Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThorofon › Maximum Punishment Solutions

Thorofon › Maximum Punishment Solutions

  • 1997 • Stateart SA006 • 1 LP 33 tours

vinyl 33t • 10 titres • 47:10 min

  • Maximum Punishment
  • 1Your Masked God5:11
  • 2Nothing Remains4:26
  • 3Examination4:09
  • 4Stunde Null4:16
  • 5Punished By Blindness4:54
  • Maximum Pain
  • 6Mafia Murder Victim4:19
  • 7Nick R. Death Ritual4:12
  • 8Strike Hard6:41
  • 9Maximum Punishment Solutions3:37
  • 10Final Movement5:30

enregistrement

Composé entre 1995 et 1997

line up

Anton Knilpert

remarques

chronique

Ce premier album de Thorofon est l'illustration même du groupe qui a beau suivre la recette à la lettre, acheter comme-dans-le-livre les meilleurs produits, respecter comme-dans-le-livre scrupuleusement les dosages, au final ne parvient à te servir qu'un plat bien fade. Tous les meilleurs ingrédients de base sont pourtant là : les synthés analos («Stunde Null»), les filtres en oscillation, les effets (distorsion, flanger, delay), les slogans scandés au haut-parleur («Examination»), les tape voices, les percussions métalliques («Examination»), les pulsations malades («Your masked god»), les trames ultra-structurées dessinées au cordeau, bref tout ce qui fait l'habituel fond de commerce du heavy electronics allemand, jusqu'au titre alléchant, sans parler de la pochette au fumet mortifère, à s'en lécher les babines d'avance. Métaphore culinaire mise à part, si «Maximum Punishment Solutions» nous promet une tuerie, il ne parvient pas à dépasser le stade scolaire de l'exercice de style. La faute à un flagrant manque de cruauté, voire de conviction, qui teinte cet album trop convenu, ni franchement violent, ni vraiment sombre, d'un désagréable vernis consensuel ; un comble pour de l'électronique qui se veut extrême ! Par indulgence, j'ai fait l'effort de passer outre l'aspect policé pour voir s'il y avait moyen de bassement m'extasier sur l'esthétique de la chose, mais même passé ce cap, je n'ai pu m'empêcher de trouver l'esthétique sonore trop timorée, trop synthétique, limite cheap, souvent limitée à l'utilisation facile d'un modulateur en anneau. Qu'on se le dise, manier la distorsion ou obtenir un grain ne s'improvisent pas : ça se travaille dans les saturations, les filtres, les résonances, les imperfections contrôlées. C'est clair que sur ce simple point, on voit à quel point Thorofon est bien en-deça d'un Söldnergeist, par exemple. Cet album souffre selon moi du même syndrôme que les réalisations de groupes comme Phosgen ou DJK, à savoir de cette obstination à vouloir rentrer au chausse-pied dans un style bien défini, quitte à y dénaturer son discours, jusqu'à y perdre sa personnalité. Seul le morceau «Maximum Punishment Solutions», qui n'est pas sans rappeler l'efficace «White Power Forces» de qui-vous-savez, déchire littéralement la tronche, grâce à une bonne trame rythmique des familles, brutale et bien saturée, et surtout une conviction hurlée des plus jouissives. Du travail de kamikaze qui prouve que Thorofon peut aussi délivrer de vraies bonnes choses. En substance, les inconditionnels du genre applaudiront ce premier essai ; j'ose penser qu'avec un minimum de recul, ils finiront tout comme moi par relativiser leur enthousiasme.

note       Publiée le dimanche 4 juillet 2010

Dans le même esprit, VL vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Maximum Punishment Solutions".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Maximum Punishment Solutions".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Maximum Punishment Solutions".

p2h › samedi 10 juillet 2010 - 21:12 Envoyez un message privé àp2h

Nick R. Death Ritual et Maximum Punishment Solutions défoncent sévèrement

Note donnée au disque :