Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLiberty › The people who care are angry

Liberty › The people who care are angry

cd • 14 titres • 43:43 min

  • 1Do you care
  • 2Revolution time
  • 3Bought and sold
  • 4Diluted rebellion
  • 5Determine your destiny
  • 6Fuck off you junkie bastards
  • 7Revenge
  • 8Race for greed
  • 9Closer than a nightmare
  • 10Outro to nowhere
  • 11As fools rush in
  • 12Our voice is tomorrow's hope
  • 13Suffer no more
  • 14Wake up

enregistrement

Alaska Studios, Angleterre, 1986

line up

Mark W. (chant), Steve F. (chant), Graham C. (basse), Mick H. (guitare), Derek B. (batterie), Tony Cater (chant sur le titre 2), Shemy (piano), Pig Bag (cuivres et vents)

remarques

chronique

Styles
punk
Styles personnels
anarcho-punk

Bien que Liberty ne soit pas forcément le nom qui vienne en premier à l'esprit lorsque l'on parle d'anarcho-punk, leur album me paraît représenter toute la spécificité, la richesse et l'intérêt musical que l'on peut trouver sous cette étiquette. Derrière une pochette forte et une philosophie engagée, l'album surprend dès ses premières notes d'intro: piano (joué par un musiciens classique), saxophone, spoken word à deux voix...Inattendu pour un disque de punk, non ? Le second morceau ne dissipera pas la surprise puisqu'il s'agit d'une composition purement folk jouée à la guitare sèche par un artiste local, Tony Chater. Ce n'est qu'avec 'Bought and sold' que l'aspect punk explose enfin. Souvent comparé à Conflict, Liberty combine un aspect à la fois pêchu et mélodique et les ambiances sombres, voir mélancoliques ('Our voice is tomorrow's hope') expliquent que bien des goths old school goûtent à ce genre de musique ('Determine your destiny' a même un je ne sais quoi de UK Decay). Si dans la forme, l'écriture paraît assez classique, elle ne l'est pas tant que ça, notamment du fait que le groupe n'hésite pas à proposer des morceaux dépassant parfois les cinq, voir les six minutes, ensuite qu'il incorpore, selon les pièces, divers instruments tels que des cuivres (leur emploi inattendu mais judicieux confère à 'Revenge' une ambiance originale), des flûtes et clarinettes ('Closer than a nightmare'), sans oublier des collages (l'intro symphonique de 'As fools rush in'). Pour les amateurs de punk, rien à redire, ces éléments ne diluent en rien la musique et encore moins le propos, le titre et les textes sont sans équivoques, les musiciens de Liberty se sont toujours ris des barrières sociales ('There's an enemy and a fence that divides, which side are you on ?') et artistiques ('Nous voulions nous différencier en soulevant la conscience dans différents cercles. Cela n'a pas d'importance que vous écoutiez Crass, Conflict, Bob Marley, Grandmaster Flash ou Billy Bragg...tant que ce sont des chansons de protestation pour esprits révolutionnaires, un mouvement de pauvres gens du ghetto.'). Cette sincérité conduira le groupe, épuisé, lassé de prêcher aux même convertis de la même scène à splitter après le départ de Steve, son second chanteur, le disque à peine achevé. Pas question de trahir ses idéaux pour autant, Mark, l'autre vocaliste, voyagera, vivra dans une communauté rasta avant de devenir travailleur social. Toujours végétarien convaincu, il n'a cessé d'aimer le punk et de se rendre à des concerts. Pareil pour Mick, le guitariste, qui a repris contact avec ses anciens potes pour reformer Liberty mais dans une perspective différente...Le combo estime en effet que l'anarchie est un état d'esprit ('Lyrics first, music after') et non pas un concept enfermé dans un seul genre musical. Qui a dit que tous les punks s'étaient vendus ?

note       Publiée le lundi 15 mars 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The people who care are angry".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The people who care are angry".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The people who care are angry".

ericbaisons › mardi 16 mars 2010 - 16:07 Envoyez un message privé àericbaisons

mouais ça reste du second couteau, plus répétitif et moins surprenant que The Ex, Crass et consorts.