Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesXXenophobic Ejaculation › White Power

Xenophobic Ejaculation › White Power

vinyl 33t • 2 titres • 45:45 min

  • 1Bleeding Rectum22:41
  • 2Nigger Dog23:04

line up

Pasi Markkula

remarques

La présence de Xenophobic Ejaculation sur ce site ne signifie en aucun cas l'adhésion, même partielle, de Guts of Darkness aux idées véhiculées par le groupe.

chronique

Le power electronics est un genre aujourd'hui moribond, qui ne survit que par l'énergie de quelques individus isolés. Le paysage a beau s'être clairsemé, il ne s'en est pas pour autant ramolli, bien au contraire si j'en crois la radicalité des projets récents qui émergent malgré tout ici et là. Si l'on excepte quelques poches de résistance aux Etats-Unis, c'est finalement la Finlande qui joue le rôle de l'irréductible village gaulois, où tout gravite principalement autour du charismatique Mikko Aspa et son label Freak Animal. Parmi ces ultimes forcenés figure Pasi Markkula, emblématique membre du bien nommé Bizarre Uproar, et surtout créateur de Xenophobic Ejaculation, entité qui derrière son nom faussement grindcore recelle un bloc de haine pure. Je n'aborderai pas ici les terrifiants propos que j'ai pu lire dans ses interviews, mais ce qui frappe chez lui, c'est que lesdits propos ne sont ni argumentés ni structurés, du coup on ne sait s'il s'agit d'une viscérale sincérité (auquel cas c'est effrayant), d'une provocation de très mauvais goût (il prétend fétichiser ce qui ne doit/peut pas l'être), ou d'un esprit faible manipulant des sujets trop complexes pour lui. C'est avec ce trouble en tête que je me suis enfilé ce «White power», réédition vinyl de la première partie d'une double cassette parue en 2009 et rapidement épuisée (60 copies seulement furent distribuées). Premier constat : Xenophobic Ejaculation n'aurait jamais existé sans le power electronics des années 80. Le son est brut, ça grince de partout, les larsens omniprésents sont malmenés du début à la fin, le chant est hurlé jusqu'à se briser les cordes vocales, c'est vraiment du très bon PE à l'ancienne, façon Sutliffe Jugend des débuts, le côté emprunté en moins. Certains pourront trouver ça obsolète, moi je préfère largement cela à une production numérique léchée. Côté discours, Markkula est à mille lieux de vouloir nous convaincre par une quelconque rhétorique politique : véritablement habité par ses convictions, il ne fait qu'exprimer sa rage intérieure, primaire, sûr de chaque mot qu'il éructe... et ça fait froid dans le dos. Deuxième constat : musique et projet sont parfaitement en phase. Chaque morceau alterne en effet éjaculations de violence pure avec des passages - certes saturés - mais plus retenus, comme si l'homme recouvrait ses forces après son effort ultra-physique. Sur «Bleeding Rectum», ce son ultra-saturé devient si insupportable d'immobilisme, qu'on en vient à lentement écumer de rage contre son auteur. Est-ce là un effet voulu ? Il me plaît en tout cas de le penser. C'est finalement très difficile de noter cet objet répugnant, mais le trouble qu'il crée est suffisamment marquant pour penser que son auteur a atteint son objectif : nous violenter mentalement. Et au fond, n'est-ce pas le but même du power electronics ?

note       Publiée le vendredi 14 mai 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "White Power".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "White Power".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "White Power".

p2h › dimanche 1 mai 2011 - 22:11  message privé !

Musicalement prise de son minable, hors phase dés les premières secondes, du larsen ni plus ni moins rien d'autre qq samples par ci par la et des cris... ok super ! un vulgaire ersatz de ce qu'on pouvait entendre de pas trop mal en moins cher, sans message, sans créativité... si c'est censé être drôle ça ne l'est pas, si c'est censé être haineux ça l'est encore moins et si second degrés il y a je pense faire partie de ceux qui ne le chercheront pas Dommage que la note la plus basse ne soit pas 0 parce que cet album ne vaut pas plus (si on peut appeler ça comme ça...) Ridicule imposture.

Note donnée au disque :       
VL › dimanche 16 mai 2010 - 12:11  message privé !
avatar

à vue de nez, je dirais que c'est une photo d'un soldat américain à abu ghraib, avec un prisonnier

ericbaisons › dimanche 16 mai 2010 - 11:55  message privé !

et la couv elle represente quoi?

Potters field › samedi 15 mai 2010 - 14:54  message privé !

mais si, on a envie d'en savoir plus !

Wotzenknecht › samedi 15 mai 2010 - 14:19  message privé !
avatar

Filth and Violence sur guts ! Là ca devient vraiment insalubre. Quant aux "idées" de Pasi, croyez-moi vous n'avez pas envie d'en savoir plus sur leur sujet, tout comme avec leurs petits copains de Sick Seed, Halthan et surtout Snuff...