Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCardiacs › Songs for ships and irons

Cardiacs › Songs for ships and irons

cd • 11 titres • 45 :38 min

  • 1Big Ship5:47 ['Big Ship' EP]
  • 2Tarred And Feathered3:31 ['Big Ship' EP]
  • 3Burn Your House Brown2:37 ['Big Ship' EP]
  • 4Stoneage Dinosaurs5:22 ['Big Ship' EP]
  • 5Plane Plane Against The Grain1:21 ['Big Ship' EP]
  • 6Everything Is Easy!3:49 [inédit]
  • 7There's Too Many Irons In The Fire3:17 ['Too Many Irons...' EP]
  • 8All Spectacular2:35 ['Too Many Irons...' EP]
  • 9Blind In Safety And Leafy In Love2:46 ['Susannah's Still Alive' 12'']
  • 10Loosefish Scapegrace7:46 ['Too Many Irons...' EP]
  • 11All His Geese Are Swans!6:58 ['Susannah's Still Alive' 12'']

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Tim Smith (uk) (guitare, chant lead), Jim Smith (basse), Dominic Luckman (batterie), William D. Drake (claviers), Tim Quy (percussions), Sarah Smith (saxophone)

remarques

Compilation de morceaux hors-albums comprenant les EP « Big Ship » et « There’s too many Irons in the Fire », plus une poignée de faces B.

chronique

Styles
jazz
pop
progressif
rock
psychédélique
Styles personnels
nutella-core (© gulo)

Ecoutez ce groupe. Je vous le somme. Sans déconner [*de toutes façons vous ne lisez que les intros de chroniques, bande de cloportes vomitovores]. Notre pays, friand de groupes de ska blancs comme des cachets en tout genre, dans lequel Madness à toujours été fortement apprécié, ferait bien de découvrir enfin les Cardiacs, groupe qui pervertit la bonhomie de ce style pour y insuffler un peu d’une folie pas douce pour un penny… Non, à la vue de l’un de leurs nombreux clips, les Cardiacs ressemblent plutôt aux Deschiens du rock. Avec la jolie saxophoniste dans le rôle de Yolande Moreau… Un style que les Zutons auront sans doute un peu repris à leur compte, mais passons. Les Cardiacs doivent être découverts. Et Songs for Ship and Irons est un excellent panorama de l’étendue de leur registre. Vous aimez Mr Bungle ? Vous avez aimé Black Sea de XTC ? Qu’attendez vous encore ? Le monde Burtonien et un tantinet dérangeant des Cardiacs vous ouvre ses petits bras potelés. Bienvenue sur le Big Ship, peut-être LE titre culte et emblématique du groupe (il y en a tant), à l’origine du nom de leur album On land and in the sea. Un véritable monstre : les synthés agglutinés fondent réellement sur vous comme les 38èmes rugissants, vous offrant sur un plateau et dès la première écoute la vision de ce "Gros Bateau" ballotté par des flots géants, des vagues démesurées… Tandis que l’équipage chante bras dessus bras dessus l’hymne pour marins murgés au rhum qu’est la coda du morceau, une apothéose comme il en existe peu. Qui peut résister à un tel rouleau compresseur ? Il faut attendre Stoneage Dinosaurs pour retrouver une telle sensation grisante d’espace et de liberté sonore. Vous vous souvenez du diplodocus en plastique de votre enfance ? [*si vous êtes une fille, sachez que je ne vous connais pas, mais vous me les cassez déjà]. Eh bien il est revenu de la déchetterie, il a bien grandi, et compose la rythmique pas chydermique pour un sou [* franchement, j’ai honte] de ce titre en marchant avec ses grosses pattes au rythme d’à peu près 12 BPM [*mais de vrais BPM cuits à point]. C’est grandiose. Le reste des chansons est globalement beaucoup plus uptempo, avec basses caoutchouteuses et martèlement du synthé jusqu’aux crampes dans les doigts [*le solo de There’s too many irons in the fire, par exemple, c’est de la mé-Charlie Oleg School]. Eh mais attendez, là, je crois que ce gros schizo de Tim Smith m’a transmis son mal incurable, je ne vous ai pas encore parlé du tube débilitant All Spectaculaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa[*de toutes façons il radotait. Et puis le vrai point d’orgue du skeud, c’est Loosefish Scapegrace, alias le gnard baveux et hyperactif de Supertramp et Sleepytime Gorilla Museum, mais pour les clanpins qui ne connaissent que Supertramp, on dira simplement que ça rend hystérique et béat, et que la progression épique contient plus de mélodies orgasmiques que de staphylocoques dans un ravioli de restau chinois. Si vous êtes un staphylocoque chinois de sexe féminin, vous sortez immédiatement. Dans le cas contraire, il vous reste All his geese are swans, ce qui signifie "Toutes ses oies sont des cygnes", et qui en dit long sur la beauté à dénicher ici parmi les phrasés mongoloïdes et les plans ska-punk farcis aux amphèt’. Car ce titre est une instru superbe et digne du plus grand Danny Elfman, encore un sur qui la France et la Navarre se pignole régulièrement, alors faites chauffer le peer 2 peer bande de mouligasques (de toutes façon tout ceci n’est plus édité depuis une plombe), et comme disait Doc Gyneco " La crise sera cardiaque dans les foyers français".]

