Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCControl Resistance › Germ Warfare

Control Resistance › Germ Warfare

vinyl 33t • 2 titres • 14:40 min

  • 1Sickle Cell Acceleration: Germ Warfare7:50
  • 2Covert Wolves Amongst The Sheople6:50

line up

inconnu

remarques

La présence de Control Resistance sur ce site ne signifie en aucun cas l'adhésion, même partielle, de Guts of Darkness aux idées véhiculées par le groupe.

chronique

Styles
power electronics
noise
Styles personnels
white power electronics

Control Resistance est un groupe texan pur jus qui a pour particularité de se vautrer dans une idéologie suprémaciste plus que nauséabonde. Le groupe fait partie de ces formations américaines qui méprisent ouvertement le power electronics européen, dont les postures sont jugées factices et nulles car relevant d'une simple provocation jouant sur l'ambiguité et non d'un engagement politique avéré (comme si le genre se devait d'être politisé, enfin bon...). C'est donc sans détour que Control Resistance se réclame de l'activisme white power, à travers notamment ce «Germ Warfare», véritable brulôt paru sur le label Power & Steel. Et si le power electronics européen est raillé politiquement, il n'en est pas moins plagié musicalement par nos texans qui connaissent par coeur leur Genocide Organ : la face A délivre un long morceau de trames saturées, alternant tape voices et chant modulé au flanger, déversant sa litanie de haine. Les paroles sont le plus souvent incompréhensibles, mais rassurez-vous : le feuillet, quant à lui très explicite, saura vous guider : «The time has come to cleanse this nation / bring back white rule with an iron hand», etc. La face B est du même acabit, on croirait presque le premier morceau avec simplement plus de hautes fréquences au mixage. Le côté rentre-dedans y est plus assumé, aussi le morceau torche-t-il globalement bien. J'ai au final deux problèmes avec ce disque : premièrement, la musique n'est vraiment pas assez violente, nos texans se contentant du minimum syndical. Or, quand on se glorifie de tenir une position aussi extrêmiste, il faut que le bruit soit à la hauteur, ce qui n'est pas le cas ici. Deuxièmement, tant qu'à parler de convictions, il faut assumer ses propos jusqu'au bout, aussi pourquoi ne pas avoir mixé le chant de façon plus audible ? Si vous aimez le genre, penchez-vous plutôt sur Terre Blanche, ou carrément Streicher.

note       Publiée le mardi 11 mai 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Germ Warfare".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Germ Warfare".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Germ Warfare".

taliesin › vendredi 28 mai 2010 - 12:16  message privé !

Bein justement, concernant Streicher, j'ai récémment écouté 'Oï terroristen', 'Annihilism' et 'War without end'. Je ne connaissais pas... je n'avais rien raté ! Franchement, j'ai trouvé ça d'un mauvais... Bon, niveau du fond je m'en contre-fiche (le preuve j'apprécie le travail d'un Brethren par exemple), mais même "musicalement", pour moi c'est nul...

taliesin › mardi 11 mai 2010 - 21:59  message privé !

Mouais, j'aimerais bien lui mettre 3 boules 1/2 en fait, un peu plus que "moyen" sans être carrément "bon" ;-))

le_grisha › mardi 11 mai 2010 - 21:12  message privé !

Les japonais l'ont dit avant moi: "I have a bad case of diarrhea"

Wotzenknecht › mardi 11 mai 2010 - 20:32  message privé !
avatar

Comme dit Mikko Aspa: La rétrospective s'appelle "Oi Terroristen / Blood & Honour", donc tu sais à quoi t'en tenir

brighter_paëlla_now › mardi 11 mai 2010 - 20:29  message privé !

La vache, c'est premier degré Streicher ?