Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUndying Legacy › Tales of the newly bereaved

Undying Legacy › Tales of the newly bereaved

cd • 16 titres

  • 1Elegy of the romantic cadaver
  • 2Call for silence
  • 3The final hour of mystery
  • 4Lady Winter's untimely demise
  • 5The strange case of the girl in the cupboard
  • 6Not everything is as it seems
  • 7Beloved friend
  • 8Chants for the fallen
  • 9Destroyed disillusionment
  • 10Beneath the skin
  • 11Dance of the dead
  • 12Sombre joys
  • 13This feeling
  • 14Tragic
  • 15A beautiful savage
  • 16Requiem

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Corne (chant, guitare), William (guitare), Nic (basse)

remarques

www.undyinglegacy.co.uk

chronique

C'est avec plaisir (bien que le groupe ait splitté en 2005) que je vous présente Undying Legacy; déjà que deathrock et batcave ne sont pas les styles les plus répandus en Grande-Bretagne, voilà que ceux qui s'y essaient doivent souvent s'auto-produire et ne bénéficient pas d'une grande distribution. Et pourtant, voilà un sacrément bon disque. Il est certain que le trio a écouté Cinema Strange ('Lady Winter's untimely demise' emprunte à 'En hiver', à se demander si le titre n'est pas un clin d'oeil) et London after Midnight, Bauhaus aussi. Bien. Cela n'empêche pas les musiciens de transcender leurs influences pour produire quelque chose de personnel et ils y parviennent fort bien, tant dans les pièces les plus sombres (l'excellent 'A beautiful savage') que sur des chansons plus tranquilles ('Destroyed disillusionment'). La première chose à signaler est la qualité de la production: le son est vraiment bon, précis, le mixage maîtrisé; Undying Legacy semble très au clair quant aux atmosphères et sait tirer le meilleur d'une formule à deux guitares et une basse, le tout complété d'une programmation évitant toute forme de facilité (pas de 'poum tchak poum tchak' mais de vrais rythmes, des lignes de synthé complétant à merveille les ambiances des compositions). L'album est long et pourtant le groupe évite l'écueil de l'ennui en variant les climats, optant pour une orientation tantôt deathrock, tantôt plus batcave, s'essayant même à quelques passages ambient ('Beneath the skin'), sans perdre sa touche décadente et le jeu autour du théâtre macabre. Autant certaines pièces se distinguent par leur alternance de douceur et d'attaque de guitares, autant d'autres fonctionnent par leur touche répétitive ('This feeling'). Corne s'avère un bon chanteur dont le timbre, adapté aux ambiances batcave, ne sonne pourtant pas trop aigu, s'approchant même parfois de certaines formations gothic rock ('Dance for the dead'), d'où une palette émotionnelle plus large; qui plus est notre homme sait en user, tantôt posé, tantôt plus fou. Outre la diversité, ce disque se signale aussi par son efficacité mélodique; pas un seul des seize morceaux n'est réellement faible, les lignes sont toujours bonnes et ont quelque chose à offrir. Dire qu'un disque de cette qualité n'a jamais été distribué à grande échelle ! Corne a depuis lancé un nouveau projet, The Dead Society, avis aux amateurs.

note       Publiée le samedi 20 mars 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tales of the newly bereaved".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tales of the newly bereaved".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tales of the newly bereaved".

néantror › dimanche 21 mars 2010 - 18:43 Envoyez un message privé ànéantror

le nez du gothique de droite fait peur.