Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKBernd Kistenmacher › Totally Versmold

Bernd Kistenmacher › Totally Versmold

cd | 3 titres | 70:00 min

  • 1 1 Forget the Past 7:21
  • 2 2 Nachtflug II 21:56
  • 3 3 Vivid 26:09

enregistrement

Enregistré à Versmold, Allemagne en 1998

line up

Bernd Kistenmacher: Korg MonoPoly, ARPs 2600, et Odyssey, Séquenceur,Oberheim OBxa, Roland System100 M et percussions

remarques

Pour en savoir plus sur Bernd Kistenmacher, vous pouvez consulter son blog à l’adresse suivante; http://bernd-kistenmacher.blogspot.com/

chronique

J’ai lu sur un forum de MÉ que les réalisations de Bernd Kistenmacher sont inégales; de bons albums parmi de moins bons. Eh bien….je ne sais pas quels sont les albums que ce bloggeur à écouter, mais en ce qui me concerne, plus j’avance dans ma découverte du monde musical de Kistenmacher, plus je suis agréablement enchanté. Enregistré lors d’un concert à Versmold, Allemagne, en 1998; Totally Versmold est le dernier vestige d’un Kistenmacher qui mord à pleines dents dans une Berlin School tantôt spatiale tantôt sauvage. Réservé uniquement aux fans de Kistenmacher puisqu’offert en exclusivité sur le coffret de 8 CD; My Little Universe, Totally Versmold est pourtant un beau petit bijou caché de la MÉ, où Kistenmacher déploie des mouvements séquentiels complexes, tout en respectant son approche mélodieuse et poétique qui le suit depuis la parution de Wake up in the Sun. Forget the Past ouvre cet album en concert avec la touche très personnelle de Kistenmacher pour sa créativité musicale; séquences hésitantes qui tambourinent une étrange rythmique prisonnière d’un synthé aux souffles d’un saxophone solitaire enveloppé d’un doux voile mellotronné. Un tempo langoureux, noyé dans une immense immersion de basse qui démontre l’aisance de Kistenmacher pour la recherche des séquences ambiguës. Forget the Past offre une étrange structure sensuelle qui s’éteint doucement dans les vapes de Nachtflug 2, dont l’intro flotte dans un cosmos onirique. Peu à peu, l’invasion des strates synthétisées forment de lentes vagues morphiques qui surdimensionnent l’approche ambiante de ce long titre dont la rêverie en est assurée. Après ce long passage aux douceurs atonales, Vivid nous plonge en plein cœur d’une Berlin School rétro où séquences hypnotiques vont de pair avec un synthé aux longs solos éthérés. Suivant la finale aquatique de Nachtflug 2, de fines séquences xylophonées ourlent sur un canevas sonore scintillant. Une approche à la Crystal Lake, mais plus soutenue avec des séquences tambourinées qui percutent un fin filament musical cristallin. Le rythme s’alourdit et se façonne par l’écho résonnant des séquences qui battent une mesure nerveuse sous un synthé caustique, dont les solos s’enroulent autour d’une cadence aux pulsations martelées qui épousent à merveille une complexe séquence aux accords frénétiques. Solitaire et oublié dans cette mare musicale percutante, le synthé déploie de sublimes solos torsadés et embrasse une phase très lyrique à la Body Love sur des cadences aux subtiles permutations, amenant une suavité et une chaleur à un titre devenu nettement plus poétique. Un superbe morceau aux séquences en alternance, aux percussions martelantes et au synthé romanesque, Vivid lentement devient la propriété de Morphée et des astrales ondes d’un synthé néantisé. Un très beau titre oublié dans un coffret à tirage très limité, 500 copies. Where is Your Friend, When You Need Him Most clôture cette petite perle à édition restreinte avec une approche séquentielle et une musicalité qui s’apparentent à Vivid. Très musical, le titre ouvre avec des accords limpides qui voltigent dans une nébulosité à éclaircie latente, formant une minimalisme séquence d’ouverture. Un splendide jeu de percussions s’y greffe, percutant sous les souffles d’un synthé aux sonorités du Moyen-Orient. Le tout sonne très Black dance, mais avec une approche moins éthérée, si ce n’est que des chœurs mellotronnés qui enveloppent la dernière portion, guidant Where is Your Friend, When You Need Him vers une finale très ambiante. Totally Versmold est une excellente trouvaille qui malheureusement niche dans un coffret qui est introuvable. Un très bel album de purs délices pour les amateurs de Berlin School rétro… Reste juste à le trouver!

note       Publiée le mardi 13 avril 2010

partagez 'Totally Versmold' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Totally Versmold"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Totally Versmold".

ajoutez une note sur : "Totally Versmold"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Totally Versmold".

ajoutez un commentaire sur : "Totally Versmold"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Totally Versmold".

Gwerz › mercredi 14 avril 2010 - 14:54  message privé !

Je vais contredire PHAEDREAM sur 2 points : dans le coffret "My little Universe" tiré à 300 exemplaires, c'est le CD intitulé "Best Of Best" qui, normalement, n'est pas vendu séparement. En, outre il semble que le concert enregistré sur "Totally Versmold" date de 1996. Pour trouver les disques de Bernd Kistenmacher, ils sont vendu sur un célébre site d'enchères, via un disquaire de Berlin, entre 10 et 12 euros le CD. A part çà, je partage tout à fait l'opinion de Phaedream. Bernd est un excellent compositeur, qui n'a sans doute pas abordé toutes les facettes de la ME comme Klaus Schuze, mais qui mériterait une écoute attentive de tous les amoureux de cette musique. J'ai lu quelque part que le bonhomme était très discret ce qui explique peut-être cette absence de notoriété. Mais le principale, c'est sa musique non ?

Note donnée au disque :