Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCMichel Colombier › L'héritier / L'alpagueur

Michel Colombier › L'héritier / L'alpagueur

cd | 23 titres

  • L'héritier
  • 1 L'héritier [3:33]
  • 2 Rêve [1:13]
  • 3 L'usine [1:58]
  • 4 Hôtel Lutetia / Kidnapping [1:50]
  • 5 L'héritier (partie 2) [2:42]
  • Le hasard et la violence
  • 6 Le hasard et la violence [3:45]
  • 7 Constance et Laurent [2:58]
  • 8 La baie [2:51]
  • 9 Violence et solitude [2:06]
  • 10 La mort [2:36]
  • L'alpagueur
  • 11 L'alpagueur [2:16]
  • 12 Suspense un [1:06]
  • 13 Alpagueur rapide [1:27]
  • 14 Suspense deux [1:33]
  • 15 Bossa Botola [0:53]
  • 16 L'épervier inquiet [1:55]
  • 17 Valse de l'épervier [1:56]
  • 18 Suspense trois [1:33]
  • 19 Poursuite rythmée [1:12]
  • 20 Suspense quatre [1:36]
  • 21 Souvenirs de l'épervier [1:43]
  • 22 L'alpagueur contre l'épervier [1:13]
  • 23 L'alpagueur final [2:43]

enregistrement

Entre 1973 et 1976.

line up

Claude Engel (guitare), Jannick Top (basse), Michel Colombier (piano, claviers, arrangements de cordes), Jean Schulteiss (batterie), Drupi (voix).

chronique

Michel Colombier, ou l'homme de l'ombre. Depuis ses fructueuses collaborations avec Gainsbourg ou Pierre Henry dans les années 1960 jusqu'au merveilleux "Talkie Walkie" de Air, en passant par, euh... Herbie Hancock, les Beach Boys, Bobby McFerrin, Jaco Pastorius ou Prince, entre beaucoup d'autres, il n'aura eu de cesse de ré-inventer et de remodeler le son de la pop moderne. Il a passé les trente dernières années de sa vie aux États-Unis, mais, surtout, il est révéré au Japon, ce qui fait toujours son petit effet (songez que là-bas, par exemple, il y a un groupe réputé qui se dédie corps et âme à défendre l'oeuvre de Pascal Comelade... Pascal Comelade !) Je m'en serais voulu de ne pas parler, outre ses rares projets solos déjà chroniqués, de quelques-unes de ses musiques de film, le bonhomme ayant été particulièrement productif en la matière. Et la décennie 1970, ici comme ailleurs, aura de quoi nous régaler. Les films de Philippe Labro dont il est question dans ce disque, médiocres pastiches de films de genre américains avec un Belmondo très ennuyeux dans son numéro habituel de cabotinage, ne doivent leur survie qu'à des rediffusions tardives sur des chaînes de télévision pour fatigués du bulbe. En revanche, je suis prêt à parier que la musique de Michel Colombier, elle, ravira les oreilles de nombreux mélomanes des générations futures. Parce que tout est là, en premier lieu dans ce bijou de B.O. qu'est "L'alpagueur" : ha, ces percussions tous flingues dehors, ce savant dosage d'arrangements classiques moëlleux qui viennent se greffer naturellement sur le reste, ce solo de guitare wah-wah démentiel dans le pont du thème principal, cette basse mordante. Et le malaise dans les cordes psychotiques, la valse de cirque inquiète de l'épervier... L'efficacité en peu de notes. Les rythmes hypnotiques. La primauté du travail sur le son. Nul doute que la musique électronique y aura aussi puisé. C'est tout aussi flagrant sur la "petite" B.O. de "Le hasard et la violence", son ouverture, du Air avant la lettre (si l'on excepte le chant insupportable), et sa clôture. La B.O. de "L'héritier", plus smooth, possède aussi ses charmes, avec sa guitare ogresse digne de "Shaft". À noter que quelques membres de Magma y jouent les requins de studio. Si le meilleur de Michel Colombier reste dans ses collaborations, il serait dommage de se priver de la réédition de ces petits bijoux. Les seventies ont encore de belles années devant elles.

note       Publiée le lundi 22 mars 2010

Dans le même esprit, Trimalcion vous recommande...

partagez 'L'héritier / L'alpagueur' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "L'héritier / L'alpagueur"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "L'héritier / L'alpagueur".

ajoutez une note sur : "L'héritier / L'alpagueur"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "L'héritier / L'alpagueur".

ajoutez un commentaire sur : "L'héritier / L'alpagueur"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "L'héritier / L'alpagueur".

Coltranophile › mercredi 24 mars 2010 - 12:45  message privé !

C'est vrai que ces B.O sont fort recommandables . Je ne serais pas aussi dur avec les films bien que Labro a vraiment un style poussif. Mais il y a un charme désuet pas vilain avec en plus des acteurs toujours sympa à voir comme Charles Denner dans L'Héritier et Cremer dans L'Alpagueur. C'est vraiment la période "Bebel" où se cotoie des films assez bons comme "Le Magnifique" ou "L'Incorrigible (même "Flic ou Voyou" est très drôle avec les dialogues d'Audiard, ) et des bouses comme "L'Animal" et ensuite les vraies catastrophes (Le Guignolo, Le Professionnel, Le Marginal, Le Solitaire). Mais ces deux-là sont pas irregardables (tout comme "Le Corps De Mon Ennemi")

Trimalcion › mercredi 24 mars 2010 - 03:55  message privé !
avatar

Détrompe-toi, je suis (enfin j'étais) un très grand fan de Bebel ! Mais j'aime son petit numéro quand il le fait dans des bons films, comme À bout de souffle, L'homme de Rio, Pierrot le fou, ou même Peur sur la ville. Parce que quand il le fait dans des films médiocres comme ceux-ci, bah ça en devient rance. Quant aux Japonais, oui c'est à double tranchant : ils aiment les meilleurs trucs et les pires ; je crois d'ailleurs que chez eux, il y a une sorte de "culte du mauvais goût" qui existe, ça porte même un nom particulier...

dariev stands › mardi 23 mars 2010 - 14:45  message privé !
avatar

+ 10 pour cette chro, Trimmy, j'espère que t'as d'autres Michel Colombier en besace !! Là, tu tapes dans le grenier aux merveilles... Honte à toi, cela dit, pour cette phrase assassine sur Belmondo. Tu as décidément bien trop bon goût, ça va pas du tout ;-) ... concernant Comelade, j'ai l'impression qu'il est un peu aussi célébré que Cousteau et le vin rouge à l'étranger, du genre Mythique. Y'a pas que les japonais, y'a pas longtemps je suis tombé sur une interview de Vic Chesnutt qui en disait du bien (il disait aussi que Dominique A c'était mieux que Sebadoh, hein...). En tout cas les Japs ont le chic pour révérer ce qu'on a de meilleur ici (même si ils sont aussi fans de kitscheries).