Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Residents › The Bunny Boy

The Residents › The Bunny Boy

cd • 19 titres

  • 1Boxes Of Armageddon 2:11
  • 2Rabbit Habit 2:14
  • 3I'm Not Crazy 2:38
  • 4Pictures From A Little Girl 2:29
  • 5What If It's True? 2:32
  • 6Fever Dreams 1:38
  • 7Butcher Shop 2:34
  • 8I Like Black 2:24
  • 9Secret Room 3:20
  • 10My Nigerian Friend 2:00
  • 11It Was Me 1:59
  • 12Golden Guy 2:22
  • 13The Bunny Boy 2:25
  • 14Blood On The Bunny 2:13
  • 15I Killed Him 2:16
  • 16The Dark Man 2:34
  • 17Secret Message 2:38
  • 18Patmos 2:31
  • 19The Black Behind 4:42

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
pop
Styles personnels
outsider

Un DVD est tombé dans la boîte aux lettres des Residents, contenant des enregistrements d'appels au secours de la part du frère d'un de leurs anciens confrères, un certain Bunny. Mais les Residents avant d'être des humains restent des artistes ; aussi ont-il réinterprétés les vidéos afin de leur redonner un semblant de qualité. Et au lieu d'aller sauver le pauvre hère (hare), ils ont décidé d'en faire un spectacle, "The Bunny Boy". En direct de Patmos, donc, dix-neuf cartes postales à la Duck Stab signant une virée intérieure dans l'univers mental/paranoïaque d'un gros lapin à lunettes. Le premier titre annonce la tonalités des chansons : "Boxes that depicted a sad reality / Full of fiction and reflections of insanity / For me to see". Des chansons, des boîtes, des instantanés de vie et de mort... Des chansons de lapins qui rêvent qu'ils sont une balle de ping-pong ou que leur père est une boucherie. Des petites filles. Des choeurs, des deuils. Du spam, aussi : "My Nigerian friend is gone / He said he was hiding from the government / And said that he was dying and had to find a friend / He offered me some money, if he could use my name / I told him I liked bunnies, then he went away" et puis des phrases qui se répètent, des questions qui ne se répondent pas... des ballades infantiles et régressives, des rêves de meurtres et de sang... des guitares, du jazz, de la pop... du sang... des lapins... des choeurs... et des filets dramaturgiques évidemment, film noir à l'appui, dans lesquels on s'empêtre joyeusement sans savoir ni vouloir savoir qui tue qui et qui mange qui. Oh, et puis nous sommes tous dans le rêve du lapin. Et cette île, Patmos ; est-ce encore loin ? Pourquoi toutes ces photos de lapins ? Demandons donc à Harvey, attaché sur sa chaise avec un tuyau d'aspirateur dans la bouche...

note       Publiée le mardi 13 juillet 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Bunny Boy".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Bunny Boy".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Bunny Boy".

Dioneo › samedi 16 mai 2020 - 18:34  message privé !
avatar

D'après discogs y'a pas trop de "trous" dans leur disco, mais... Les trucs des années récentes ont l'air d'être pas mal des live, des sorties de trucs des années 70 inédits jusque là... Mais bon, dur à dire, avec eux, ce qui est authentifié de quand ou quoi.

Klarinetthor › samedi 16 mai 2020 - 18:13  message privé !

ils sortent pas trop de musique eux depuis un bail?

Klarinetthor › samedi 16 mai 2020 - 18:12  message privé !

les premiers à faire du covidcore; lointaine descendante du kwashiorcore?

Dioneo › samedi 16 mai 2020 - 11:34  message privé !
avatar
nonono › vendredi 24 mars 2017 - 10:06  message privé !

Putain les gars le nouvel album Ghost of hope sort aujourd'hui et il est déjà en écoute sur You tube !!!!!!!!!!