Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBGavin Bryars › The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet

Gavin Bryars › The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet

  • 1998 - Virgin, CDVE 938 (1 cd)

cd | 2 titres

  • 1 The sinking of the Titanic [24:40]
  • 2 Jesus' blood never failde me yet [25:57]

enregistrement

Studio of the Department of Physics, University College, Cardiff, Angleterre, 1976

line up

The Cockpit Ensemble (sous la direction de Howard Rees et Howard Davidson), John Nash (violon), Sandra Hill (contrebasse), Gavin Bryars (piano, flûte à bec), Angela Bryars (boîte à musique), Eva Hart (voix), Michael Nyman (orgue), John White (tuba)

Musiciens additionnels : Derek Bailey (guitare), Michael Nyman (orgue)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
contemporain > néo classique

Premier disque à paraître sur le depuis longtemps défunt label de Brian Eno, Obscure, qui s'inscrit très clairement dans la mouvance contemporaine néo-classique, cet album a enfin droit à sa réédition fidèle plus de vingt ans après sa première publication ! Ne comptant que dix titres dans son catalogue, Obscure proposa pendant tout un temps, sous un habillage conceptuellement et esthétiquement soigné, les oeuvres de quelques uns des fers de lance de l'école contemporaine anglo-saxonne parmi lesquels on retrouva entre autres David Toop, John Adams, Michael Nyman, Brian Eno lui-même bien sûr, mais aussi Gavin Bryars. Depuis, les deux pièces qui constituent la charpente de cette première publication signée Bryars ont eu, toutes deux, droit à d'innombrables interprétations, aussi diverses que mémorables. Deux longues pièces instrumentales qui sont, telle une éponge, imbibées d'une mélancolie à fleur de peau. Fasciné par l'anecdote touchante qui accompagne le naufrage du Titanic, qui veut que le quatuor à cordes de l'équipage joua longtemps encore alors que le paquebot sombrait, Bryars joue sur les résonances et nous concocte un mouvement fait de motifs cycliques, inéluctables, implaccables comme la roue du destin, prolongeant le temps et plongeant l'auditeur dans cette fatalité romantique. L'interprétation d'une heure enregistrée pour le compte des Disques du Crépuscule en 1990 incarne sa version ultime. Quant à "Jesus' blood never failed me yet", qui lui aussi a été relifté chez Point en 1993, avec le concours de Tom Waits, il n'a jamais demeuré aussi poignant et renversant que dans sa version d'origine, que nous avons la grande chance de pouvoir savourer ici ; l'orchestration de Bryars, dont l'approche est similaire à celle de "Sinking of the Titanic", vient progressivement renforcer l'enregistrement d'un chant passé en boucle d'un sans-abris, à la fois étrangement serein et désespéré, jusqu'à vous humidifier les pupilles d'émotion. Le genre de truc qui vous prend les tripes et vous noue la gorge.

note       Publiée le jeudi 2 mai 2002

partagez 'The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet".

ajoutez une note sur : "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet".

ajoutez un commentaire sur : "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The sinking of the Titanic / Jesus' blood never failed me yet".

sergent_BUCK › mardi 29 avril 2014 - 22:10  message privé !
avatar

Du coup, faudra que je me ressorte celui là ! écouté qu'une fois y'a quelques années, le premier morceau m'avait mis assez mal à l'aise : cette mélodie apaisée qui nous projette directement dans une salle de réception lugubre, en plein milieu d'un ballet de fantômes sur leur trente-et-un. On se sentirait presque comme dévisagé par les esprits, comme si ce disque n'était en fait pas destiné à nous autres vivants...

Alfred le Pingouin › dimanche 27 avril 2014 - 16:43  message privé !

Ben moi, la version avec Tom Waits, je l'ai trouvée insupportable. Pourtant j'adore Tom Waits, mais ça enlève tout le charme de l'oeuvre d'avoir ces beuglements, ces saillies, ça retire toute la pauvreté volontaire, l'humilité de l'oeuvre de remplacer la boucle par un chanteur qui fait ce qu'il veut. Le sans-abri qui chante dans cette version est jamais complètement en rythme, ce qui fait qu'à chaque fois, l'orchestre se fait toujours surprendre, et se réadapte comme il peut, il y a quelque chose de fort là-dedans. Si tu remplaces la boucle par une vraie voix, tu gagnes contre l'accidentel de l'original.

Note donnée au disque :       
Potters field › mardi 2 juin 2009 - 17:28  message privé !

pis d'autres chro de bryars seraient pas de refus...

Potters field › dimanche 16 décembre 2007 - 22:17  message privé !
la version de Jesus avec Tom waits est pas mal poignante je trouve...
Wotzenknecht › dimanche 16 décembre 2007 - 02:24  message privé !
j'ai écouté la version d'une heure qui est en effet très impressionnante à s'envoyer dans les esgourdes (et dans le coeur !). J'ai évidemment une préférence pour son hommage - le Salt Marie Celeste de NWW - mais Bryars a la paternité et l'aspect dramatique de cette fameuse mélodie hantée à tout jamais.