Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMauthausen Orchestra › Dedicated To J. Goebbels

Mauthausen Orchestra › Dedicated To J. Goebbels

k7 • 9 titres • 57:24 min

  • 1Untitled8:42
  • 2Untitled5:12
  • 3Untitled13:33
  • 4Untitled0:55
  • 5Untitled2:10
  • 6Untitled11:00
  • 7Untitled0:32
  • 8Untitled8:30
  • 9Untitled2:41

remarques

Le groupe n'est à notre connaissance pas politisé. Merci de lire la chronique où le contexte de provocation est abordé.

chronique

Vous qui vous apprêtez à dégainer un commentaire outré, je vous arrête tout de suite : oui, on sait, Joseph G. était un personnage peu fréquentable ; oui, on sait, dédier sa cassette à un salaud est de fort mauvais goût ; oui, on sait, la provocation est un vilain défaut. Voilà, et c'est parce qu'on sait tout cela qu'on relativise d'entrée l'imagerie nauséabonde dont a pris soin de se recouvrir l'ami Zoppo. On se souviendra aussi que ce type de bravade était monnaie courante à l'époque : chacun crânait à qui mieux mieux, sa provocation sous le bras, à faire son dandy du nihilisme triomphant... avant d'en rire sous cape une fois le rideau tiré. Et à ce jeu-là, il fallait plutôt aller chercher du côté d'un Bennett ou d'un Best pour trouver le summum de la surenchère ; je vous renvoie respectivement aux compilations «Für Ilse Koch» (Come Organisation) et «White Power» (Iphar), qui marquèrent l'année 1982. Et puis, pas de quoi s'indigner non plus : après tout, ça n'est que de la musique. Alors justement, parlons-en de musique, d'autant plus que Zoppo signe ici l'une de ses cassettes les plus réussies. En guise de face A, ce sont des pièces d'une rare destruction qui nous sont jetées en pâture, des pièces terriblement statiques, déchirées par la distorsion et les modulations, étouffées par un méprisant filtre isolationniste. Aucune sémantique, pas même l'ombre d'un rire cynique ne viennent justifier quelque démarche. Rien d'autre qu'un brouillard lo-fi qui n'a d'autre raison d'être que d'installer une ambiance de plomb. J'avoue avoir rarement entendu aussi sinistre ; objectif largement atteint, donc. La face B s'avère relativement plus dynamique, puisqu'un larsen s'y bat contre des tape voices inquiétants dont on ne parvient pas à déceler l'origine (seraient-ce des singes que l'on entend à un moment ?), pendant que de lugubres et sourdes percussions métalliques se chargent de parachever une ambiance morbide à souhait. Ce qui y est évoqué fait largement appel à notre inconscient, à nos névroses ; chacun se trouvera donc probablement confronté à ses propres angoisses, à sa définition du mal, à ses bas instincts. A l'analyser, c'est peut-être une part de nous-même que révèle l'écoute de cette cassette. Extrême et glaçant.

note       Publiée le samedi 24 juillet 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dedicated To J. Goebbels".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dedicated To J. Goebbels".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dedicated To J. Goebbels".

Demonaz Vikernes › jeudi 6 août 2015 - 10:51  message privé !

Je possède la réédition vinyl chopée un peu par hasard. Plaisant mais pas indispensable.

Note donnée au disque :       
VL › jeudi 10 mai 2012 - 11:51  message privé !
avatar

poursuite de la discographie prévue, au moins jusqu'à Raising Vapours. Pour les travaux récents, on verra. En revanche, je ne me lancerai pas pour Atrax Morgue (à mon gout trop de déchet sur la quantité), et le laisse donc à d'autres chroniqueurs.

Kronh › jeudi 10 mai 2012 - 04:42  message privé !

Autant Atrax Morgue me parait plus un malade mental qu'un artiste, autant Mauthausen Orchestra à l'air plus "sérieux" dans sa démarche, mais tout les deux me fascinent, inexorablement. En tout cas, ils méritent tout deux une bonne place ici. Mauthausen Orchestra, qui s'est reformé et continu de produire, est vraiment un projet fascinant, et cette oeuvre fut une révélation pour moi, très dense et extrêmement homogène, presque extatique. Je tiens par la même à féliciter VL pour son excellent travail d'archives à propos de ces enregistrements qui ne sont encore trouvables parfois, que sur un seul blog.