Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOld Man Gloom › Seminar II : the holy rites of primitivism regressionism

Old Man Gloom › Seminar II : the holy rites of primitivism regressionism

cd • 17 titres • 58:42 min

  • 1Brain returns to initial state
  • 2Bells dark above our heads
  • 3Branch breakers
  • 4Radio crackles spill down my face
  • 5Hot salvation
  • 6Breath drops out in ice and glass
  • 7Rape Athena
  • 8Roar of the forest rose to thunder
  • 9Clenched tight in the fist of god
  • 10...Only dogs hear (here)
  • 11Jaws of the lion
  • 12Smoke out loud
  • 13Deserts in your eyes
  • 14Meditation in B parts 5 & 6
  • 15Cinders of the simian psyche
  • 16Three ring ocean sideshow
  • 17(sans titre)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Godcity studios de Norwood, MA, USA

line up

Santos Montano (batterie), Nate Newton (guitare, chant), Caleb Scofield (basse), Aaron Turner (chant, guitare), Luke Scarola (bruit)

Musiciens additionnels : Jay Randall (électronique)

remarques

chronique

Side project de l'insaisissable Aaron Turner, chanteur guitariste du groupe Isis et tenancier du fameux label indépendant Hydra Head, Old man gloom représente un véritable aboutissement musical. Une musique lourde, profonde, noire, qui fait mal, prend aux tripes, déboussole complètement et qui au final laisse l'auditeur complètement K.O.. Saturation est un mot qui résume assez bien l'univers de Old man gloom. Ici tout est saturation, jusque dans le plus infime son. Saturation... et oppression. Oppression de l'esprit, oppression des sens, sensation d'étouffement, bref toute la panoplie. Cet opus des américains est une énoooorme réussite, alternant entre un rock sale, pesant, strident mais ultra puissant avec un chant hurlé façon Isis (logique me direz vous) et des passages ambiants bourrés de samples et de sons électroniques (hybride de vieux modem RTC fiévreux et enroué et de sonorités extraterrestres) qui loin de nous faire décompresser, nous écrasent complètement et accentuent encore, si besoin était, le malaise. "Seminar II" est une expérience unique, extrême, et carrément flippante. La rage et la frustration sont ici palpables de bout en bout. A déconseiller toutefois aux angoissés chroniques...

note       Publiée le jeudi 2 mai 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Seminar II : the holy rites of primitivism regressionism".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Seminar II : the holy rites of primitivism regressionism".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Seminar II : the holy rites of primitivism regressionism".

NevrOp4th › dimanche 1 août 2010 - 21:25 Envoyez un message privé àNevrOp4th

La claque.

Note donnée au disque :       
vargounet › samedi 14 janvier 2006 - 02:12 Envoyez un message privé àvargounet
Ben quasimment une heure l'album je trouve ça quand meme long hein =)
Note donnée au disque :       
Møjo › samedi 14 janvier 2006 - 01:38 Envoyez un message privé àMøjo
Vraiment classe, ce bazar... Bien moins accessible et facilement assimilable que les deux suivants, et les passages ambiant tirent souvent énormément en longueur, effectivement, et en tout cas bien plus qu'il ne faudrait, ce qui fait que l'album paraît très long aussi alors que c'est n'est pas le cas... Le titre avec du chant clair balancé n'importe comment est purement jubilatoire, soit dit en passant
Note donnée au disque :       
Intheseblackdays › samedi 6 mars 2004 - 21:14 Envoyez un message privé àIntheseblackdays
Excellent album, mais, à l'instar d'hallu, je lui reproche parfois certaines longueurs dans les passages ambients...
Note donnée au disque :       
Hallu › samedi 10 janvier 2004 - 17:33 Envoyez un message privé àHallu
ouais ya qq chose c indéniable, mais je lui mettrais plutôt 4.5 à cause de la grande frustration qu'il engendre. En effet les passages rock sont excellents, et certains riffs ne sont utilisés qu'une ou 2 fois c très décevant, alors qu'il y a des longueurs au niveau des passages ambients (et ils sont trop nombreux et trop longs ces passages). Un disque plus rock, plus bourrin, avec des passages ambient minimes (juste comme les sgnl sur le celestial d'isis ça suffirait...) serait le bienvenu =)
Note donnée au disque :