Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeströyer 666 › Phoenix rising

Deströyer 666 › Phoenix rising

cd • 8 titres • 41:10 min

  • 1Rise of the Predator4:05
  • 2The Last Revelation2:25
  • 3Phoenix rising3:58
  • 4I am the wargod(ode to the battle slain)7:33
  • 5The eternal glory of war5:20
  • 6Lone wolf winter6:37
  • 7Ride of the solar wind4:52
  • 8The Birth of Tragedy5:19

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

K.k. Warslut (guitare, chant), Sharpnel (Guitare solo), Bullet Eater (Basse), Deceiver (Batterie)

remarques

Y a-t-il un fan de SODOM dans le groupe ? Comprenne qui pourra...

chronique

Avec un nom pareil et des pseudo de cette délicatesse, on se doute bien que les australiens de Destroyer 666 ne sont pas des émules de Dead can dance... L’Australie, pays pour le moins excentré par rapport à la scène metal (et même à toutes les scènes) arrivent à nous faire parvenir tout de même de véritables petits brûlots. Deuxième album du groupe, "Phoenix rising" propose un alliage pour le moins réussi de black metal et de thrash d'autrefois, ce qui n'est pas pour déplaire, même si l'aspect thrash de leur musique n'est pas aussi flagrant que dans Raise hell par exemple. Mais les titres "Rise of the predator" ou "Lone wolf winter", alliant haute technicité et rythme endiablé montrent bien cette fusion des deux styles. Pour autant, le groupe sait lever le pied pour nous proposer des titres plus lents... enfin... moins rapides... comme "The last revelation" ou "The eternal glory of war", avec des rythmes récurrents et mélodiques, et même un petit côté viking metal. Impossible enfin de faire l'impasse sur le grand moment de cet album : "I am the wargod", avec son intro calme fait de ligne de basse sur fond de bruits de vague, avant que les guitares n'attaquent sur un rythme très black et que ne commence une longue montée en puissance de 3 minutes au moins. Ce morceau couvre toutes les facettes de la musique de Destroyer 666 et reste une de leurs plus grandes chansons. Bref, un grand album pour un groupe sur lequel peu auraient sans doute misé...

note       Publiée le mardi 20 avril 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Phoenix rising".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Phoenix rising".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Phoenix rising".

yog sothoth › mercredi 11 juillet 2018 - 09:11  message privé !
avatar

Darkthrone, Judas priest et HoF, ca reste pour moi des archétypes du Metôôôôôôôôl dans le sens que j'y donne (des clichés en pagaille et des riffs de boeufs). (et à mon sens le D666 ci-présent possède de forts relents des 2 premiers). Bref, il semble que nous ayons 2 visions irréconciliables de la G... erf ... du Metal / Metôl.

Langouste-mayonnaise › mardi 10 juillet 2018 - 21:47  message privé !

"T'aimes le metal ? -Oui -T'aimes Destroyer 666 alors ? -Non -Alors t'aime pas le metal -Ben si -Donc tu aimes Destroyer 666 !"

Langouste-mayonnaise › mardi 10 juillet 2018 - 21:27  message privé !

Je me comprend. C'est le principal, non ?

fonfongre › mardi 10 juillet 2018 - 21:06  message privé !

Gné ?

Note donnée au disque :       
Langouste-mayonnaise › mardi 10 juillet 2018 - 20:57  message privé !

Ah mais non ! J'aime le metal ! J'aime Darkthrone et j'ai toujours les mêmes frissons à écouter le refrain de Snakes For The Divine d'High on Fire, pas de nostalgie ni quoi que ce soit qui puisse se justifier là-dedans, juste de l'Amour. Tiens hier soir j'ai écouté Painkiller et Kill'em All (ça faisait très longtemps) et j'ai bien sûr surkiffé ma race ! Bref tout ça ce sont juste des exmples pour dire qu'au moins 3/4 des trucs que j'écoute sont du metal. J'aime juste pas le métôôôl, nuance ;)