Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHiM › ん

HiM ›

cd • 10 titres • 00:00 min

  • 1Creode
  • 2Other echos (touch)
  • 3Abstract Ladder
  • 4Those who say
  • 5The Hidden Persuader
  • 6Makossa for Masako
  • 7Clues To The Roots
  • 8It Is Food
  • 9Hola
  • 10Unfinished

enregistrement

Produit par HiM et Takayuki Osuki (afterhours) - Basic Tracks enregistrées aux studios GOK, Tokyo, par Yoshiaki Kondo, 13 au 15 Novembre 2008, sauf 5,8 & 10 enregistrées à AoD, République de St Marcos, Aout-Novembre 2008 - Overdubs enregistrés à AoD, DSH (Maryland), Treehouse studios (Washington DC), chez Takuma, Kokubunji-city, Afterhours et Gok Sound - Mixé par Yoshiaki Kondo et Doug Sharin à Gok du 28 Fevrier au 4 Mars 2009 (1,3,7,8,9), et par Doug Sharin à AoD, Mars-Avril 2009 (reste) - Masterisé à West West Side par Alan Douches, 14 Avril 2009.

line up

Doug Scharin (batterie, percussions, basse, piano electrique, vibes, djembé, rhodes), Josh La Rue (guitares acoustiques et éléctriques), Takuma Nonaka (guitares, voix, harmonium, claviers, marimba, orgue), Shinpei Okaya (batterie, derbouka, voix), Yuji Takahashi (basse, contrebasse), Ikuko Harada (chant sur la 1 et la 7), Rinko Kikuchi (chant sur la 2), Tetsushi Nonaka (composition), Kazuya Kotani (steel pans, percussions, voix, cuica), Tonchi (chant sur la 9), Devin Ocampo (guitare sur la 6, Neuma (violoncelle sur la 10), Marc Cisneros (flûte, saxophone tenor, clarinette basse), Eirikur 'Eiki' Orri Olafsson

remarques

Artwork par Karera

chronique

Styles
jazz
post rock
world music
Styles personnels
post-exotica

Doug Scharin est un type qui a tendance à surgir d'où on ne l'attend pas, un peu comme le commissaire dans Inspecteur Gadget. Déjà que son projet, HiM, est une surprise pour qui l'avait suivi dans ses précédentes aventures derrière les fûts pour June of 44 et surtout Codeine, groupes cultes de l'underground américain des années 90 ; le voilà maintenant signé sur Ankama Music, un label tout fraîchement créé, là, cette année... Ankama, pour les plus de 12 ans parmi nous qui nous lisent, c'est la société qui édite Dofus et Wakfu, les jeux vidéo online tout mignons qui vampirisent complètement les bambini depuis un ou deux ans... Quelle mouche les a piqués, je ne sais pas, mais voilà qu'ils lancent un label indie assez pointu, sur lequel débarque le nouvel album de HiM, après être passés par Fat Cat et Afterhours ! Le rapport entre Dofus et HiM ? Y'en a pas, sauf peut-être que HiM est quasiment devenu une formation japonaise (même si en réalité, les japs préfèrent Dragon Quest, mais chuuut) depuis 1110, l'album précédent... On retrouve la même équipe, visiblement en tongs et ravie de rejouer ensemble, pour cet album du nom d'un caractère japonais à prononcer "hmmmmmm". Point de métaphore culinaire ici, quoique cette tambouille bio et savamment exotique ravit les papilles auditives, non, si vous voulez mon avis, c'est encore une idée pour enrayer le téléchargement de l'album... Et ça loupe pas, essayez voir de le downloader ! Mais fi de ces considérations extra-musicales : ce huitième album de la formation inclassable est une vraie perle juteuse comme il faut, un "feel-good record" à la japonaise, qui voit d'ailleurs le retour des vocaux sur quelques titres. Rien à voir avec ceux de Many in High Places Are Not Well cela dit, puisque ce sont des chanteuses pop qui s'y collent, notamment l'excellente Ikuko Harada de Clammbon, un peu sous-exploitée ici à vrai dire. Seuls occidentaux présents, Josh LaRue au guitares et Marc Cisneros aux instruments à vent, pour un résultat superbement métissé. De son expérience au sein de la scène alternative US (il a un cv plutôt sympa), Scharin a probablement retenu cet esprit d'aventure qui lui fait incorporer des solos de guitares légèrement noisy, parfois longs, et jouant sur les timbres avant tout, dans ces compositions légères et enlevées. Le résultat est très dense et généreux, à l'image de la jungle de la pochette, et la production cristalline permet d’emmêler guitares, percus multiples (deux batteurs sur la première piste), basse, et multiples overdubs sans jamais perdre le nord... Tout cela est à la fois très cosy et quelque peu expérimental au niveau du jeu, pour un album où chaque titre peut s'écouter de toutes les manières possibles et imaginables sans lassitude : "à la jazz", c'est à dire en vibrant sur chaque note, en fond sonore, pour dormir, sur une piste de danse... Belle polyvalence, même si les amateurs de post-rock à ambiances vont faire la gueule (comme d'hab, en fait).

note       Publiée le dimanche 4 avril 2010

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "ん".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "ん".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "ん".