note       Publiée le samedi 11 septembre 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • XTC › Black sea
    XTC - Black sea
    Que des albums à thématique marine, dont voici le cousin british et pas encore trépané.
  • Mr. Bungle › Disco Volante
    Mr. Bungle - Disco Volante
    L’orythorinque platypus, la petite anguille des abysses, et la raie… cardiaque ? Aïe
  • The Beatles › Magical mystery tour
    The Beatles - Magical mystery tour
    Parce que tout, dans les Cardiacs, relève des plus bas penchants de Lennon, de ses mimiques de sinoque à sa prose nonsensique dans ses "poèmes"
  • Gentle Giant › Octopus
    Gentle Giant - Octopus
    [*David Douillet, Gentil Géant, tu fais rêver tous les enfants, ohhhhh david douillet...] Florent Pagnino, sort de ce corps.

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Songs for ships and irons".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Songs for ships and irons".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Songs for ships and irons".

22goingon23 › mercredi 20 août 2014 - 21:16  message privé !

un succulent pot au feu de ferrailleur ou une bonne jelly des dimanches pluvieux. Sublime solo de dame Smith sur Stoneage Dinosaurs après une intro de haute volée.

Note donnée au disque :       
Pifouboy › samedi 30 octobre 2010 - 21:49  message privé !

Hello. Il est tout a fait évident que l'une des influences de Tim Smith et de ses fous d'acolytes est Gentle Giant. Le lien n'est pas toujours présent mais saute aux oreilles dans les passages instrumentaux ou les breaks. Je considère pour ma part que les Cardiacs est ce qui est arrivé de mieux a la musique depuis Frank Zappa. La convalescence de Tim Smith qui cloue le groupe au sol est terriblement longue, voire flippante. L'absence de communication autour de son état de santé ne me laisse pas augurer du bon. Quelqu'un a des infos à ce sujet ? Il reste plusieurs disques a chroniquer, bon le sublimissime "Guns".

sergent_BUCK › mercredi 15 septembre 2010 - 17:45  message privé !
avatar

Octopus. Y'a un petit quelque chose dans la manière de composer qui se rapproche du style baroque des Cardiacs, la névrose en moins :)

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 15 septembre 2010 - 00:55  message privé !
avatar

Sgt>> tu veut dire, David Douillet ? (groland joke inside) hummm, j'avoue que là tu a l'oreille plus fine que moi, qui suis loin de connaître tout gentle giant, mais à quel album penses-tu en particulier ? ça ferait une chouette recommendation (j'aime pas en avoir en nombre impair)

devin › dimanche 12 septembre 2010 - 14:17  message privé !

Merci pour cette chro, j'ai découvert les Cardiacs ici et depuis je suis fan. Avec Bungle et quelques rares autres, c'est un des derniers groupes qui m'enthousiasme. Joyeux, flippé et donc vital.