Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYellow Magic Orchestra › Rydeen

Yellow Magic Orchestra › Rydeen

  • 1980 • Alfa ALR-701 • 1 LP 33 tours

45t • 2 titres • 00:00 min

  • 1Rydeen
  • 2Absolute Ego Dance

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Haruomi Hosono (basse, électronique, claviers, arrangements), Ryuichi Sakamoto (claviers, électronique, percussions), Yukihiro Takahashi (batterie, percussions, électronique, voix)

remarques

chronique

Styles
electro
musique électronique
new wave
pop
Styles personnels
télématin galactique

1979 était définitivement l’année YMO. Après le succès foudroyant de leur premier album, qui sera donc remixé par un certain Al Schmitt, producteur de variet' west coast de son état, pour les marchés occidentaux, gagnant au passage une pochette potable trahissant moins le côté side-project du truc ; ce sera toute une batterie de singles qui déferleront sur le monde, tandis que YMO remplit déjà de grosses salles aux USA. Quasiment tous les titres du premier album finiront en single… Certains montrent le groupe prenant la pose dans son studio au milieu des cables électroniques, en costard et nœud pap, comme le charmant petit orchestre exotica composé d’androïdes farceurs qu’ils sont. Il faut dire que le studio, ils l’auront squatté non-stop jusqu’en 81, comme le rythme de leur sorties va le montrer. Rydeen est donc le premier single extrait de Solid State Survivor, deuxième album enregistré au début de l’année. Peut-être leur morceau le plus populaire et emblématique, un titre dans le style du premier album, mais volontairement tubesque et emphatique, utilisé comme bande-son pour la gymnastique du matin des écoliers japonais encore 20 ans après sa sortie, il paraît. Il faut dire que dans le genre galvanisant et matinal, difficile de trouver mieux. Certaines éditions de ce single comportent le très drôle Cosmic Surfin’ en face B, ce qui forme en quelque sorte un adieu à la frénésie du premier album, en avance de 20 ans sur la mode de l’électro 8-bits. L’opulence innocente des tout débuts est déjà derrière nous. Plus jamais le groupe ne retrouvera ce style à part, à la fois terriblement désuet et totalement personnel, typiquement japonais dans sa schématisation et sa précision mélodique. Absolute Ego Dance, en face B sur certaines versions, est un aperçu de la nouvelle direction prise par le groupe… Moins farouchement japonaise, plus « apaisée », d’une certaine manière. Au même moment YMO commence à se trouver un look et une identité bien définie, à l’image de cette « techno pop haircut » brevetée par Sakamoto, et vite adoptée par tous les salarymen de l’archipel, et qui vient en fait des musiciens classiques… Rien d’étonnant pour un mec qui a passé des années à l'ultra-select université de Tokyo à étudier les musiques électroniques et ethniques, jusqu’à obtenir le grade de « kyojyu » (professeur) qu’il a en poche avant d’aller enfin s’amuser un peu en solo et au sein de YMO...

note       Publiée le vendredi 3 septembre 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Rydeen".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rydeen".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rydeen".

(N°6) › lundi 2 juillet 2012 - 13:22  message privé !
avatar

Les deux morceaux aussi.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › lundi 2 juillet 2012 - 08:22  message privé !

Cette pochette est phénoménale.

Alliage › mercredi 6 octobre 2010 - 15:38  message privé !

Ce Rydeen, c'est le mouvement perpétuel.

Note donnée au disque :