Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLimbo › Cospiratorium: the ice line

Limbo › Cospiratorium: the ice line

cd • 13 titres

  • 1Prologue
  • 2Obedience
  • 3Red latex Jesus
  • 4Rising vapours
  • 5Lovestein
  • 6Dialogue/Who goes there ?
  • 7Deep sleep
  • 8Widowmaker
  • 9The nightcomers
  • 10Sex must be tragic
  • 11The hidden matrix
  • 12Vines of the serpent
  • 13Epilogue

enregistrement

Michelangelo's Studio, Italie, 1999

remarques

Titre 2 (avec Kirlian Camera); titre 3 (avec Sigillum S), titre 4 (avec Kebabträume), titre 5 (avec Nightmare lodge); titre 6 (avec Templebeat); titre 7 (avec TH26); titre 8 (avec X.C.R.); titre 9 (avec Le Forbici di Manitù); titre 10 (avec Runes order); titre 11 (avec Atrax Morgue); titre 12 (avec Kinetix et Drift); titre 13 (avec T.A.C.)

chronique

Alors que 'Continnum: the fire front' se présentait comme un album de reprises, ce second volet propose des collaborations avec quelques-uns des plus importants artistes de la scène electro et indus italienne des 80's et des 90's. Le résultat final sonne très proche du Limbo de 'L'être et le néant' et témoigne du goût toujours plus prononcé de Gianluca Becuzzi (déjà impliqué dans son nouveau projet, Kinetix) pour le domaine technoïde...Musique froide à l'image de la pochette, fruit d'expérimentations entre breakbeats, distorsions de voix, effets, nappes glacées, rythmes dansants...Mode ambient cinématographique avec Nightmare Lodge, dansant avec Kebabträume, plus agressif avec Templebeat, digitalisé avec TH26 ou dark wave à la Limbo avec Le Forbici di Manitù, sans oublier l'indus glauque avec Atrax Morgue...Le résultat final n'est pas mauvais mais bien que les ambiances soient diversifiées, on s'interroge quant à l'apport des autres artistes tant Limbo, projet multi-directionnels et varié, aurait pu enregistrer seul ces pièces sans que cela ne choque qui que ce soit. Un peu paradoxalement, alors que la patte du groupe reste forte (au niveau des sonorités notamment), l'identité Limbo a tendance à se diluer quelque peu...Peu de chant, moins de mélodies pour plus d'atmosphères, d'expérimentations. Ce disque s'adresse donc principalement aux fans d'electro ou du moins de l'aspect le plus expérimental des travaux de Gianluca Becuzzi. Si ce n'est de loin pas l'aspect que je goûte le plus, quelques belles réussites se dégagent: les pièces ambient avec Runes Order, T.A.C. et Nightmare Lodge, la collaboration avec Le Forbici di Manitù, étonnamment sage et traditionnelle ou le son plus dur et grinçant de 'Sex must be tragic' avec Atrax Morgue. Je suis nettement moins passionné par les breakbeats de 'The hidden matrix' ou par la pop synthétique de 'Red Latex Jesus' trop facile dans la composition, pareil pour la lourdeur de 'Lovestein' relativement pauvre dans ses textures...Chacun jugera selon ses affinités. A noter que le troisième volet qui se voulait une représentation de Limbo sur scène se changera en une forme de best of suite au changement de label après la faillite de Energeia...Projet intéressant et ambitieux, cette trilogie n'aura de mon point de vue que partiellement atteint ses objectifs même si elle clôt honorablement la carrière de Limbo.

note       Publiée le mercredi 11 août 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cospiratorium: the ice line".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cospiratorium: the ice line".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cospiratorium: the ice line".