Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCuddly Toys › Trials and crosses

Cuddly Toys › Trials and crosses

cd 1 • 12 titres • 51:08 min

  • 1It's a shame
  • 2Trials and crosses
  • 3Action
  • 4Columbine's song
  • 5Fall down
  • 6One close step
  • 7Normandy nightfall
  • 8Lo and behold
  • 9Malice thru the looking glass...Pierrot lunaire
  • 10Angel stations
  • 11Rooms and pictures
  • 12One close step

cd 2 • 15 titres • 58:08 min

  • 1Someone's crying
  • 2Dancing glass
  • 3Broken mirrors
  • 4Slide
  • 5Bring on the ravers
  • 6Frodo's song
  • 7Rooms and pictures
  • 8C.O.3
  • 9Angel stations
  • 10Razor games
  • 11Every time
  • 12The boxer
  • 13Big ship
  • 14The big until
  • 15It's a shame#2

enregistrement

CD1: titres 1-9, Londres, Angleterre, Barges Studio, Vineyard Studios, Nagasaki Studios, août 1981. Titres 10-12, Nagasaki Studios, Londres, Angleterre, mai 1982.CD 2: Titres 1-5, Kingsway Studios, Londres, Angleterre, octobre 1982. Titres 6 et 12, Sun and Red Shop Studio, Londres, Angleterre, 1980. Titres 7-9, Londres, Angleterre, Nagasaki Studios, décembre 1981-février 1982. Titres 10 et 11, 1982. Titre 13, Birmingham, Angleterre, Rich Bitch Studio, mai-juin 1985. Titre 14 enregistré live au Mean Fiddler, Londres, Angleterre, 1985. Titre 15, Irlande, 1987.

line up

Charlie Morgan (batterie), Sean Purcell (chant, choeurs), Terry Noakes (guitare), S.Paul Wilson (basse), David Kovacevic (claviers, choeurs), Robert Barker (batterie, percussions), Tony Baggett (basse), Willy Surgeoner (claviers, saxophone)

remarques

CD1: Titres 1-9 extraits de l'album 'Trials and crosses'; les titres 10-12 sont des inédits. CD2: Titres 1-5 extraits du EP 'Someone's crying'; titres 6 et 12 extraits de 'Lord of the rings'; les titres 10 et 11 sont des démos des sessions avec Promises.

chronique

Styles
gothique
pop
rock
Styles personnels
glam pop décadente

Sean Purcell avait l'étoffe d'une star; il ne l'a pourtant jamais été. Avant lui exista un certain David Bowie et son erreur fut de se contenter de rester dans l'ombre du maître, tant visuellement que vocalement. Que dire également quand les musiciens de son groupe arborent le look des New York Dolls mais quatre ans trop tard ? Trop tard, vraiment ? Mais choisit-on sa destinée ? Qu'importait pour les Cuddly Toys que le glam soit passé de mode, c'était écrit sur leur gueule qu'il y étaient condamnés. Ils s'étaient bien essayés au punk sous le nom de Raped, sans grand succès. Quant à leur premier et pourtant bon album, il n'avait pas eu le retentissement escompté, leur attitude et leurs frasques ayant souvent supplanté la musique dans l'imaginaire collectif. Alors que la formation initiale commence à se désagréger, que les nouvelles compositions peinent à trouver suffisamment d'éclat, Sean va confier sa carrière (car il apparaît de plus en plus que la diva, c'est lui et rien que lui) à un manager peu scrupuleux qui lui conseille de voler les masters du nouvel album en cours afin de renégocier les conditions avec la maison de disques. Ce qui sera fait et
bien que notre chanteur n'ait pas totalement goûté à cette manière de procéder, il en profitera largement, ainsi que d'un temps de studio indécent accordé par sa
compagnie...Quoiqu'il en soit, ce nouvel album se voulait plus dans l'air du temps (la new wave synthétique était alors en plein boum), moins tourné vers les 70's...mais comment lutter quand le glam est en vous ? Si les nouveaux musiciens avaient des looks sobres, que Sean Purcell ressemblait davantage à David Sylvian que Ziggy Stardust, il est évident que le glam rock hante les compositions de 'Trial and crosses'. Certes les synthés ont supplanté les orgues, la production se veut plus moderne, dans la lignée des premiers Ultravox...Or ces derniers n'étaient-ils pas
justement de grands fans de Roxy Music ? Toujours est-il que la musique de Cuddly Toys ne parvient pas à s'extirper totalement de ses racines glam et c'est tant mieux car si Sean Purcell n'a jamais dépassé le stade du David Bowie de seconde classe, cela ne signifiait pas qu'il était dépourvu de talent, bien au contraire. Quant aux nouveaux musiciens recrutés, ils n'étaient pas manchots eux non-plus, du coup 'Trials and crosses' propose une belle collection de pièces imparables, moins marqués par l'influence de David Bowie; nous retiendrons le titre éponyme, 'One close step', 'Lo
and behold', 'Fall down' ou encore 'Normandy night fall'...Les mélodies sont efficaces, les rythmiques post-disco entraînantes en diable, le tout corsé d'une
touche mélancolico-décadente, quant aux bonus proposés, soit des sessions inédites, ils sont tout aussi bons. Les rééditions de chez Jungle étant décidément bien pensées, un second cd nous est proposé incluant notamment les compositions du mini 'Someone's crying' où l'influence de Ultravox et Gary Numan est notable ('Dancing glass') mêlée d'éléments plus durs comme l'excellent 'Broken mirrors' plus proche des anciennes racines glam. Au chapitre 'curiosités', une version de 'It's a shame' réenregistrée par Sean Purcell en Irlande avec adjonction d'instruments traditionnels et un chant plus clair, des démos de ce qui aurait dû être le groupe Promises que l'excentrique chanteur fonda avec le musicien Phil Pickering après avoir décidé qu'il en avait marre de Cuddly Toys sans oublier quelques inédits...Sean Purcell avait l'étoffe d'une star mais pas les épaules. Il n'aura été qu'un chanteur doué, charismatique et instable...Lui qui finira anonymement sa vie en Irlande n'était peut-être après tout qu'un artiste entier et sincère pas vraiment fait pour la célébrité ?

note       Publiée le mardi 3 août 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trials and crosses".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trials and crosses".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trials and crosses".