Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPremature Ejaculation › Part 1

Premature Ejaculation › Part 1

cd 1 • 7 titres • 34:00 min

  • 1I
  • 2II
  • 3III
  • 4IV
  • 5V
  • 6VI
  • 7VII

cd 2 • 1 titre • 44:47 min

  • 1I

enregistrement

Enregistré entre 1981 et 1982. Entièrement remasterisé.

remarques

Premier volume de la série 'Rozz Williams - The lost recordings'. Paru à l'origine sous format K7, le contenu du cd 2 n'ayant jamais été publié sous aucune forme. Pour de plus amples renseignements, consultez le site de Malaise Music très bien documenté.

chronique

John Collins, ce nom ne vous dit rien ? Si vous n'avez jamais visité 'Rozznet.com', c'est normal. John Collins est fan de Rozz Williams, du genre hardcore puisqu'il s'est payé la plupart des cassettes de Premature Ejaculation auprès du label de Chuck Collusion, Happiest place on earth' (du temps de son existence). En 2008, l'homme est contacté par l'artiste Ryan Gaumer (alias Ryan Wildstar) qui lui propose de lui vendre ses cassettes contenant divers travaux inédits de Premature Ejaculation. John accepte et en tant que vrai fan se met en tête de publier sur cd tous les travaux expérimentaux possibles enregistrés (mais jamais publiés ailleurs que sur des bandes ultra limitées) par Rozz afin de les rendre accessibles à tous. Il est à noter que ces sorties ne répondent à aucune volonté lucrative, qu'elles seront limitées en nombre, sans grande promotion et qu'un soin maximum a été apporté pour les rendre aussi proches que possibles en terme d'artwork des originaux. Voici pour l'idée de base. Ce premier double cd inclut les premiers enregistrements de Premature Ejaculation alors que Rozz n'avait que dix-sept ans et six mois avant qu'il n'enregistre 'Only theatre of pain' avec Christian Death; à cette époque, lui-même et son petit ami Ron Athey étaient fortement influencés par NON et Throbbing Gristles, d'où la volonté de créer un projet purement expérimental. Ceci explique le côté brute et primitif de ces sept morceaux. Les deux adolescents n'avaient que peu de moyens et d'expérience dans ce type de musique. Ces compositions témoignent malgré tout d'une volonté d'expression sans limite et restent destinée avant tout aux fans hardcore de Rozz Williams ou aux fanatiques de musique extrême...La première piste consiste par exemple en diverses variations d'effets sur quelques notes de ce qui semble un clavier assez cheap, la seconde est une ligne de crissements à la limite du larsen à vriller les nerfs des plus endurcis (cinq minutes quand même); plus variée, la troisième débute avec des bruits d'eau, avant d'enchaîner sur quelques effets d'infrabasses produites au synthé (que l'on retrouvera sur d'autres travaux du duo) complétée de grincements, lesquels glissent vers une sorte de battement lointain accompagnés de respirations. La quatrième consiste en un collage de boucles de cris doublées d'un accord de guitare saccadé auxquels s'ajoutent d'autres loops. Plus maîtrisé, la cinquième oeuvre dans une forme d'ambient malsaine ponctuée de bruits étranges et de voix déformées à l'extrême. Avec la sixième, nous retrouvons des tentations bruitistes qui doivent beaucoup aux influences de NON, pareil pour la sixième qui reprend les fréquences aigües du deuxième titre. J'avoue qu'une écoute d'une traite est une véritable épreuve pour les nerfs et le mental mais cette collection offre un regard unique sur l'audace du jeune Rozz Williams ainsi que sur son ouverture d'esprit en matière de création. Un second cd bonus propose une improvisation baptisée 'Better than none at all' mais ne correspondant pas à la performance donnée sous le même nom au Arts Building de Ponoma en octobre 1982. Difficilement descriptible, elle se construits sous forme d'une suite de près de quarante-cinq minutes où se distinguent frottements, grattage de cordes distordues, coups sourds, percussions métalliques, vocaux fous (on songe à Virgin Prunes), sorte de cacophonie cohérente...Une forme d'expérimentation réellement absolue et destinée aux amateurs de déstructuration et d'art brut...Nous sommes encore loin de la maturité des enregistrements de Premature Ejaculation quelques années plus tard mais on ne peut que rester pantois devant tant d'audace; réservé à un public averti. 2,5/6

note       Publiée le lundi 12 juillet 2010

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Part 1".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Part 1".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Part 1".

Twilight › jeudi 17 septembre 2020 - 15:46  message privé !
avatar

Ah oui ? je l'ai pourtant acquis il y a 8 mois à peine...J'ai eu du bol alors ? Il est très beau en tout cas, ce qui peut surprendre comme commentaire lorsque l'on évoque un performer extrême...

Wotzenknecht › jeudi 17 septembre 2020 - 14:01  message privé !
avatar

Entièrement d'accord avec toi. Tu as 'Pleading in the Blood', c'est ça ? J'ai manqué sa sortie et maintenant c'est sold out malheureusement...

Twilight › jeudi 17 septembre 2020 - 13:52  message privé !
avatar

Quand tu lis le bouquin 'Phantom' sur la scène deathrock de L.A., c'est assez hallucinant l'aspect extrême déjà ado...Le mec qui débarque, sent une odeur de métal chauffé...C'est Rozz qui venait de passer une croix à la flamme pour faire un branding à Ron Athey...Cela dit, c'est le seul artiste du genre dont je possède un livre de photo. Il y a une vraie 'poésie' dans ses spectacles, ce n'est jamais vulgaire ou basé sur l'exposition de la meurtrissure...

Wotzenknecht › jeudi 17 septembre 2020 - 09:35  message privé !
avatar

Je viens de capter qu'il s'agit bien de Ron Athey l'artiste-performer qui a co-fondé Premature Ejaculation ! L'un des plus jusqu'au-boutiste dans le genre, même.

zugal21 › jeudi 6 juin 2013 - 17:57  message privé !  zugal21 est en ligne !

ce genre de pochette, je cherche même pas à écouter le produit.