Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLimbo › Continuum: the fire front

Limbo › Continuum: the fire front

cd • 14 titres

  • 1Intro
  • 2If I die
  • 3Ghostrider/Zipper
  • 4Infos of death/Sick in your mind
  • 5Actions O.T.M./I have no mouth
  • 6Heart and soul (and more)
  • 7Interlude
  • 8Twilight Fields (Teuko)
  • 9Trance Euro XS
  • 10Convincing people
  • 11Remind/The act
  • 12Nutri il mio ego/Der Mussolini
  • 13Alone (to be)
  • 14Outro

enregistrement

Michelangelo Studios, Italie, 1998

line up

Gianluca Becuzzi (chant, musique)

remarques

Titre 2 (Virgin Prunes); titre 3 (Suicide/Unit Moebius); titre 4 (Neon/Klinik); titre 5 (Suicide Commando/Black Lung); titre 6 (Joy Division); titre 8 (Kirlian Camera), titre 9 (Kraftwerk), titre 10 (Throbbing gristle); titre 11 (Orbital/Clock DVA); titre 12 (Einstürzende Neubauten/D.A.F.); titre 13 (Colin Newman)

chronique

Début 1998, Limbo débute ce qui constituera son ultime travail, plutôt conséquent d'ailleurs puisque 'Continuum: the fire front' n'annonce rien de moins qu'une trilogie, une sorte de regard sur une carrière et ses divers aspects, comme pour boucler la boucle, permettre au projet de s'éteindre en paix. Pour ce premier épisode, Gianluca Becuzzi a choisi de rendre hommage à divers artistes l'ayant influencé (Virgin Prunes, Suicide, Joy Division...), avec qui il a collaboré (Kirlian Camera ou simplement qu'il apprécie. Loin de lui l'envie de proposer de stériles reprises, ces nouvelles versions porteront sa marque et il n'hésite d'ailleurs pas à mêler deux titres en un ou, comme dans le cas du groupe de Ian Curtis, à carrément proposer un medley de plusieurs compositions. Bien que la palette de genres (de la cold wave à l'indus en passant par l'EBM) couverte par ces différents formations soit assez large, 'Continuum: the fire front' sonne remarquableent unifié et cohérent; le disque est très marqué du son Limbo dernière époque, soit entièrement électronique, froid, sec, limite angoissant par instant. Notre Italien a su s'approprier totalement des lignes nullement de sa plume pour les relire à sa manière, tenter d'être original, n'hésitant pas à chanter dans sa langue. Ces mutations sont parfois surprenantes ainsi le mélange Orbital/Clock DVA sous forme d'un bon morceau technoïde assez efficace; la fusion D.A.F./Einstuerzende Neubauten suit une voie semblable, assez correcte; quant au pot-pourri Joy Division, il tient plutôt bien le relooking électronique. D'autres pièces se rapprochent davantage de l'exercice de style même si Limbo s'en sort honorablement (Virgin Prunes, Suicide/Unit Moebius), quant à la reprise de Kirlian Camera, elle est presque courue d'avance vu le nombre de fois où Becuzzi a travaillé avec eux. En intro, au milieu et en final, trois pièces instrumentales signées Limbo comme pour rappeler qui reste le maître de cérémonie. Pari réussi au final mais qui pourrait peut-être froisser quelques puristes qui reprocheront une démarche égocentrique et un certain de nombre de libertés prises par l'artiste avec les chansons d'origine. 4,5/6

note       Publiée le mercredi 11 août 2010

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Continuum: the fire front".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Continuum: the fire front".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Continuum: the fire front".