Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFloodland › Decay

Floodland › Decay

cd • 10 titres

  • 1Enthymeme
  • 2Dorian
  • 3Morning won't come tonight
  • 4Rainchild
  • 5Dark town
  • 6Pile of delusion
  • 7Coincidence
  • 8Decay
  • 9Rejected
  • 10First flower after the flood

enregistrement

Hacienda Studios, Zirovnice, Tchéquie

line up

Christian Meyer (chant, programmation), Bernhard Wieser (guitare), Harald Schmid (basse, clavier), Markus Schmid (batterie, loops)

Musiciens additionnels : Hana Kosnovska (chant féminin)

remarques

chronique

L'eau semble avoir une symbolique importante pour Floodland; outre le nom, il y avait le lac sur la pochette du précédent opus et cette fois-ci, les couleurs, l'aspect des images du livret sont traités comme pour donner une impression sous-marine. Le groupe n'aura pas attendu trop longtemps pour donner un successeur à 'Ocean of the lost' et s'il n'a pas perdu les éléments qui faisaient son identité, ce nouvel enregistrement me semble légèrement plus gothic rock dans l'ensemble. Ce n'est pas ce que laisseraient supposer les deux premières chansons qui évoqueraient davantage Deine Lakaien avec de la guitare (surtout sur l'excellent 'Dorian'); les rythmiques électroniques sont mises en avant au mixage et le chant de Christian Meyer, dans son timbre, ses modulations rappelle celui de Alexander Veljanov. Rien de surprenant, cet élément m'avait déjà frappé sur le disque précédent. 'Morning won't come tonight', plus théâtral de par ses arrangements et le jeu d'orgue annonce une orientation différente où les guitares vont s'affirmer davantage. Dès 'Rainchild', Floodland s'aventure sur les terres de Garden of Delight mais de manière plus passionnée, grandiloquente, moins sèche (ce titre n'est d'ailleurs pas sans évoquer une autre formation allemande, Love like blood), sans chercher à s'enfermer dans des schémas trop stricts et en travaillant les ambiances. Et ça marche une fois encore, l'équilibre entre les canons gothic rock et une touche électronique fonctionne à merveille, le chant sonne puissant, convaincu, un brin théâtral parfois peut-être mais ce n'est pas pour me déplaire, surtout avec des compositions de cette qualité...L'album se termine sur cette belle image de vie après la destruction; si l'eau les inspire ainsi, ne changeons rien surtout.

note       Publiée le jeudi 12 août 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Decay" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Decay".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Decay".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Decay".