trompe pas ? Le second cd compilant des pièces plus récentes, on découvre une approche plus cold wave mais toujours marquée d' influences anciennes, orientales ('Parfums Esthers')... Les sonorités acoustiques, électriques, se mêlent à l'aspect synthétique de manière encore plus étroite pour plus de mysticisme ('Christ') balayant l'air de rien l'impression de pop marquant les premiers enregistrements. Le chant masculin s'est affermi, quelques touches féminines s'y joignent (influences du side-project O Quam Tristis ?)...Au final, cette compilation se révèle donc un voyage réellement passionnant et si comme moi, vous étiez un peu frileux à l'égard du groupe, elle pourrait bien vous aider à réviser votre jugement...

note       Publiée le mardi 2 novembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Parachèvement de l'esquisse".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Parachèvement de l'esquisse".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Parachèvement de l'esquisse".

Twilight › dimanche 16 septembre 2018 - 23:22  message privé !
avatar

Je ne crois pas l'avoir commandé celui-là...Enfin, je ne sais plus, je pré-commande trop de trucs ^^. Il me semble que c'était plutôt la réédition de 'Stella Obscura' que j'avais pris...Mais j'ai un doute tout à coup O_0

Richard › dimanche 16 septembre 2018 - 11:42  message privé !

Je viens de recevoir "Au Fief Des Rémanences" le dernier album d'OMS...Je ne sais pas s'il y a des Gutsiens qui ont eu l'occasion d'y jeter une oreille, mais aux premières écoutes, je suis un peu déçu. OMS fait toujours du OMS (synth pop sibylline)...mais ça en devient répétitif...à voir avec le temps.

Note donnée au disque :       
Richard › samedi 30 juin 2018 - 18:50  message privé !

Superbe porte d'entrée pour un groupe définitivement inclassable. "Au Fief Des Rémanences" le petit dernier sortira normalement en septembre.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mardi 15 février 2011 - 08:53  message privé !
avatar

Neva en plus cheap... avec une ambiance d'Elijah's Mantle en plus cheap (et c'est très bien ainsi)

ericbaisons › lundi 8 novembre 2010 - 19:07  message privé !

les titres les plus cold tuent clairement (Céthedrale!!). Un petit coté Neva en plus cheap. Dommage pour le chant trop clair par contre.