Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMauthausen Orchestra › Conflict

Mauthausen Orchestra › Conflict

k7 • 8 titres • 58:29 min

  • 1Untitled5:17
  • 2Untitled10:51
  • 3Untitled3:30
  • 4Untitled9:24
  • 5Untitled7:47
  • 6Untitled5:31
  • 7Untitled2:01
  • 8Untitled13:04

remarques

chronique

Si Mauthausen Orchestra a choisi de nous parler de conflit, c'est qu'il lui fallait trouver un prétexte pour nous emmener l'air de rien vers la violence, entendez par là la force débarassée de son encombrante légitimité, ce déréglement verbal ou physique, retenu ou libéré, que l'homme s'est très tôt ingénié à employer soit pour dominer, soit pour détruire. Inutile de préciser que c'est vers ce deuxième usage que s'est dirigé notre scélérat d'Italien, un choix qui peut sembler au premier abord facile, mais qui mène en réalité tout droit au piège de l'inconsistance sonore si n'y sont pas consacrés un minimum de travail et de réflexion. Et puis la domination étant déjà prise par Whitehouse, il fallait bien trouver un autre créneau... Procédant d'un hypnotisme boueux, par moments proche des travaux de NON période «Blood & Flame», le power electronics de ce «Conflict» n'exprime que résignation et fatalité. Le constat est clair et froidement lucide : le conflit ne mène à rien, sinon à accélérer notre inévitable destruction. Alors foutu pour foutu autant se laisser aller, et attendre la mort, en contemplant cette vie débile avec le minimum de cynisme requis. Et l'on rira des éventuels coups de poing dans la gueule qu'on se prendra au passage, comme on rira des (sous)êtres qu'on saignera sans hésitation parce qu'ils avaient osé se mettre en travers de notre chemin. Si j'aime Mauthausen Orchestra, c'est parce qu'il est la négation de tout, y compris de lui-même ; pour moi, il incarne le nihilisme aveugle de l'homme moderne. Dommage que dans cette cassette il ait été jusqu'à nier l'effort de composition, du moins sur la face B, particulièrement vide, ennuyeuse, et vraisemblablement peu travaillée. Je reconnais à l'inverse que la face A s'avère nettement plus correcte, malgré un son trop étouffé, avec ses bons moments d'électronique fangeuse, distante, totalement déconstruite... nihiliste quoi. Pour ceux qui voudraient tenter l'expérience Mauthausen Orchestra, ce n'est pas cet album que je recommanderais en premier, aussi attendez-vous à une musique vraiment peu engageante.

note       Publiée le vendredi 21 mai 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Conflict".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Conflict".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Conflict".

chelonian dundee › jeudi 3 juin 2010 - 11:46  message privé !

guignol?

Wotzenknecht › mercredi 2 juin 2010 - 10:38  message privé !
avatar

Satan n'a pas d'amis, il n'a que des marionettes.

Solvant › mercredi 2 juin 2010 - 03:01  message privé !

Le grand Satan c'est plus le nazi-friendly, aujourd'hui c'est le pédophile. Faut suivre un peu... Le disque n'est pas si mal, ça purge.

Note donnée au disque :       
chelonian dundee › mardi 1 juin 2010 - 01:55  message privé !

je précise,que l'on connecte le neant electronique sur un sujet pareil ça me fait vomire.C'etait tout

chelonian dundee › samedi 22 mai 2010 - 03:53  message privé !

mauthausen,et ses plus de cent mille morts (au nom de la musique?).le "côté obscur" ça se sublime, le paradoxe du paradoxe,là ça devient franchement ordurier