Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath Squad › Isolation As Intent

Death Squad › Isolation As Intent

cd • 10 titres • 44:25 min

  • 1Existence1:53
  • 2March Of The Dead5:34
  • 3Fuck God Live9:30
  • 4Execution3:56
  • 5Solitude7:32
  • 6Partition2:01
  • 7God Covets Man3:22
  • 8Subliminal Trenching2:39
  • 9Terminal Suicide6:25
  • 10Relapse1:33

enregistrement

Piste 2 composée au cafe oslo (Norvège). Pistes 3 et 7 enregistrées live quelque part aux USA. Piste 4 composée pour FUCK TV. Piste 5 enregistrée comme matériau sonore à Denver pour le Denver Atonal Festival #2. Pistes 6, 8, 9 et 10 enregistrées à Vienne, au Studio Franz. Piste 9 originellement apparue dans Freak Animal #11.

remarques

chronique

Styles
indus
noise
power electronics
Styles personnels
phase terminale de l'être humain

Période : 1992-2001. Personnel : Michael Contreras. Genre : power electronics. Créneau : comprendre et retranscrire la façon dont les systèmes d'information de masse influent sur le système cérébral individuel. Une voie qui certes lorgne largement vers les thèses de contrôle et de manipulation, mais qui jamais ne tombe dans la facilité du panneau complotiste, une voie plus proche donc de l'approche neuronale/psychologique d'un SPK ou d'un Burroughs période «Révolution Electronique» que des feuillets paranoïaques «Industrial News» de TG. Performance : Death Squad fut l'un des meilleurs performers qui soient, poussant le côté confrontationnel jusqu'à son point de rupture. Il n'était pas rare que ses apparitions se terminent par l'arrivée des forces de l'ordre, une arrestation à la clé. Ainsi, dans l'une de ses performances les plus célèbres et controversées (San Francisco 1999, me semble-t-il), Contreras s'est-il injecté dieu-sait-quoi dans les veines avant de descendre dans le public, un revolver chargé de balles réelles à la main, menaçant des personnes au hasard. En reconstituant une prise d'otage par un fou furieux, il abolit ainsi la dichotomie artiste/public au profit d'une relation prédateur/proie, dans laquelle chaque spectateur est confronté à la prise de conscience de la réelle valeur de la vie. Les autres performers peuvent au passage aller se rhabiller... Manifestation sonore : c'est donc sur scène que Death Squad prend tout son sens, aussi ses albums n'ont-ils qu'un intérêt tout relatif, ou du moins partiel, car ils ne peuvent évidemment pas véhiculer tout le contexte de mise en scène. Leur intrinsèque qualité musicale en fait néanmoins des disques que tout amateur de noise/power electronics se doit d'avoir écoutés ; c'est le cas pour cet «Isolation as Intent», probablement leur meilleure réalisation. Au programme, la société américaine dans toute la splendeur de sa catastrophe : individualisme forcé et forcené, auto-défense, peine de mort, bigotisme, conservatisme, télé-évangélisation, exclusion, réclusion, désespérance, récupération, sectarisation, manipulation, misères sexuelles et affectives, consumérisme, endettement, prostitution des corps et des âmes, contre-pouvoirs, drogues, toute-puissance des médias, lobbies en tout genre, cet ensemble d'engrenages qui détruisent peu à peu des êtres pour en faire des catégories d'individus, quotas à la clé. «Isolation as Intent», c'est un power electronics en phase terminale, rongé par le cancer sociétal. Dieu est depuis longtemps mort. Quant à l'être humain, mauvaise nouvelle : il est sur le point de crever la gueule ouverte. Ce n'est pas moi qui irai le sauver. Lucide, clinique, recommandé.

note       Publiée le dimanche 6 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Isolation As Intent".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Isolation As Intent".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Isolation As Intent".

Klarinetthor › jeudi 30 mars 2017 - 18:51  message privé !

Un article relatant la performance : http://dangerousminds.net/comments/...

Cathedrale › vendredi 7 mars 2014 - 18:29  message privé !

Vainqueur par K-O !

necromoonutopia666 › jeudi 27 février 2014 - 18:20  message privé !

Très bon cet album. Et Chro qui remet bien les morceaux dans le contexte. March of the dead porte bien son nom. une lente procession en "hommage" à la laideur du monde actuel. Et musicalement c'est tout ce que j'aime dans les P.E.

Note donnée au disque :       
VL › samedi 29 décembre 2012 - 15:32  message privé !
avatar

Autarkeia vient de rééditer en CD les premières cassettes de Death Squad. Avis aux amateurs.

taliesin › lundi 7 juin 2010 - 12:10  message privé !

Pas l'album que j'écouterais tous les jours, même si cela reste impressionnant, il faut le reconnaître ! N'est-ce pas sur celui-là qu'il force une fille à répéter un truc du genre "My mother was a fucking whore" ? Ca fait froid dans le dos ce passage...

Note donnée au disque :