Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Ship arriving too late to save a drowning witch

Frank Zappa › Ship arriving too late to save a drowning witch

6 titres - 34:18 min

  • 1/ No Not Now (5:50)
  • 2/ Valley Girl (4:50)
  • 3/ I Come from Nowhere (6:09)
  • 4/ Drowning Witch (12:03)
  • 5/ Envelopes (2:45)
  • 6/ Teen Age Prostitute (2:41)

enregistrement

UMRK Mobile, 1981-1982

line up

Arthur Barrow (basse), Roy Estrada (chant), Bob Harris (chant), Ed Mann (percussions), Tommy Mars (claviers), Bobby Martin (claviers, saxophones, voix), Patrick O'hearn (basse), Scott Thunes (basse), Steve Vai (parties de guitare impossibles), Chad Wackerman (batterie), Ray White (guitare, chant), Ike Willis (chant), Frank Zappa (guitare, chant), Moon Zappa (chant), Lisa Popiel (chant)

chronique

Styles
metal
rock
pop
Styles personnels
satirique

Ce nouvel album dresse, pour le moins, un constat très mitigé. Découpé en deux parties bien distinctes, "Ship Arriving too Late to Save a Drowning Witch" nous montre un Zappa en véritable méforme dans sa première partie, pour une suite de titres relativement plats qui se présentent comme des concessions à la tendance hard rock du moment - sans doute influencé par la présence de Steve Vai - avec "No Not Now", "Valley Girl", interprété par la fille de Zappa, Moon, et "I Come from Nowhere", pastiche peu convaincant de Devo. La seconde partie stigmatise, elle, la prétention jamais oubliée de Zappa à s'affirmer, avant toute chose, comme compositeur. La plage titre et, à sa suite, l'expéditif mais brillant "Envelopes" puis "Teen-Age Prostitute" font la part belle à la formation actuelle avec laquelle il écume alors les salles de concert, Scott Thunes et Chad Wackerman étant les dernières recrues en date. Virtuose, lyrique, mélodique et complexe, ces titres, parfois travestis dans des approches tantôt jazzy, tantôt rock ou parodique, peuvent être perçus comme des échos aux travaux titanesques accomplis en leur temps sur des titres tels que "Rdnzl" ou "Uncle Meat Main Theme". Bien que délibéré, ce choix quelque peu boiteux de vouloir mettre côte à côte hard rock perverti et musique concrète, n'enlève rien à l'intégrité d'un artiste qui représente, à lui seul, le refus systématique de toute forme de dogmes.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Ship arriving too late to save a drowning witch' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ship arriving too late to save a drowning witch"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ship arriving too late to save a drowning witch".

ajoutez une note sur : "Ship arriving too late to save a drowning witch"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ship arriving too late to save a drowning witch".

ajoutez un commentaire sur : "Ship arriving too late to save a drowning witch"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ship arriving too late to save a drowning witch".

Aladdin_Sane › jeudi 1 février 2018 - 21:32  message privé !

Je rejoins le concert de louanges des commentaires, un album bien moins catastrophique que ce que me laissait présager la chronique. "Drowning witch", quel titre quand même ! (Et puis j'aime beaucoup la pochette).

Note donnée au disque :       
SEN › samedi 30 août 2014 - 00:46  message privé !

Encore une note excessivement sévère à mon sens ! ah là là !!! ça manque de mesure tout ça cet album n'est pas si mauvais ! Je le trouve bien plus convaincant que Jazz from Hell par exemple ! Question de sensibilité probablement ! Le problème dans ses albums des années 80 c'est qu'il c'est complètement vautré sur le clavier, j'ai même du mal à comprendre comment un musicien comme Zappa a pu se laisser piéger comme ça !

Note donnée au disque :       
docteur.justice › mercredi 29 février 2012 - 18:43  message privé !

mauvaise chro de proggy. I came from nowhere delirant avec ses vocals et un terrible solo de vai, la 2 eme face, jamais zappa n'avait été si loin

Note donnée au disque :       
mercebel › dimanche 3 octobre 2010 - 18:07  message privé !

Pas mal celui là, des passages délirants, d'autres inspirés, d'autres un peu moins... une bonne surprise. Je le trouve bien meilleur que les Joe's garage et Man from utopia.

Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 12 octobre 2007 - 14:21  message privé !
pas le meilleur de zappa, mais trop sous-estimé malgré tout. la moitié des morceaux est terrible, mais un album qui sent trop les années 80 pour egaler les chefs-d'oeuvre de sa discocgraphie.