Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Live at the Olympia '96

Deep Purple › Live at the Olympia '96

cd 1 • 10 titres • 65:33 min

  • 1Fireball05:02
  • 2Maybe I'm a Leo05:54
  • 3Ted the mechanic05:06
  • 4Pictures of home05:58
  • 5Black night07:33
  • 6Cascades: I'm not your lover11:05
  • 7Sometimes I feel like screaming07:24
  • 8Woman from Tokyo06:29
  • 9No one came05:53
  • 10The purpendicular waltz05:10

cd 2 • 7 titres • 57:08 min

  • 1Rosa's cantina06:19
  • 2Smoke on the water09:25
  • 3When a blind man cries07:18
  • 4Speed king11:46
  • 5Perfect strangers06:43
  • 6Hey Cisco07:28
  • 7Highway star08:08

enregistrement

Enregistré live le 17 juin 1996 à l'Olympia de Paris

line up

Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Jon Lord (claviers), Steve Morse (guitare), Ian Paice (batterie)

remarques

chronique

En 1996, alors que le groupe s'est trouvé un remplaçant stable après le deuxième départ de Ritchie Blackmore et la non-poursuite de la collaboration avec Joe Satriani, en la personne de Steve Morse. Après un album sorti en début d'année, "Purpendicular", le groupe passe en concert dans la célèbre salle parisienne pour un concert d'un peu plus de deux heures. A la lecture de la set-list, on peut s'apercevoir que le groupe n'hésite pas à mettre quelques titres plutôt rares en concert, tous venant de la formation Mk. II, comme "Maybe I'm a Leo", "When a blind man cries" ou "No one came". On a en fait un patchwork entre des morceaux du début des années 70 (de 70 à 73), des titres du dernier album et un "Perfect strangers" de 1984, seul "nouveau" titre à pouvoir un temps soit peu rivaliser avec les grands standards du groupe de sa grande époque. Pas que je fasse une fixette sur ce Purple des années 90, mais franchement, je le trouve vraiment pas bon. C'est pas faute d'avoir essayé, mais je trouve ça absolument plat ! Que ce soit les nouveaux titres (c'est atroce !) ou même les nouvelles versions de vieux classiques, ça ne passe pas. Ce n'est pas pourri, juste ça ne tient pas la comparaison avec le son des années 70 et l'osmose qui pouvait régner au sein du groupe vingt ans plus tôt et qui n'existe plus du tout en 1996. Bien sûr, c'est sympa d'écouter des titres comme "Black night" ou le bien speed "Fireball" (y'a pire pour débuter un concert, je le conçois !). C'est cool de déterrer le très bon "Woman from Tokyo", mais bon, faut se rendre à l'évidence, c'est juste un petit plaisir nostalgique parce que ça manque littéralement de magie et de puissance. Je viens de chroniquer le "Final concerts" du Mk.III de 1975 et le contraste est saisissant niveau pèche et enthousiasme avec ce live à l'Olympia vingt ans plus tard. J'ai presque l'impression de voir un groupe qui est là pour faire chanter le public sur de vieux standards. Pour les avoir vu quelques années plus tard, je ne peux que confirmer ce constat. C'est pas mal sur quelques titres, mais à la longue, ça ne prend plus. Et je ne parle même pas des solos de guitares qui n'apportent rien. Bref, ce live à l'Olympia est donc très moyen et ne vaut que pour son côté nostalgique et ces quelques vieux morceaux exhumés, mais qu'il est loin le temps où ça envoyait sévère !!

note       Publiée le lundi 5 avril 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live at the Olympia '96".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live at the Olympia '96".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live at the Olympia '96".

magnu › dimanche 11 avril 2010 - 17:52  message privé !

Ca vaut bien mieux que Come Hell Or High Water en tout cas : Le guitarise a envie de jouer !

Note donnée au disque :