Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGPeter Gabriel › Peter Gabriel 1 Car

Peter Gabriel › Peter Gabriel 1 Car

9 titres - 41:28 min

  • 1/ Moribund the burgermeister
  • 2/ Solsbury hill
  • 3/ Modern love
  • 4/ Excuse me
  • 5/ Humdrum
  • 6/ Slowburn
  • 7/ Waiting for the big one
  • 8/ Down the dolce vita
  • 9/ Here comes the flood

enregistrement

Enregistré et mixé aux studios Morgan, Londres, et Olympic studios, Londres. Enregistré par Brian Christian. Produit par Bob Ezrin.

line up

Jozef Chirowski (Frontal keyboard, Barbershop), Larry Fast (synthétiseurs et programmations), Robert Fripp (guitare électrique, guitare classique, banjo), Peter Gabriel (voix, claviers, flûte à bec), Steve Hunter (Full frontal guitare, guitare électrique et acoustique, guitare rythmique, pedal steel), Tony Levin (basse, tuba, leader du Barbershop quartet), Jim Maelen (percussions, synthibam, Bones et barbershop), Allan Schwartzberg (batterie, directories), Dick Wagner (chœurs, guitare solo sur the flood et fin slowburn), The London Symphony Orchestra.

chronique

Styles
rock
pop

Trois ans après son départ de Genesis, Peter Gabriel entame avec ce «car» sa carrière solo. Comme souvent dans ces cas-là, le premier recueil proposé est d’une variété déconcertante, et montre de fait plus un artiste qui se sent enfin libre de faire ce qu’il veut, plutôt qu’un artiste qui sait vraiment ce qu’il veut. Mais entre son talent naturel pour le bizarre et le générique fort gouleyant (Fripp, Levin, Larry Fast…) de cet album, on a là un excellent disque. Parmi les récurrences on trouve les guitares très en avant et aux lead puissants, une qualité mélodique constante, une volonté de sortir dès maintenant des arrangements pop rock classiques, notamment dans le traitement de la matière rythmique, la basse, les synthés et les guitares, qui s’associent, par exemple, dans «Moribund…», pour tisser tout au long du couplet une curieuse toile de fond à l’étrange mélodie de chant. Le refrain, explosion rock seventies, tranche dans le vif avant de disparaître à nouveau, pas une percussion n’est nécessaire. Dans cet album Peter Gabriel va donc également jouer de la structure courante du morceau rock. Couplet, refrain, pont ou solo, tout cela est assez scrupuleusement respecté dès ce premier album. Mais l’artiste y voit déjà l’occasion de surprendre. Les diverses parties qui composent les morceaux sont souvent très différentes l’une de l’autre, dans le rythme, le son, et l’impact mélodique. Mais en se servant de l’habitude de l’auditeur pour ce type de structure Peter Gabriel se permet ces juxtapositions osées et ne nous rebute pas, au contraire : il nous ballade. La grande majorité des morceaux fonctionne en progression. A l’image du tube «Solsbury Hill», folk-song au départ, puis entre la guitare rock, puis les arrangements synthés-symphoniques jusqu’au final qui se veut une envolée de pop épique comme on en trouve bien d’autre dans ce «car» (Slowburn, Here comes the flood). «Excuse me» est une étrange pièce qui après une intro de soul-gospel se transforme en chansonnette années 30. «Humdrum» commence comme du Doors (à part la voix évidemment), puis s’affirme dans le tango avant d’être saucissonné par des ponts pop acoustiques puis symphoniques. Un patchwork, c’est certain, mais tout cela se tient parfaitement, et à travers cette diversité, on ressent déjà le tempérament particulier de cet ancien chanteur de prog... De manière plus globale, l’album est le plus rock (Modern love, Down the dolce vita…) du bonhomme, (les guitares sont vraiment excellentes), le seul, aussi, qui lorgne encore vers le symphonisme. «Here comes the flood» est une perle de progression pure… douce au piano, d’abord, puis le refrain, les envolées… un morceau vraiment prenant. Souvent grandiloquent, ce disque n’en dégage pas moins un sentiment d’ironie musicale, à travers des intros, des ponts curieux. En se cherchant, en tout cas, Peter Gabriel trouve déjà pas mal de bonnes choses. Le note distante est à prendre dans le contexte d’une carrière et d’une personnalité forte à venir… mais ça vaut bien 5/6.

note       Publiée le mercredi 1 mai 2002

partagez 'Peter Gabriel 1 Car' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Peter Gabriel 1 Car"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Peter Gabriel 1 Car".

ajoutez une note sur : "Peter Gabriel 1 Car"

Note moyenne :        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Peter Gabriel 1 Car".

ajoutez un commentaire sur : "Peter Gabriel 1 Car"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Peter Gabriel 1 Car".

AlXX › lundi 31 mars 2014 - 22:11  message privé !

Forts relents de Who sur Modern Love.

Note donnée au disque :       
Ramon › dimanche 7 juillet 2013 - 14:38  message privé !

Voilà un album délicieusement vintage, produit par un maestro du style et interprété par des musiciens que l'on retrouve sur quelques chefs d'oeuvre seventies. Outre les classiques (quel solo de guitare sur Humdrum !) les autres morceaux nous font découvrir un Peter Gabriel en quête de style après ses années passées comme frontman chez Genesis et comme souvent cette quête s'avère être bien plus passionnante que sa résolution.

Note donnée au disque :       
zugal21 › jeudi 9 mai 2013 - 09:05  message privé !

Comme toujours avec Gabriel : sérieux et intelligent. Novateur, aussi, dans l'ensemble ; non ?

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › mardi 26 octobre 2010 - 17:33  message privé !

Gabriel délaisse ses costumes et son théâtre pour un accoutrement et une attitude sur scène plus typique des rockeurs de ces années. N’allons pas croire toutefois que l’artiste allait se plier plus que ça aux stéréotypes musicaux de l’époque. Gabriel a quitté Genesis pour se permettre d’explorer plus amplement la musique et c’est ce qu’il a fait. Si on ne peut plus vraiment le rattacher au mouvement rock progressif, n’en demeure pas moins que plusieurs passages, sonorités et la structures évolutive de certains morceaux en découle directement. Considérant en plus cette voix unique, il est difficile de dissocier totalement Gabriel de Genesis sur ce premier album. « Car » est effectivement très riche en influences diverses. D’un titre à l’autre, et même d’un passage à l’autre, Gabriel voyage dans les styles. Le plus étonnant est que tout coule plutôt bien, sans maladresse. On le sait maintenant que l’artiste était en pleine quête d’identité musicale à ce moment, ce qui aurait pu être considéré comme une faiblesse de l’album, mais je trouve que l’œuvre est présentée avec une belle confiance malgré tout. Faut dire que Gabriel a su à nouveau s’entourer de musiciens très talentueux. Des mentions spéciales évidentes à « Solsbury Hill » et « Here Comes the Flood » bien que l’album entier est globalement intéressant. Pas celui que je suis tenté d’écouter le plus souvent mais il figure aisément dans les bonnes choses que PG nous a offert dans sa carrière.

Note donnée au disque :       
Progmonster › samedi 27 juillet 2002 - 08:26  message privé !
avatar
Attention, "Exposure" figure sur le second album de Peter Gabriel !
Note donnée au disque :