Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSTrygve Seim › Different rivers

Trygve Seim › Different rivers

  • 2000 • Ecm ECM 1744 • 1 CD

10 titres - 55:15 min

  • 1/ Sorrows
  • 2/ Ulrikas Dans
  • 3/ Intangible Waltz
  • 4/ Different Rivers
  • 5/ Bhavana
  • 6/ The Aftermath: African Sunrise
  • 7/ Search Silence
  • 8/ For Edward
  • 9/ Breathe
  • 10/ Between

enregistrement

1998-1999

line up

Paal Nilssen-love, Hild Sofie Tafjord (cor), Stian Carstensen (accordéon), Bernt Simen Lund , Morten Hannisdal (violoncelles), Håvard Lund (clarinette basse, clarinette), Per Oddvar Johansen (batteries), Nils Jansen (saxophone basse sopranino, clarinette contrebasse), Trygve Seim (saxophones ténor et soprano), Øyvind Brekke (trombone), Arve Henriksen (trompette, voix), David Gald (tuba), Sidsel Endresen (voix)

remarques

chronique

Là, on tombe dans les profondeurs mélancoliques du catalogue ECM... Dans ces disques aux pochettes qui n'en révèlent pas trop, aux longues plaintes instrumentales, à la fois apaisantes et terriblement émouvantes dans leurs harmonies... Et attention, je ne parle pas ici de l'apathie extravertie du post-rock, mais bien d'une véritable sensation tangible, comme de ressentir les minutes qui s'enfuient avec une douleur rentrée, prenante. Que vous soyez simple amoureux des instruments au son boisé où mélomane égaré à la recherche de la musique la plus triste et désolée du monde, le premier album de Trygve Seim est là pour vous accueillir dans ses limbes. Le norvégien s'entoure ici d'un ensemble de 16 musiciens, (dont Arve Henriksen, trompettiste de Supersilent!) pour donner naissance à un jazz "de chambre", toujours typique du label. Sauf qu'ici, on est loin des criques placides des Cournouailles explorés par John Surman. On semble plutôt transi de froid au coeur d'un fjord, le coeur serré par un mal-être immémorial. On se croirait dans un livre d'Henrik Ibsen. Alors bien sûr, le son chaleureux des cuivres peut donner une impression de bien-être, mais cette illusion ne dure pas. Il n'y a qu'avec l'avant-dernière plage, Breathe, que nous commençons à nous sentir soulagés, sous l'effet de cette voix féminine qui appelle à une méditation presque panthéiste. "Breathe, for your sorrow to fly away". Sans jouer sur une lenteur "doom", les musiciens prennent le temps de nous peindre un large tableau impressionniste sur les parois interne du crâne... Quoiqu'il en soit, les deux premiers titres, le bien nommé Sorrows et Ulrikas Dance, sont indispensables pour quiconque s'intéresse à la tristesse en musique. Éloignez vous des fenêtres et objets coupants quand même...

note       Publiée le vendredi 21 mai 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Different rivers".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Different rivers".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Different rivers".