Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Royal Family And The Poor › In the sea of E

The Royal Family And The Poor › In the sea of E

cd | 16 titres

  • 1 Living light
  • 2 Mr Crow
  • 3 Song for freedom
  • 4 Gaia
  • 5 Journey
  • 6 Honesty
  • 7 Creatura
  • 8 No more compromise
  • 9 Wounded
  • 10 When the cat's away
  • 11 Time
  • 12 Feast of the supersensualists
  • 13 When the shadow falls
  • 14 Behind the veil
  • 15 Solve e coagula
  • 16 Entertainment

enregistrement

Morceaux 1-6 enregistrés au Amazon, Liverpool, Angleterre, le 13 février 1987. Morceaux 7-12 enregistrés au Sparks and Track, Liverpool, Angleterre, du 23 au 26 mars 1987. Morceaux 13 et 14 enregistrés à Liverpool le 11 octobre 1987 en une session de 24 heures. Morceaux 15 et 16 enrgistrés chez lui par Mike Keane

line up

Mike Keane (chant, guitare, basse, programmation, clavier, violon, piano), Simon Crab (effets, claviers, samples), Andy Frizell (basse, flûte), Merlin Shepherd (saxophone, violon)

chronique

Styles
ambient
ovni inclassable
pop
Styles personnels
new wave mystique/ dark new age pop

Comme tous les albums de The Royal Family and the Poor, 'In the sea of E' est très varié dans ses atmosphères; nous passons de morceaux new wave synthétiques tels que 'Living light', 'Feast of the supersensualists (très influencés par New Order) à des ballades mélancoliques et mystiques au piano tells que 'Honesty'. Globalement, je le trouve pourtant nettement plus mystique, sombre et expérimental que d'autres. Faut-il comprendre que le groupe dispose d'une liberté créatrice plus étendue ? Mike Kane vient en effet de quitter Factory pour créer sa propre structure, Gaia Communications, dont voici le premier véritable album. Comme tous les albums de The Royal Family and the Poor, 'In the sea of E' est bon mais ce n'est pas lui qui résoudra le dilemme ayant toujours agité le projet. Trop pop pour les uns (et marqué par une production 80's que certains trouveront datée), trop mystique et bizarre pour rencontrer l'aval du grand public, il n'empêchera pas une faillite rapide du label. Pour les amateurs, c'est une véritable mine; qu'il s'agisse d'une pièce ambient psychédélique un brin rituelle, presque inquiétante, notamment dans le chant, comme 'Mr Crow' ou telle que 'Gaia' plus incantatoire encore, d'un titre mélancolique comme le beau 'Song for freedom' et son orgue, oriental tel que 'Creatura', sans oublier quelques touches expérimentales ('Journey'), chaque ambiance est unique, précieuse, soignée, étrange. Oui, la rencontre entre la pop synthétique et l'expérimentation spirituelle était totalement improbable mais Mike Keane a su prouver disque après disque qu'il pouvait en faire quelque chose d'unique et de passionnant, quelque chose d'égaré entre Coil et Soft Cell. Ces comparaisons vous surprennent peut-être ? Ecoutez 'When the cat's is away' pour les premiers ainsi que 'Behind the veil' (offert en bonus) pour les seconds...Comme tous les albums de The Royal Family and the Poor, 'In the sea of E' est un travail que je recommande vivement...Laissez-vous porter par sa magie, c'est de passion qu'il est empli.

note       Publiée le mercredi 14 juillet 2010

partagez 'In the sea of E' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In the sea of E"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In the sea of E".

ajoutez une note sur : "In the sea of E"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In the sea of E".

ajoutez un commentaire sur : "In the sea of E"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In the sea of E".

Hazincourt › samedi 17 septembre 2016 - 11:35  message privé !

"quelque chose d'égaré entre Coil et Soft Cell" je trouve la comparaison très intéressante, peut être plus que celle avec New Order. Groupe maudit qui n'a jamais trouvé son publique, mais au combien singulier et unique.

Note donnée au disque :       
sikara › mercredi 14 juillet 2010 - 14:15  message privé !

Extrêmement tentant....

born to gulo › mercredi 14 juillet 2010 - 11:55  message privé !

waou la pochette