Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlut Aus Nord › Memoria vetusta I "fathers of the icy age"

Blut Aus Nord › Memoria vetusta I "fathers of the icy age"

7 titres - 45:12 min

  • 1/ Slaughterday (the heathen blood of ours)
  • 2/ On the path of wolf… towards Dwarfhill
  • 3/ Sons of wisdom, master of elements
  • 4/ The forsaken voices of the gosthwood’s shadowy realm
  • 5/ The territory of witches / guardians of the dark lake
  • 6/ Day of revenge (the impure blood of theirs)
  • 7/ Fathers of the icy age

enregistrement

Composé par Vindsval pour Blut aus Nord, 6 strings basse par Yra Aeterna, enregistré et mixé par Vindsval.

remarques

L'année de parution n'est pas précisée sur le disque. 1996 est un choix par défaut. Si vous en savez plus, n'hésitez pas.

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
black metal

La nappe sordide et profonde qui ouvre cet album ne laisse aucun doute sur l’origine de la musique qui va suivre. C’est noir jusqu’au bout des ongles. Le black-viking (viking pour la filiation évidente à Bathory) de Blut aus Nord relève des origines : Bathory, Celtic Frost, mais avec une inclination pour le old dark heavy façon Venom ou même Black Sabbath, représenté par des solos très mélodiques, au son soudain plus lumineux. Il y a aussi les lenteurs, les lourdeurs puissantes, dérangeantes, où la voix féminine et plaintive alliée au clavier nous oriente presque jusqu’au doom triste des premiers Septic Flesh. "On the path of wolf…" est ainsi traversée d’une formidable ampleur mélodico-dramatique, reprise par les synthés, les voix et les solos croisés. Cette musique est en effet très soignée, l’ambiance est finement recherchée par des chœurs masculins profonds et sombres, des riffs blastiques issus de l’école scandinave, des riffs lourds de tradition britannique, mais surtout, un souffle épique permanent, sans cesse relancé par des crescendos mélodiques vraiment prenants. Mais c’est du pur black, sale, noir, triste et beau. Les guitares rythmiques viennent directement du Necrohell. Le son est remarquable, pour ceux qui aiment l’authentique. La voix black est excellente, une fusion inespérée de Ihsahn et Nocturno Culto… implacable ! La froideur et la distance de toute cette musique lui donne une grandeur étonnante. Malgré ces mélodies, cette variété des voix, il y a un côté très désincarné dans tout cela. Du point de vue du son, cet aspect vient de toute cette reverb, de la froideur des guitares et du si surprenant clavier. Du point de vue artistique, on peut dire que Blut aus Nord force le respect par son intégrité noire, mais aussi par cette capacité à y intégrer sans remords l’effet théâtral et mélodique. Une cohérence improbable, mais largement atteinte. Blut aus Nord montre par cet album que, même dans le black, on peut être pur ET esthète. Quand Blut aus Nord s’énerve, il s’énerve. Quant il se lamente, il se lamente, quand il rit, on a peur, et quand il enregistre : on achète !

note       Publiée le dimanche 28 avril 2002

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
melodique black metal

Froide et sombre sont les mots qui décrivent sans doute le mieux la musique que nous propose Blut Aus Nord sur ce Fathers of the icy age, œuvrant dans un black metal aux accents atmosphériques lors des quelques breaks où les claviers prennent le dessus. Le reste de l’album est basé principalement sur les guitares. En effet, celles-ci représentent le point fort de l’album d’une part grâce à leur son si glacial, et d’autre part grâce à des riffs majestueux. En effet, sur les parties rythmiques, les guitares sont relativement classiques et forment une sorte de mur dense et impénétrable, mais très régulièrement, elles sortent des sentiers battus pour s’envoler dans des enchaînements majestueux, faisant voyager l’esprit de l’auditeur vers une autre dimension. Leurs envolées restent de grands moments de bonheur, sortes de longs solos dépressifs, non pas rapides et techniques, mais lents, sombres, torturés, possédant une véritable âme. De même les vocaux alternent entre chant criard typique du black metal, et chant en voix claire, mais dégageant une sorte d’état dépressif et tourmenté. L’ensemble est d’une tenue incomparable, jouissif et déprimant à la fois, ce paradoxe faisant de cet album un chef-d’œuvre intemporel, d’une puissance et d’une beauté à toute épreuve.

note       Publiée le mardi 30 avril 2002

partagez 'Memoria vetusta I "fathers of the icy age"' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Memoria vetusta I "fathers of the icy age""

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Memoria vetusta I "fathers of the icy age"".

ajoutez une note sur : "Memoria vetusta I "fathers of the icy age""

Note moyenne :        54 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Memoria vetusta I "fathers of the icy age"".

ajoutez un commentaire sur : "Memoria vetusta I "fathers of the icy age""

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Memoria vetusta I "fathers of the icy age"".

Arno › samedi 26 mars 2016 - 23:57  message privé !

vargounet, pour moi, c'est ça, vers 6 min 5, qui me fout le frisson, encore des années après...

https://www.youtube.com/watch?v=NaIECdenRXM

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mardi 22 octobre 2013 - 21:25  message privé !

Plus lumineux que son prédécesseur, et objectivement meilleur dans sa composition. Mais ma préférence va eu premier opus. MV I reste un excellent album.

Note donnée au disque :       
vargounet › samedi 2 juillet 2011 - 20:25  message privé !

http://www.youtube.com/watch?v=Rhv5EK3rK7Y

4 minutes 18, un des plus beaux riffs du Black Metal, putain de frisson à chaque fois, majestueux !

Note donnée au disque :       
Fryer › lundi 22 novembre 2010 - 23:55  message privé !

La dernière piste...

Note donnée au disque :       
Int › dimanche 31 octobre 2010 - 00:04  message privé !

Je comprends pas l'engouement pour ce disque. Il est certes pas aussi plat que Ultima Thulée, qui était lui-même largement surestimé amha, mais ça reste assez ennuyeux, et bien en dessous de ce que faisait Borknagar, Enslaved et Co.

Nan, Blut pour moi, si ça sent pas le cadavre et le corbeau mort, c'est pas bon.

Note donnée au disque :