Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › The yellow shark

Frank Zappa › The yellow shark

19 titres - 71:51 min

  • 1/ Intro (1:43) - 2/ Dog Breath Variations (2:07) - 3/ Uncle Meat (3:24) - 4/ Outrage at Valdez (3:27) - 5/ Times Beach II (7:31) - 6/ III Revised (1:45) - 7/ The Girl in the Magnesium Dress (4:33) - 8/ Be Bop Tango (3:43) - 9/ Ruth Is Sleeping (5:56) - 10/ None of the Above (2:17) - 11/ Pentagon Afternoon (2:28) - 12/ Questi Cazzi Di Piccione (3:03) - 13/ Times Beach III (4:26) - 14/ Food Gathering in Post Industrial America, 1992 (2:52) - 15/ Welcome to the United States (6:39) - 16/ Pound for a Brown (2:12) - 17/ Exercise #4 (1:37) - 18/ Get Whitey (7:00) - 19/ G Spot Tornado (5:17)

enregistrement

Francfort, Allemagne, 17 septembre 1992

line up

Ensemble Modern, Frank Zappa (direction)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
contemporain

"The Yellow Shark", enregistré pour finir en septembre 1992, est publié près d'un an plus tard, en novembre 1993. De nombreuses années d'efforts et de sacrifices ont permis à l'homme de concrétiser son désir le plus cher, son rêve le plus fou : être chef d'orchestre ! Diminué physiquement, il mène pourtant à bien cette dernière virée où, sur un plateau d'argent, il livre à un Ensemble Modern très affable un florilège des pièces de résistance de son répertoire ("Dog Breath Variations", "Uncle Meat", "Pound for a Brown") qui s'acoquinent sans effort à l'exercice périlleux du passage à l'orchestration contemporaine. Toujours aussi élaborée, la musique de Frank Zappa reste pourtant on ne peut plus vibrante, à la sensibilité unique et au sens mélodique taquin et qui, malgré le sérieux de la situation, montre que Zappa a fait une profession de foi de son regard critique sur les choses : fidèle à lui-même, il trouve encore l'occasion de nous proposer quelques nouveaux sketches et autres petites pièces de mise en situation qui soulignent l'aspect terriblement dérisoire de nos vies ("Food Gathering in Post Industrial America", "Questi Cazzi di Piccione"). Sans doute sabordé par lui-même à force d'entretenir une réputation d'emmerdeur de première, la reconnaissance unanime de l'importance et de l'influence de Zappa n'est hélas toujours pas à l'ordre du jour. Le regard qu'il porte sur nous depuis le confort de sa pochette aux tons sépia laisse présager que Zappa connaît déjà la fin de l'histoire ; en décembre de la même année, il fait de nous tous des orphelins, et s'en va rejoindre les étoiles qu'il a toujours rêvé de côtoyer, qu'il s'agisse de Stravinsky, de Varèse ou de Messiaen. Adieu Frank. Gratitude éternelle, et merci pour tout !

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'The yellow shark' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The yellow shark"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The yellow shark".

ajoutez une note sur : "The yellow shark"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The yellow shark".

ajoutez un commentaire sur : "The yellow shark"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The yellow shark".

Dun23 › lundi 15 octobre 2018 - 19:11  message privé !

l’Ensemble Intercontemporain à la Philharmonie de Paris reprenant des titres du Zappa le plus contemporain le 29 septembre dernier:
https://www.arte.tv/fr/videos/085050-000-A/yellow-shark-hommage-a-frank-zappa-par-l-ensemble-intercontemporain/

Thierry Marie › vendredi 17 juin 2011 - 19:09  message privé !

Le chant du cygne, celui qui est le plus pur, le plus beau, détaché des contingences, celui du bilan, celui qui ne se soucie plus que de l'aboutissement du présent, parce qu'après... après qui sait? parce qu'après on ne sait que trop. Alors, peut-être est-ce la dernière occasion (mais on n'espère que non), alors...

Note donnée au disque :       
spock27 › samedi 19 juillet 2008 - 13:15  message privé !
bon, c'est pas évident à goûter ce genre de musique mais dans le genre musique classique-moderne? doit sûrement y avoir un nom pour ça, j'adore. il avait déjà entamer la chose bien avant bien sûr, le père Zappa, mais là, il tire sa révérence avec un disque abouti et je trouve... ça bien ! alain
Tango Mago › mardi 4 décembre 2007 - 13:26  message privé !
14 ans aujourd'hui, snif. Une petite réécoute du requin jaune s'impose.
dju21 › samedi 6 septembre 2003 - 02:33  message privé !
Je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi contemporain. Ce dernier disque de Zappa de son vivant montre l'aboutissement de toute sa carrière, en fermant la boucle débutée lors de son adolescence, lorsqu'il acheta par hasard Ionisation d'Edgar Varèse. La rare complexité de cette oeuvre donne vraiment envie d'entendre ce qu'il aurait pu nous faire découvrir par la suite. Malheureusement,...
Note donnée au disque :