Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSlogun › The Pleasures Of Death

Slogun › The Pleasures Of Death

cd • 8 titres • 58:18 min

  • 1This Is It, Right Here7:00
  • 2Cost Rules Everything7:25
  • 3Listen-never7:29
  • 4The Collector7:24
  • 5Glory Hallelujah!7:29
  • 6Justification7:00
  • 7Straight To Your Heart7:26
  • 8Cyclical Slaughter7:00

enregistrement

Enregistré à Bensonhurst, Brooklyn de octobre à décembre 1996. Finalisé en janvier 1997

remarques

chronique

Styles
noise
power electronics
Styles personnels
true crime electronics

Slogun, c'est d'abord un son, crépitant, lourd, massif, distordu à en péter la notion de fréquence, des parpaings de bruit blanc en pleine face qui te refont le portrait en moins de deux. Mais Slogun, c'est aussi et surtout la véhémence de John qui te prend par le colback pour te défoncer le neurone à grands coups de faits divers bien dégueulasses, des histoires de son quartier et d'ailleurs. Fils d'immigrés siciliens venus s'installer à Bensonhurst, Brooklyn pour échapper au système mafieux, John a presque tout de la caillera-type : une enfance passée entre les réglements de compte, les bastons entre gangs (lui-même a appartenu aux “Porn Lords”), les putes, les dealers, et l'image, fantasmée, du tueur en série ; un certain Son Of Sam sévissait dans son quartier alors qu'il n'avait que huit ans, de quoi marquer à vie n'importe quel gamin. La loi de la rue, celle du plus fort, forcément, il la connaît bien. Des mandales, il en a pris ; il en a rendu aussi. C'est là qu'il s'est forgé un sens de la riposte, prêt à rendre le moindre coup, qu'il soit physique ou verbal. Remis sur le droit chemin par des études de design, John n'en renie pour autant pas cet aspect de sa vie, où ce sont finalement les prédateurs de cette jungle des villes, où il vit toujours, qui l'ont le plus marqué... surtout les serial killers, qui en représentent le dérèglement même. Bien loin des explications fallacieuses de certains à vouloir absolument justifier leur intérêt/fascination pour cette catégorie de bouchers (qui a dit Stéphane Bourgoin ?), John fait de son power electronics l'alternative cruelle au business hypocrite et voyeuriste de l'édition du “True Crime”, pour dérouler du meurtre en direct, depuis le cerveau même du tueur, histoire qu'aucun détail sordide ne t'échappe. Plus obsessionnel qu'idolâtre, John sait à la fois garder la bonne distance pour ne pas tomber dans le ridicule du pathos, tout en attaquant chaque sujet très frontalement, sans auto-censure, et surtout avec un charisme hors-norme ; c'est ce qui fait à mon avis toute l'intérêt de son projet. Des mantras de “Listen-Never” aux chuchotements sadiques de “The Collector”, en passant par la harangue galvanisante de “Glory Hallelujah!”, ce “Pleasures of Death” est un pur régal de brutal power electronics dont on ressort chauffé à blanc. A noter la très pertinente réédition CD sur la structure Death Factory de Karmanik : bougez-vous le fondement si vous ne l'avez pas encore.

note       Publiée le samedi 19 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Pleasures Of Death".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Pleasures Of Death".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Pleasures Of Death".

Rodrigayz › lundi 9 décembre 2013 - 20:26  message privé !

je n'ai pas celui-ci (ça ne saurait tarder héhé) mais j'ai "bloody roots" et c'est ENORME! quelle énergie, quel son!

#IRON# › dimanche 23 septembre 2012 - 18:37  message privé !

Pas d'incinerator mais un projet de split avec Thomas Garrison(Control) est pour bientot sur un celebre label italien (oec)

Note donnée au disque :       
blub › dimanche 23 septembre 2012 - 00:44  message privé !

good news! un autre "Incinerator International" (son projet avec Nordvargr) ça aurait du bon aussi, leurs one-shoot de 2004 est une énorme tuerie! Slogun j'y revient moins mais faudrait que je me repenche un peu sur la disco du bonhomme... je connais pas le dernier de 2011 mais son "Bloody Roots" de 2009 est bien brutal et à le mérite d'être assez différent de ses début (et bien meilleur pour moi), en tout cas, ça massacre à la moulinette la plupart des trucs du style sorti ces derniéres années (qui a dit Brethren?) c'est bien cool que le gars soit encore de la partie car il y a pas grand chose à se mettre sous la dent ces dernier temps en peumeu (qualitativement j'entend)! aprés je prit pour un prochain Whitehouse mais c'est mal barré!

#IRON# › dimanche 23 septembre 2012 - 00:11  message privé !

Le nouveau est pour bientot et se nomme "I will bury you"

Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 21 juin 2010 - 12:14  message privé !

Aaah, mon favori de Slogun : 5 boules 1/2 ^_^

Note donnée au disque :