Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHJoe Henderson › Black Narcissus

Joe Henderson › Black Narcissus

  • 1976 • Milestone M-9071 • 1 LP 33 tours

cd • 6 titres • 40:09 min

  • 1Black narcissus 5:09
  • 2Hindsight and forethought 2:41
  • 3Power to the people 12:25
  • 4Amoeba 5:39
  • 5Good morning heartache 6:57
  • 6Other side of right 7:18

enregistrement

États-Unis et France, 19 octobre 1974 et avril 1975

line up

Jack Dejohnette (batterie), Pat Gleeson (Patrick Gleeson) (synthétiseur), Joe Henderson (saxophone ténor, claviers), Jean François Jenny-clark (contrebasse), Joachim Kühn (piano), Bill Summers (percussions), David Friesen (basse), Daniel Humair (batterie)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
fusion

Étrange album que celui-ci. "Black Miracle" était virtuellement le dernier disque que devait publier notre ténor pour le compte de Milestone. Mais des sessions enregistrées deux ans plus tôt entre New-York et Paris attendaient patiemment d'être divulguées, et aujourd'hui uniquement disponibles sur l'intégrale en huit cds des sessions de Joe Henderson pour le label. Sur ces six titres, on retrouve un Joe Henderson un peu plus inspiré que sur ses essais précédents, accordant une place de choix à la relecture d'une bonne partie du répertoire issu de son "Power To The People" auquel il semble tenir tout particulièrement. Et on le comprend. L'étrangeté de cet album vient aussi du fait qu'il n'ait pas été enregistré de manière classique, Henderson faisant intervenir percussionistes et claviéristes à posteriori en overdub au milieu de sessions qui le voyaient se frotter au pianiste allemand Joachim Kühn aux côtés de David Friesen et Daniel Humair. Du coup, l'album possède une couleur particulière, oscillant entre acoustique et expérimentations électroniques ("Hindsight and Forethought", "Amoeba") sur des compositions ayant toutes un certain cachet. Et, de fait, "Black Narcissus" ne ressemble à aucun autre album de Joe Henderson, si ce n'est peut-être "Black is The Colour", autre grand oublié. Un profond effet de réverbération sur le ténor pendant tout le disque accroît ce sentiment d'étrangeté mêlé à une certaine distance, instaurant un rapport glacé entre la musique et l'auditeur, à contre-courant donc de l'effet recherché. Et c'est précisément ce qui en rend l'écoute intéressante. Si individuellement chaque titres ne manquent pas d'atouts, l'ensemble a du mal à divulguer son côté pièce montée, lui faisant perdre quelques points sur l'autel de son appréciation.

note       Publiée le samedi 27 mars 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Black Narcissus".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black Narcissus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black Narcissus".