Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Jazz from hell

Frank Zappa › Jazz from hell

8 titres - 34:26 min

  • 1/ Night School (4:47)
  • 2/ The Beltway Bandits (3:25)
  • 3/ While You Were Art II (7:17)
  • 4/ Jazz from Hell (2:58)
  • 5/ G-Spot Tornado (3:17)
  • 6/ Damp Ankles (3:45)
  • 7/ St.Etienne (6:26)
  • 8/ Massaggio Galore (2:31)

enregistrement

UMRK Mobile, 1986

line up

Ed Mann (percussions sur St.Etienne), Tommy Mars (claviers sur St.Etienne), Bobby Martin (claviers et saxophones sur St.Etienne), Scott Thunes (basse sur St.Etienne), Steve Vai (guitare sur St.Etienne), Chad Wackerman (Batterie sur St.Etienne), Ray White (guitare et chant sur St.Etienne), Ike Willis (guitare et chant sur St.Etienne), Frank Zappa (synclavier, guitare)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
instrumental > expérimental

"Jazz from Hell" est sans nul doute l'album le plus controversé de toute la carrière de Zappa. Il l'est d'autant plus qu'il remportera un Grammy Award cette année-là. Si l'on est tenté de voir en cela une démarche de l'establishment pour tenter de récupérer Zappa dont les dires, dans la presse ou les journaux télévisés, affichent un cynisme cinglant à leur égard, il peut-être vu aussi comme une récompense ponctuelle pour l'importante contribution discographique que le guitariste a légué au patrimoine américain. Zappa le prend néanmoins comme un réel compliment. Excepté "St.Etienne", qui est encore un chorus de guitare isolé lors d'un concert en France, tous les autres titres figurant sur "Jazz from Hell" ont été développés, seul, par Zappa, à l'aide de son désormais inséparable synclavier. Cet album est aussi, à ce jour, un de ses plus aboutis dans le genre, mais aussi un des plus inventifs et des plus avant gardistes qu'il ait créé depuis belle lurette. Le choix mûrement réfléchi de déshumaniser sa musique ne l'empêche pas de signer quelques superbes compositions où ses talents lyriques et mélodiques l'emportent haut la main. On aime ou on n'aime pas. En tout cas, "Jazz from Hell" ne peut que difficilement laisser indifférent. Il est d'ailleurs amusant de noter que ce procédé fera des émules, notamment du côté de ses fans inconditionnels, comme le duo suédois des surdoués Mats/Morgan qui, sur leur double album "The Music or The Money ?", en 1997, déclinent un travail similaire ou, du moins, fort proche.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Jazz from hell' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Jazz from hell"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Jazz from hell".

ajoutez une note sur : "Jazz from hell"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jazz from hell".

ajoutez un commentaire sur : "Jazz from hell"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jazz from hell".

(N°6) › vendredi 27 février 2015 - 18:27  message privé !
avatar

Y en a à qui ce Jazz from Hell a changé la vie. Du coup, je suis le mouvement. Straight to the G-spot.

SEN › jeudi 28 août 2014 - 22:45  message privé !

J'ai jamais compris cette obsession de Zappa pour le Synclavier... J'ai vraiment beaucoup de mal avec sa production des 80's !

Note donnée au disque :       
kranakov › samedi 28 mai 2011 - 17:36  message privé !

"St. Etienne" incroyable ! Mais le reste de l'album comporte des ambiances à lui qu'on apprécie plus à chaque écoute.

Note donnée au disque :       
Ayler › mercredi 3 octobre 2007 - 15:42  message privé !
On retrouve "G-Spot Tornado" sur "The Yellow Shark", dans une version nettement supérieure à mon sens. Avec les années, les timbres du synclavier ont vieilli : "Jazz From Hell" est déjà un album d'un autre temps. L'improvisation de Zappa sur "St.Etienne" (seul titre avec des êtres humains) est fulgurante : c'est un sommet d'imagination et de sensibilité, que les années n'ont en rien altéré pour le coup.
Tango Mago › mercredi 14 mars 2007 - 13:12  message privé !
Celui là, plus je l'écoute et plus je l'aime. Toujours aussi incompréhensible mais jamais ennuyeux. Dis moi Proggy, tu n'aurais pas oublié "Does humour belong in music" ?