Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDark Buddha Rising › Ritual IX

Dark Buddha Rising › Ritual IX

  • 2008 • Post-RBMM P-RBMM-IX, • 2 LP 33 tours

vinyl • 3 titres

  • 1A Enneargy
  • 2B Enneanacatl
  • 3C/D Enneathan

remarques

Double LP gatefold. 500 exemplaires

chronique

Occulte et sans apprêt, comme la musique : voilà une pochette qui va droit au but. Et lorsque l'on ouvre le gatefold, c'est sur l'impressionnante photo d'un temple précolombien que l'on atterrit. "The dark arts of psychedelia"... à creuser les paroles et les protagonistes du groupe, à n'en point douter, ils savent avec quoi ils jouent et quels temples ils convoquent. Et à l'auditeur, sacrifié, de se faire propulser dans le cosmos. Quatre faces pour autant d'allers simple vers de gigantesques et obscures nébuleuses aux côtés de bestioles éthérées aux milles tentacules qui vont et viennent au fil des maléfiques sillons d'obsidienne. La fureur de Neurosis, les riffs brûlants de Tool ('Enneanacatl', quelque part entre 'Forty six & two' et 'Reflection' dans une version encore plus longue et monolitique), les montagnes russes de Godspeed You Black Emperor et la noirceur du black metal se retrouvent tout au long du chemin convoqué par les deux chanteurs, l'un murmurant (J. Henttonen) et l'autre hurlant (Valtteri A.). Pourtant leurs voix ne sont que dispersées ici et là ; c'est bien le tapis de notes et la batterie d'une assommante répétitivité qui fait la force de l'opus, sans même parler des soudains changements de vitesse. Ca démarre plutôt lentement et tranquillement, sur un rythme résolument doom – et puis quelque chose se brise, vers la moitié d''Enneargy' – le voile du réel, et la propulsion est mise en route. Quelques passages en cours de route rappellent les territoires d'Amon Düül II, avant de repartir dans cette obsession presque mécanique de la libération par le rythme (l'expérience live n'en est que plus intense) qui transforme le rituel en exhortation puis en exorcisme ("The walls of flesh / will now collapse / Deforming the essence / To a river of blood / Flowing as snake"). Le second vinyle nommé Omega n'est en fait qu'un seul titre ('Enneathan'), qui part encore plus loin dans le trip enfumé. Après une face totalement ambient manifestement sensée nous préparer aux évènements, la dernière phase démarre sans empressement dans un brouillard de dissonance et de fumigènes, rythmée par une batterie on ne peut plus binaire tels les pas d'un géant dans sa marche inexorable vers le pays des Merveilles. L'élévation, c'est même dans le nom du groupe : vous n'y échapperez pas. Ou bien vous restez en dessous, et vous vous faites lamentablement piétiner. Ecrasé sous la Botte de Sept Lieues, vous profitez de la vue de la Terre à l'envers entre chaque nouvel aplatissement. Vos yeux écarquillés souffrent des éclairs dissonants dans le ciel de feu tandis que votre rythme cardiaque s'accélère : le géant presse le pas, pénètre cavernes et tunnels, saute rivières et montagnes puis, s'apercevant de votre présence, gratte sa semelle et vous projette dans l'Univers fantasmagorique rempli de chamanes à dix têtes et trente-six bras, de gelée noire et de purée de champignons magiques si concentrée que tout finit par se changer en bouillie, comme si toutes les pâtes à modeler cosmiques venaient à éclater votre petit crâne fragile dans un point de singularité dégoulinant de larsens cérébraux.

note       Publiée le lundi 19 juillet 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ritual IX".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ritual IX".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ritual IX".

Wotzenknecht › samedi 23 mars 2013 - 11:21 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

En concert ce soir avec Sink ! Pas vu les deux groupes depuis trois ans... mmm... (oh, j'avais promis la chro du second... ils en ont sorti un troisième depuis)

Note donnée au disque :       
Sirius › mardi 22 janvier 2013 - 21:15 Envoyez un message privé àSirius

De la folie furieuse, la deuxième partie d'"Enneargy" est d'une sauvagerie dingue. Le côté incantatoire des deux premiers morceaux est mortel, me reste encore à dompter le troisième. Leurs autres albums sont-ils aussi recommandables ? Et ça se trouve où d'ailleurs en original ?

Shelleyan › samedi 26 mai 2012 - 14:15 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

J'ai toujours un brin de peine avec des titres trop longs mais c'est pas mal du tout, ce que j'en ai écouté...

Wotzenknecht › samedi 26 mai 2012 - 12:40 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

la chro est sur le feu pour le second...

Note donnée au disque :       
VL › samedi 26 mai 2012 - 08:57 Envoyez un message privé àVL
avatar

hohoho mais c'est excellent tout ça. m'en vais écouter le suivant dans la foulée ! Bon ben le suivant est tout aussi ébouriffant. Un Bien groupe, ma foi.

Note donnée au disque :