Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAuto-Mod › Eastern gothic

Auto-Mod › Eastern gothic

cd • 9 titres

  • 1Der Teufel
  • 2Merry-go-round
  • 3Poison night
  • 4Devil dance
  • 5Majesty
  • 6Belzebuth
  • 7Legend of the blood
  • 8Titre en japonais
  • 9Lucifer's song

enregistrement

Studio Move 705, Ongakukan, Lapis Arts, Japon

line up

Genet (chant, instruments), Yukino (guitare, programmation), Masa (basse), Naoki (batterie), Sellia (contre-ténor), Sachi (violon additionnel), Kawano Toshiaki (synthé), Fred (voix)

remarques

chronique

Auto-Mod, créature de Genet, musicien incontournable de la scène underground nippone de la fin des 70's et du début des 80's, fait partie des formations les plus influentes de la scène gothique et batcave du Pays du Soleil Levant. Ce projet aura été en effet le premier à importer des sonorités punk-goth britanniques et je ne serais pas étonné d'apprendre que leurs prestations scéniques, leur visuel aient pu inspirer la scène visual-kei. Après le split en 1985, il semblerait que l'homme ait ressuscité son projet en 1996 mais je n'ai pas beaucoup d'informations à ce sujet. Toujours est-il que j'ai réussi à pêcher ce qui semble être leur ultime production en date, 'Eastern gothic'. Nous sommes loin du post-punk des 80's, Genet a modernisé son son, notamment au niveau des guitares plutôt orientées metal, ainsi que des bidouillages electro; nous sommes ici plus proches de Marilyn Manson, Malice Mizer, Dir En Grey que de Bauhaus. Après une introduction rapide sous forme de pièce vocale baroque en allemand (laquelle sera reprise en guise de conclusion avec des beats tribaux, des percussions ethniques et des violon du plus bel effet), le ton est donné: guitares metal, programmation pour l'ambiance et le chant, instrument démoniaque, décadent à souhait. Rien n'est jamais statique et les climats varient d'une chanson à l'autre, voir carrément dans le morceau lui-même, ainsi sur 'Legend of the blood' où alternent des passages calmes presque deathrock et refrain appuyé plus proche de Dir En Grey, ou encore 'Poison night' où guitares metal côtoient percussions et samples ethniques; 'Devil dance' flirte même avec une forme d'indus metal à la Ministry, tandis que l'aspect techno-metal de 'Belzebuth' rappellera Cubanate. Quelques restes gothiques d'antan se perçoivent encore dans certaines lignes, ainsi la basse et les guitares de 'Majesty', l'une des meilleures pièces de par son climat mystique malgré quelques riffs lourds (les claviers arabisants un peu froid y sont parfaits). Il est clair que ce n'est pas l'aspect de Auto-Mod que je préfère mais globalement l'album tient bien la route par une certaine richesse des orchestrations, un effort sur l'atmosphère évitant la touche 'machine' stérile caractérisant pas mal de formations metal sous le charme de l'électronique fraîchement découvert, et un travail de la voix vraiment efficace. Ces éléments permettent au combo d'éviter de sombrer dans le bourrin lourdingue même sur les passages les plus appuyés, avec de véritables réussites hantées (les vocaux féminins de la huitième pièce, par ex.). Avis aux amateurs, Faust à la sauce japonaise, ça peut être impressionnant.

note       Publiée le vendredi 23 avril 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Eastern gothic" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Eastern gothic".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Eastern gothic".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Eastern gothic".