Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRogue Element › Rare Tracks-Volume I

Rogue Element › Rare Tracks-Volume I

cd • 6 titres • 62:38 min

  • 11 Sharp Blue (Sept 12 '94) 2:24
  • 22 La Grange Point (Sept 12 '94) 7:54
  • 33 Galgate (Dec 14 '96) 14:22
  • 44 Emerald Shard (Oct 23 '97) 9:21
  • 55 Shallow Bay Events (Fév15 '98) 12:48
  • 66 Reflections Of The Mews (Jan 15 '99) 15:49

enregistrement

Composé entre 1994 et 1999

remarques

Pour en savoir plus sur Rogue Element et entendre des échantillons sonores, visitez le site web; http://www.rogue-element.uk.com/

chronique

Dans la foulée de la réédition de Storm Passage et des récents concerts de Brendan Pollard avec ses nouveaux complices musicaux dont Mike Daniel (Hashtronaut) et Marcel Engels (FSP), Acoustic Wave Records dépoussière ses tablettes afin de satisfaire l’appétit croissant des fans de Rogue Element, et de Brendan Pollard, ainsi que de cette bonne vieille Berlin School à la fois séquencée et cosmique si brillamment harmonisée par Tangerine Dream. Rare Tracks est une collection des titres inédits en studio et en concerts qui couvrent une période partant de 1994 à 2009. Rare Tracks Vol. I est le premier volet de cette série de 3 albums et inclut des titres composés entre 1994 et 1999, soit avant la période de Storm Passage. On y découvre un Rogue Element qui expérimente ses premières envolées cosmiques et séquentielles sur des sonorités un peu vieillottes, démontrant l’évolution des textures sonores de Rogue Element qui est indéniablement inspiré par Tangerine Dream périodes Baumann, Franke, Froese et Schmoelling.
Écrit en Septembre 1994 par Jerome Ramsay, Sharp Blue et La Grange Point baignent dans une approche atmosphérique très dense, où les ondoyantes courbes sonores des synthés éthérisés appellent à l’hypnose cérébrale, même avec une légère rythmique percussionnée qui embrasse tendrement les vagues atonales de la 2ième portion de La Grange Point. Synthé cosmique dont les faibles ululements se faufilent parmi un lourd cortex flottant, l’intro de Galgate disperse ses cendres morphiques dans un cosmos aux effets sonores analogues du rock cosmique des années 70. Une belle séquence aux accords clairs, nerveux et sautillants perce les complaintes des souffles stellaires, initiant une cadence à la fois suave et frénétique où les sonorités hybrides se partagent une étonnante et chaleureuse ligne séquentielle qui tantôt pulse tantôt se dandine sur une belle ligne synthétisée, avant de reprendre les poudres cosmiques d’un univers flottant de sonorités hétéroclites. Quoiqu’autant cosmique et planante, l’intro d’Emerald Shard est un peu plus sinistre. Nous avançons un peu plus dans l’univers très Tangerine Dream de Rogue Element avec ses chœurs mellotronnés, ses lentes oscillations synthétisées, ses lourdes pulsations aux réverbérations tentaculaires et sa puissante séquence qui dégage une cadence lourde et légèrement ondulante, accompagnée de ses chœurs cosmiques, ses drones réverbérant et ce synthé aux effluves d’éther métallisé.
Un bon Rogue Element qui se définit de mieux en mieux et qui retrouve l’identité qu’on lui connait avec Shallow Bay Events. Un beau titre, avec une sonorité plus actuelle, où le mellotron flûté accorde ses souffles avec un synthé ondoyant, moulant une mythique orée sonore où tout respire la fraîcheur musicale. Une séquence à pas de loup en émerge, initiant une cadence zigzagante sous les souffles d’un superbe mellotron et d’un synthé éthéré. Un rythme doux, trappé sous les ondes d’un synthé morphique qui emprisonne ce tempo pour libérer une approche flottante où un synthé larmoyant filtre ses ondes éthérées, avant que le rythme ne se libère à nouveau oscillant avec plus de force parmi un univers sonore aux lourds voiles tamisés. Reflections Of The Mews plaira à coup sur aux fans de TD, période Phaedra et Stratosfear. Un gong libère une intro aux vents d’éther où les ondes synthétisées soufflent tels des soupirs de damnations. À la fois caustique et métallique, les souffles synthétisés s’entremêlent dans une concordance atonale reflétant un peu l’univers des dunes de Klaus Schulze sur Blackdance. Un doux mellotron flûté émerge vers la 3ième minute, ajoutant une dimension poétique à une intro qui souffre toujours d’une étrange morosité caustique. Une séquence surgit de ce cortex vaporeux, initiant une étrange rythmique qui peine à trouver sa mesure au travers ce mur de sonorités hétéroclites et atonales qui forment l’univers introductif de Reflections Of The Mews. Graduellement, le synthé épouse des souffles du Moyen Orient et devient plus audacieux avec ses solos tortueux à la Schulze, suivant l’évolution hypnotique d’une séquence aux discrets roulements de tambours. Un amalgame sonore qui plonge la finale de Reflections Of The Mews vers les doux et sombres abysses de son intro.
Ce 1ier volet de pièces inédites de Rogue Element s’adresse principalement aux fans du duo Anglais, car il représente plus l’évolution sonore du tandem Ramsey/Pollard qu’une œuvre entière qui serait à la portée d’un plus vaste public. J’y ai trouvé une foule de références et de ressemblances aux œuvres du Dream, notamment la période de Phaedra et Green Desert. Il est évident que ses comparaisons s’imposent tant l’univers musical de Rogue Element est calqué sur celui du Dream; mellotron éthéré et flûté, synthé sombre et onirique et séquences progressives qui servent à des assises percussionnées. Bref, une œuvre qui est le fidèle reflet de ce que Rogue Element produira quelques années plus tard avec l’excellent Storm Passage.

note       Publiée le mardi 29 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Rare Tracks-Volume I".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rare Tracks-Volume I".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rare Tracks-Volume I".