Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZTomasz Zawadzinski › Follow Me

Tomasz Zawadzinski › Follow Me

cd • 5 titres • 66:50 min

  • 11 If You Feel 18:40
  • 22 If You Want 15:27
  • 33 If You Can 13:13
  • 44 If You Need 11:44
  • 55 If You Miss 8:25

line up

Tomasz Zawadzinski : Claviers, synthés, séquenceurs et FX

remarques

Il y a peu d'info disponible sur Tomasz Zawadzinski. Vous pouvez consulter le site Ricochet Dream pour en obtenir au http://www.ricochetdream.com/ ou le site de generator pl au http://www.generator.pl/

chronique

Après un étonnant 1ier album où Tomasz Zawadzinski explorait un univers sonore très près des racines de la Berlin School, style Tangerine Dream et même un peu de rock cosmique, le synthésiste Polonais offre en Follow Me un album immensément plus personnel. Un 2ième album réalisé en 2004 et qui démontre la versatilité de Tomasz Zawadzinski à créer des atmosphères riches en sonorités hétéroclites où l’auditeur peut imaginer un intéressant monde virtuel, abondamment illustré par une richesse sonore qui semble sans frontières. Avec Follow Me Tomasz Zawadzinski ne perd pas de temps à revenir sur les sentes de son 1ier album. Au travers les 5 titres qui composent son 2ième opus, il tisse des labyrinthes synthétisées qui dépasse les frontières de l’imagination, s’inspirant toujours du style Berlin School mais de la 2ième vague, celle de Software, Mergener/Weisser, Paul Nagle et Spyra.
If You Feel ouvre avec une douce intro aux strates flottantes bercées par des pépiements et ululements d’une pléiade d’oiseaux aux chants fantasmagoriques, tels des sirènes ovipares. Une intro aux atmosphères ambiants, tel que structuré sur chacun des 5 titres de Follow Me, qui évolue lentement. Un peu comme si nous serions dans un cosmos noir où nous voyons les astres se mouvoir, avec une passivité morphique, par de lents mouvements sinueux qui moulent une valse intemporelle dansant avec une délicatesse onirique. Des séquences viennent se greffer à cette valse cosmique, moulant un doux rythme dont les pulsations ascendantes forment une étrange cascade rythmique aux formes hybrides prise d’assaut par un divin synthé qui souffle ses harmonies célestes. Dont un splendide refrain qui magnétise l’oreille et qui fraye parmi un clavier aux accords aussi limpides que nerveux et ces chaleureuses strates synthétisées qui ont déjà mordues notre âme depuis l’intro d’If You Feel. Un superbe titre qui m’envoûte encore et que je cherche toujours à entendre, tout comme le très beau If You Need qui s’ouvre avec de belles strates aux flottements valsants, comme le poétique univers de Software sur Electronic Universe. Une douce séquence pulsative, plus sobre celle-là, moule un rythme chaleureusement suave. Une cadence qui coule à l’ombre d’un très beau synthé aux strates enveloppantes et aux lignes mélodieuses. If You Want démarre avec une insolite pluie de sonorités syncrétiques, un peu comme des gouttes de pluies en bois qui rebondissent sur une peau tendue. Un synthé perce cette étrange tombée et étale une nappe louvoyante, alors qu’une autre couche à sonorité de trompette s’y faufile moulant une ambiante texture onirique. Un mouvement séquentiel émerge et subdivise la cadence avec des frappes de style ventouse qui s’acoquinent à de beaux accords de claviers limpides, moulant un univers rythmique aussi chaotique qu’inattendu sous une approche musicale sereine parmi un synthé aux délicates approches et aux fins solos dont les discrétions se perdent dans une brumeuse galactique. Un beau titre d’une délicatesse inouïe pour une structure rythmique aussi inaccoutumée.
Cette approche séquentielle aux sonorités hétéroclites et aux cadences surdimensionnées est la pierre angulaire de Follow Me. If You Can débute avec des couches synthétisées qui roulent lentement sur les dunes d’une plage galactique. Un paysage sonore exotique agrémenté de strates d’un synthé oisif et des chants d’oiseaux chimériques. Une lente intro atmosphérique où des accords cristallins sonnent le glas pour une ouverture séquentielle à sonorité hétéroclite, telles les dents d’un peigne que l’on frotte sur une scie manuelle. Chaotique et indisciplinée, les séquences sautillent en tout sens sous les nappes d’un doux synthé mellotronné, moulant une étrange mélodie au paradoxe harmonieux que l’on peut aussi entendre sur la finale If You Miss qui, après un doux départ morphique, s’agite sur des séquences qui sautillent dans une indiscipline harmonieuse et subdivise une rythmique enveloppée d’un doux synthé aux strates enveloppantes.
Superbe album, Follow Me est nettement plus différent de Sounds Like Pictures. Quoique toujours avant-gardiste et surprenant Tomasz Zawadzinski présente un album plus poétique et plus près des sonorités contemporaines, donnant un album riche en textures sonores et en approches mélodieuses. Étant un grand fan des richesses sonores que le digital a instauré avec l’ingéniosité de Software et Mergener/Weisser d’Innovative Communication, Follow Me ne peut que me subjuguer. Et avec des titres aussi puissants qu’If You Feel et If You Miss, qui s’entremêlent à des titres aussi exotiques que mélodieux, on ne peut laisser passer un tel album. J’ai adoré et je le recommande fortement, surtout si la période d’IC et le premier album solo de Johannes Schmoelling (Wuivend Riet) vous a charmé, car on y retrouve cette magie des sons que peu osent exploiter, même si l’on parle de MÉ!

note       Publiée le mercredi 9 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Follow Me".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Follow Me".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Follow Me".