Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJivaros Quartet › Near the noise

Jivaros Quartet › Near the noise

cd | 13 titres

  • 1 Two years
  • 2 Wrong
  • 3 A song for her
  • 4 Scribbled messages
  • 5 Absent when you came
  • 6 A thousand miles from Dover
  • 7 Pebbles down the precipice
  • 8 The strangest words
  • 9 Gone astray
  • 10 Noah's ark
  • 11 Driving toys
  • 12 The river in my mind
  • 13 Bottomless drawer

enregistrement

SDH, France, mai 1989

chronique

La Chaux-de-Fonds, capitale horlogère de mon canton, l'une des villes les plus hautes d'Europe, vient d'être classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Pour fêter cette bonne nouvelle, j'ai décidé de dépoussiérer une formation des années 80 originaire de la cité en question qui à force de travail avait fini par se tailler une petite réputation jusqu'en France: les Jivaros Quartet. Crée en 1984, le combo suivra la voie habituelle des démos auto-produites juqu'au premier enregistrement vinyl, en l'occurence un EP (faute d'argent pour s'offrir plus). L'objet sera suffisamment crédible pour leur ouvrir les portes de quelques festivals et finalement, par l'intermédiaire du batteur Jo de Krume, celle d'un magazine de rock indépendant. L'article élogieux qui suivra stimulera la vente du EP et vaudra à nos Suisse d'être signés sur le label fraîchement crée par de Krume, Loone Records (en partenariat avec Danceteria pour qui il travaille en parallèle), pour leur premier LP. 'Near the noise' nous propose un rock aux arrangements dépouillés à rapprocher des Français de Kat Onoma; on y décèle également quelques influences cold wave, dans la sécheresse de la batterie et le jeu de basse notamment, mais également des ambiances à chercher du côté du Velvet Underground pour l'aspect faussement blasé du chant. La froideur cristalline des sons ainsi que le dépouillement extrême des arrangements voile le disque d'une impression de monotonie mais qui se révèle légèrement trompeuse au fil des écoutes. On glisse ainsi de manière quasi imperceptible de la tension de 'Two years' à la mélancolie de 'Scribbled messages' (les brumes Curesques ne sont pas loin) en passant par les teintes monochromes du Velvet Underground ('A thousand miles from Dover'), sans oublier une new wave proche des Cure une fois encore ('Pebbles down the precipice'). Je qualifierais ce disque d'hypnotique; sa grisaille a cette touche cotonneuse rassurante dans laquelle on s'immerge volontiers pour laisser le charme des mélodies agir écoute après écoute...Et ça marche. Si par la suite, le groupe évoluera dans des climats plus pop (toujours marqués des stigmates du Velvet Underground), les amateurs de cold wave devraient goûter ce premier essai au même titre que les fans de rock...Près du bruit mais jamais dedans, la limite entre lumière et brouillard...4,5/6

note       Publiée le mercredi 5 mai 2010

partagez 'Near the noise' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Near the noise"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Near the noise".

ajoutez une note sur : "Near the noise"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Near the noise".

ajoutez un commentaire sur : "Near the noise"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Near the noise".

Twilight › mercredi 5 mai 2010 - 23:53  message privé !
avatar

Exact, c'est chez nous que vous trouverez la meilleure ^^

ericbaisons › mercredi 5 mai 2010 - 23:12  message privé !

le pays de l'absinthe frelatée surtout!