Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBArthur Brown › The crazy world of Arthur Brown

Arthur Brown › The crazy world of Arthur Brown

cd • 15 titres • 57:59 min

  • 1Prelude- nightmare (mono version)
  • 2Fanfare - fire poem (mono version)
  • 3Fire (mono version)
  • 4Come and buy (mono version)
  • 5Time/confusion (mono version)
  • 6Prelude- nightmare
  • 7Fanfare - fire poem
  • 8Fire
  • 9Come and buy
  • 10Time/confusion
  • 11I put a spell on you
  • 12Spontaneous apple creation
  • 13Rest cure
  • 14I've got money
  • 15Child of my kingdom

enregistrement

Produit par Kit lambert, co-produit par Pete Townshend (The Who)

line up

Arthur Brown (chant), Vincent Crane (orgue Hammond, claviers), Sean Nicolas (basse), Drachen Theaker (batterie)

remarques

Les titres 1-5 constituaient à l'origine la face A et les titres 11-15 la face B.

chronique

'I'm the god of hell fire and I bring you fire'...Soit utilisées en tant que sample, soit en reprise (Die Krupps notamment), ou même dans leur version originale, il est probable que vous ayez déjà entendu ces quelques lignes...L'homme qui les a signées est celui qui joue le rôle d'un prêtre dans l'opéra rock 'Tommy' des Who, le même qui en 1968 interprétera cette chanson avec un maquillage macabre qui sera repris par Alice Cooper ou avec un casque surmonté de deux cornes en flammes : Arthur Brown. Né en 1944, cet Anglais parti pour étudier la philosophie et le droit va finalement se tourner vers la musique, très brièvement au sein d'un groupe baptisé The Foundations pour commencer, mais leur style soul ne convient pas au jeune homme fasciné par Screaming Jay Hawkins qui s'en va lancer sa propre carrière. Très vite, il se distingue par ses shows théâtraux qui font scandale, notamment lorsqu'il se dénude, se présente affublé d'un maquillage macabre et surtout porte son fameux casque, lequel manquera de causer des dégâts sur scène ou de brûler son propriétaire qui ne devra son salut qu'à deux spectateurs qui l'arroseront de bière... Bref, vous situez le bonhomme. Toujours est-il que son premier album, 'The crazy world of Arthur Brown', fera un carton. Secondé à l'orgue Hammond par Vincent Crane, pianiste autodidacte et dépressif, notre homme nous propose un disque psychédélique et délirant, vaguement occulte mais sous couvert d'humour noir, lequel inspirera également nombre de formations progressives... De par ses liens avec Pete Townshend, il sera produit par Kit Lambert (producteur des Who), ce qui n'ira pas sans heurts, la vision artistique des deux hommes n'étant pas toujours semblable. Arthur Brown tenait beaucoup à son concept de feu qui ne plaisait guère à Lambert... Un compromis est trouvé: la face A lui est laissée tandis que la B sera plus traditionnelle avec notamment deux reprises, une de James Brown, l'autre de Screaming Jay Hawkins. Ce dernier est l'une des influences majeures, notamment dans le chant qui se laisse parfois aller à des envolées complètement folles. Cette face A est tout simplement grandiose. Elle débute avec une montée d'orgue évoquant volontiers The Doors (une autre influence musicale) et un Arthur Brown nous dévoilant la palette de possibilités de son timbre, entre tonalités graves et suraiguës. Avec 'Fanfare-Fire poem', on retrouve des échos de Jim Morrison récitant, sauf que l'Anglais n'hésite pas à se laisser à la démence totale par instant. Intense. Jouissif. 'Fire'... Un hit colossal... mais pas le seul ! 'Come and buy' plus tranquille est très bon aussi, légèrement inquiétant à la manière de Black Widow...Sans être réellement occulte, la musique de Arthur Brown a parfois des accents inquiétants qui ne s'installent jamais, totalement dissipés qu'ils sont par la folie. Je n'ai en tout cas nulle peine à imaginer un psychopathe jouant avec une lame sur le visage de sa victime en lui sussurant la chanson. Coups de cloche, voici 'Time/confusion', plus triste dans le feeling général, le chant y est superbe. Ces premières versions ayant été enregistrées en mono, la réédition cd a pris l'étrange option de les faire suivre aussitôt par les versions stéréo. Il faut attendre la onzième piste pour reprendre le cours du disque avec une reprise du maître Hawkins; bien que plus retenu vocalement, Brown s'inscrit dans la même voie de folie que l'on trouvait, outre chez Screaming Jay, chez James Brown dont la reprise de 'I've got money' n'apparaît donc nullement comme le fruit du hasard. L'une des grandes qualités de Arthur Brown est qu'il parvient à installer de véritables mélodies au sein de ses ambiances barrées comme en témoigne la touche cabaret de 'Child of my kingdom' (je ne serais pas étonné à son écoute que Julian Cope ait beaucoup aimé cet album) qui finit en blues jazzy trippé. Œuvre singulière méritant largement son statut d'œuvre culte, son succès coulera paradoxalement le groupe qui ne parviendra pas à réitérer un tel succès. Vincent Crane s'en ira fonder Atomic Rooster avec le batteur, laissant Arthur Brown seul, lequel se relèvera bien vite pour fonder Kingdom Come, l'un des premiers combos à utiliser une boîte à rythmes, avant de collaborer sur des enregistrements de Alan Parsons Project, Klaus Schulze, Bruce Dickinson, Hawkwind, Die Krupps, sans oublier ses activités de 'thérapeute par la musique'...Personnage de l'ombre mais incontournable, l'influence d'Arthur Brown est de celles que l'on ne peut mesurer tant elle est importante...

note       Publiée le jeudi 7 octobre 2010

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The crazy world of Arthur Brown".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The crazy world of Arthur Brown".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The crazy world of Arthur Brown".

ericbaisons › vendredi 10 décembre 2010 - 22:57  message privé !

exact la version de cathedral est tres correcte, alors que celle d'Ozzy.....

Note donnée au disque :       
Serge › vendredi 8 octobre 2010 - 14:15  message privé !

la reprise par Cathedral est très sympa aussi, sur le EP "Hopkins"

Note donnée au disque :       
taliesin › vendredi 8 octobre 2010 - 12:12  message privé !

GÉNIAL ! De toute manière, rien que pour 'Fire' - sans doute un de mes titres favoris tous artistes confondus...

Note donnée au disque :       
Browning › jeudi 7 octobre 2010 - 18:06  message privé !

J'ai demandé à mon frangin de le trouver chez un disquaire à Paris. Il était vachement surpris de ma demande...Il m'a acheté Alphonse Brown...Bon remarque, ça lui a pas couté cher...

Raven › jeudi 7 octobre 2010 - 13:57  message privé !
avatar

la classe cet Arthur

Note donnée au disque :