Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › You can't do that on stage anymore (Volume 1)

Frank Zappa › You can't do that on stage anymore (Volume 1)

cd1 | 14 titres

  • 1 The Florida Airport Tape [1:03]
  • 2 Once upon a Time [4:37)]
  • 3 Sofa No.1 [2:53]
  • 4 The Mammy Anthem [5:41]
  • 5 You Didn't Try to Call Me [3:39)]
  • 6 Diseases of the Band [2:22)]
  • 7 Tryin' to Grow a Chin [3:44]
  • 8 Let's Make the Water Turn Black, Harry You're a Beast [3:27]
  • 9 The Groupie Routine [5:41)]
  • 10 Ruthie Ruthie [2:57]
  • 11 Babbette [3:35)]
  • 12 I'm the Slime [3:13]
  • 13 Big Swifty [8:46]
  • 14 Don't Eat the Yellow Snow [20:16]

cd2 | 14 titres

  • 1 Plastic People [4:38]
  • 2 The Torture Never Stops [15:48]
  • 3 Fine Girl [2:55)]
  • 4 Zomby Woof [5:39]
  • 5 Sweet Leilani [2:39]
  • 6 Oh No [4:34]
  • 7 Be in My Video [3:29]
  • 8 The Deathless Horsie [5:29]
  • 9 The Dangerous Kitchen [1:49]
  • 10 Dumb All Over [4:20]
  • 11 Heavenly Bank Account [4:05]
  • 12 Suicide Chump [4:55]
  • 13 Tell Me You Love Me [2:09]
  • 14 Sofa No.2 [3:00]

enregistrement

Florilège des performances publiques des Mothers of Invention, de 1968 à 1984

line up

Frank Zappa (guitare, chant), et ses différentes versions des Mothers of Invention

chronique

Styles
rock
pop

Parallèlement à sa dernière tournée, à l'ambition clairement affichée d'influencer l'électorat américain, et la réédition de l'intégralité de son catalogue supervisée par ses propres soins, Frank Zappa se lance dans un autre projet colossal, à la mesure de sa démesure : mettre à jour la montagne d'archives des concerts des Mothers of Invention qu'il possède depuis leurs origines. Cette série de six doubles compact disques, emplis jusqu'à plus soif, vont se retrouver sous le bannière générique de "You Can't Do That On Stage Anymore" ("Plus possible de refaire ça sur scène"). Le premier volume de cette imposante collection paraît en 1988, précédé d'un sampler pour jauger l'intérêt du public pour la chose. La réponse ne se fait pas longtemps attendre… Sélectionnés pour la qualité de leur prestation, leur aspect inédit ou leur valeur historique, les titres sont enchaînés sans ordre chronologique apparent et définissent la volonté de Zappa de faire de sa carrière une œuvre entière, les morceaux de 1968 se fondant dans d'autres de 1984, et ceux-ci côtoyant des extraits issus des concerts de 1978, tout cela dans une symbiose totale, qui ne fait que confirmer le bien-fondé de l'entreprise. Notre homme y va de son petit commentaire sarcastique pour chacune des plages présentées, nous aidant parfois à mieux nous replonger dans le contexte (comme sur "Disease of the Band", par exemple). Des six volumes à paraître, celui-ci est, sans conteste, le plus éclectique ; il fait aussi un fameux détour par des interprétations essentielles de quelques unes des pièces clés du répertoire de Zappa, comme "Let's Make the Water Turn Black", "Don't Eat The Yellow Snow" ou "Big Swifty".

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'You can't do that on stage anymore (Volume 1)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "You can't do that on stage anymore (Volume 1)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "You can't do that on stage anymore (Volume 1)".

ajoutez une note sur : "You can't do that on stage anymore (Volume 1)"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You can't do that on stage anymore (Volume 1)".

ajoutez un commentaire sur : "You can't do that on stage anymore (Volume 1)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You can't do that on stage anymore (Volume 1)".

Dun23 › lundi 27 mai 2019 - 16:47  message privé !

Zappa in New York, t'enfiler tu dois!

boumbastik › dimanche 26 mai 2019 - 17:09  message privé !

Cool ce truc. Ma porte d'entrée à l'oeuvre protéiforme et pharaonique du bonhomme ?

kranakov › jeudi 7 février 2013 - 12:47  message privé !

Splendide compilation, certes très orientée chansons, mais pourvue de pièces maîtresses du domaine dont "Don't Eat That Yellow Snow" (soit les quatre premiers morceaux de "APOSTROPHE (')" avec un final inédit et une participation "spontanée du public" et un "The Torture Never Stops" jubilatoire. Quasi-indispensable !

Note donnée au disque :