Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Meets the mothers of prevention

Frank Zappa › Meets the mothers of prevention

10 titres - 47:10 min

  • 1/ I Don't Even Care (4:39)
  • 2/ One Man, One Vote (2:35)
  • 3/ Little Beige Sambo (3:02)
  • 4/ Aerobics In Bondage (3:16)
  • 5/ We're Turning Again (4:55)
  • 6/ Alien Orifice (4:10)
  • 7/ Yo Cats (3:33)
  • 8/ What's New In Baltimore (5:20)
  • 9/ Porn Wars (12:05)
  • 10/ H.R. (3:35)

enregistrement

UMRK Mobile, 1985

line up

Ed Mann (percussions), Tommy Mars (piano), Bobby Martin (claviers, chant), Scott Thunes (basse), Chad Wackerman (batterie), Johnny "guitar" Watson (guitare, chant), Ray White (chant, guitare), Ike Willis (chant, guitare), Frank Zappa (guitare, chant)

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
satirique

Le Parents Music Resource Center, conduit par l'épouse du sénateur Al Gore, et qui avait déjà attaqué Zappa pour son anti-conformisme déplacé sur "Sheik Yerbouti", revient à la charge en proposant de censurer les albums à contenus trop explicites. Alors que des artistes comme Prince sont dans le collimateur, il n'y a que Zappa, qui se trouve un allié en la personne de Dee Dee Snyder (chanteur des Twisted Sister), pour défendre la liberté d'expression des artistes. Ce recours en justice n'aboutira pas et, comme reliquat de cette bataille, nous conservons aujourd'hui ce sticker, "Parental Advisory Explicit Lyrics", qui orne les pochettes d'une quantité invraisemblable de productions alternatives dont les lecteurs de Guts of Darkness sont friands. Touché dans son orgueil et décidé à avoir le dernier mot, cet épisode redonne à Zappa ce peps qui est le sien et qu'il avait relégué aux oubliettes. Ses proches collaborateurs n'étant jamais très loin, il enregistre dans l'urgence avec eux ce "Meets the Mothers of Prevention", une attaque en règle, perfide et sournoise, du système totalitaire mis en place par Ronald Reagan dont il se dira l'ennemi déclaré, un peu à l'image de Gil Scott-Heron. Ne concédant rien à ses dernières expérimentations, ce nouvel album se partage entre morceaux ouvertement provocateurs joués par le groupe ("We're turning Again", qui ravale le portrait de l'American Way of Life, ou "Alien Orifice") et pièces composées à partir du synclavier où l'offense est plus insidieuse car elle est musicale, et donc inattaquable par le PMRC ("One Man/One Vote" pour la version européenne, "Porn Wars" pour la version US, "Aerobics in Bondage"). L'implication politique de Zappa est totale et va l'amener plus loin qu'il ne se l'imagine. Mais pour l'heure, dans sa production discographique en dent de scie de ces dernières années, "Meets the Mothers of Prevention" scintille comme un électrocardiogramme ; le cœur bat toujours, mais il ne s'emballe pas.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Meets the mothers of prevention' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Meets the mothers of prevention"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Meets the mothers of prevention".

ajoutez une note sur : "Meets the mothers of prevention"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Meets the mothers of prevention".

ajoutez un commentaire sur : "Meets the mothers of prevention"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Meets the mothers of prevention".

dju21 › lundi 15 septembre 2003 - 15:50  message privé !
Loin d'etre indispensable, cet album comporte quelques bons morceaux comme Porn Wars et H.R où Zappa expérimente le collage sonore glauque à souhait à partir de samples de sénateurs républicains et autres télévangélistes. Les 3 morceaux au synclavier sont extrèmement bien ficelés mais peu digestes en raison de la froideur du son typiquement années 80. De toute l'oeuvre de Zappa, ses compositions sur machines sont celles qui ont surement le moins bien vieilli. C'est frustrant car il n'y a pas de performance. C'est "juste de la composition" la plupart du temps impossible à jouer pour un humain. Sinon, We're Turning Again et Alien Orifice, excellent jazz plein de mises en place, comptent parmis les meilleurs morceaux de cet album un peu décousu.
Note donnée au disque :