Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNThe New Blockaders › The New Blockaders

The New Blockaders › The New Blockaders

vinyl 33t • 2 titres • 45:35 min

  • 1Untitled22:47
  • 2Untitled22:48

remarques

Dans son édition de 1982, le titre original de cet album était simplement “The New Blockaders”. Nous avons choisi de garder cette dénomination pour désigner cet objet, même si les rééditions suivantes l'ont depuis re-baptisé “Changez Les Blockeurs”.

chronique

Styles
ambient
field recordings
noise
Styles personnels
manifeste bruitiste

Plus de soixante ans après sa parution, “L'art des bruits” de Luigi Russolo continue de faire des émules, en témoigne cette première manifestation sonore de Philip et Richard Rupenus sous le nom de The New Blockaders.
C'est en effet l'enregistrement brut de manipulations diverses que cet objet donne à entendre sur ses deux longues pistes : des objets rouillés qu'on actionne, des crissements divers, des outils qu'on entrechoque, une table qu'on déplace sur le sol sans en soulever les pieds, la pluie qui tombe sur de la tôle, un parquet qui craque, etc. De cet objet sonore se dégage une ambiance métallique, organique, évidemment bruitiste mais qui ne verse jamais dans le déréglement furieux. C'est à la fois très concret (on peut catégoriser la provenance des sons), tout en étant profondément abstrait, voire abscons : il n'y a aucun sens de la composition tel qu'on le connaît, ni début, ni fin, aucun événement marquant, aucune virtuosité dans la manipulation des objets ; on peut presque parler de régression infantile. Si j'osais une comparaison facile, je dirais que The New Blockaders est au dadaisme ce que Nurse With Wound est au surréalisme. D'abord agressé et irrité par ces bruits désagréables, on en vient assez rapidement à se laisser hypnotiser par ce flot incessant, qu'on ne trouve ni beau ni laid, qu'on n'évalue pas, comme si toute référence – voire toute envie d'y porter une référence - nous abandonnait peu à peu. On l'écoute, c'est tout. Il ressort de l'enregistrement une certaine résistance des objets à être manipulés, de par les frottements et grincements dûs à la rouille, mais on ne parvient pas à savoir s'il s'agit d'une résistance relative à une construction ou à une destruction. Ce schéma narratif, totalement détruit, est très représentatif de l'intention du duo, qui s'attachera tout au long de son parcours à proposer des créations qui ne construisent rien, voire qui détruisent tout en détruisant leur propre destruction (vous me suivez ?). Comme les Rupenus le disent eux-mêmes, ils ne font pas de la musique noise, ils font du bruit. Point. Et tout TNB est là : leur son, bras armé de leur manifeste, réussit à détruire tout repère, toute trace de conformisme ; il s'y distingue un refus de tout, y compris de la signification du refus. Leur slogan n'est-il d'ailleurs pas : “même l'anti-art est un art, c'est pourquoi nous le rejetons” ? Cette forme bien particulière de nihilisme, qui s'acharne à saccager le cadavre de l'art encore chaud, agit comme une forme nouvelle de liberté, un questionnement récursif, une capacité à inventer un langage nouveau, à brandir l'absurdité comme loi et comme anti-loi. Soucieux de porter leur manifestation sonore à un point de destruction échappant à tout critère (esthétique, (a)tonal, bruitiste, cacophonique, timbral, sériel, aléatoire, compositionnel, etc), le duo met à nu une certaine réalité primitive, définie par ce qu'elle n'est pas, et qui transcende son propre nihilisme. Pour être plus clair : de leurs négations dont on ne peut dire si elle sont affirmées ou elles-même niées, seule reste la destruction, et c'est la seule certitude que laisse finalement entendre leur bruit. Dès ce manifeste de 1982, The New Blockaders va s'avérer d'une importance capitale pour toute un pan de la musique extrême, puisque le groupe va influencer les pionniers de la scène noise telle que nous la connaissons depuis plus de 20 ans (Merzbow compris), aussi ne puis-je que vous encourager à découvrir leur bruit, unique dans tous les sens du terme.

note       Publiée le lundi 24 mai 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The New Blockaders".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The New Blockaders".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The New Blockaders".

Cinabre › lundi 11 mai 2020 - 18:20  message privé !

J’ai fait une petite expérience aujourd’hui pour préparer une jam... je l’ai passé à travers un modulateur, un peu de disto et un ampli de guitare. De la pure harsh noise, sans surprise.

Note donnée au disque :       
Cinabre › samedi 29 février 2020 - 19:57  message privé !

Jeté une oreille là-dessus sur youtube vite fait pour me faire une idée... Les sons sont magnifiques (oui, oui, magnifiques) mais musicalement... bah y a rien. C'est pas de l'anti-musique effectivement, c'est juste rien en fait. Nihilisme absolu. Commande immédiate. Merci, VL.

Note donnée au disque :       
MaxwellsDemon › lundi 18 juillet 2011 - 18:38  message privé !

Sacré groupe et chouette chronique

Note donnée au disque :       
brighter_paëlla_now › mercredi 26 mai 2010 - 22:19  message privé !

Je n'en avais jamais entendu parlé et là 2 fois ce soir, je note.