Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCarillon Del Dolore › Trasfigurazione

Carillon Del Dolore › Trasfigurazione

lp • 5 titres

  • 1Lontano
  • 2Dolore
  • 3Escono il coro e gli attori
  • 4Crimine di passione
  • 5La Fiaba

line up

Tommaso (chant), Paolo Taballione (guitare), Stefano di Cupis (basse), Francesco 'Gringo' Franco (batterie, percussions), Sergio Salaorni (orgue)

remarques

Les personnes sur la couverture sont Donatella Mei e Marina Lorenzi, soit le duo des Aspidi, qui se chargeront de performances lors des concerts ou pour le visuel du groupe.www.myspace.com/carillondeldolore
Edition vinyl claire limitée à 500 copies.

chronique

Si vous avez lu ma chronique de Rivolta dell'Odio, j'y parle d'une K7 tellement copiée que le son en était quasi inaudible qui, à la fin des 80's, nous fit prendre conscience qu'une vraie scène goth italienne existait. Outre Rivolta dell'Odio, le pote à la base de cette compilation maison avait enregistré le premier EP d'une formation baptisée Carillon del Dolore que j'ai tout de suite appréciée. Là où Rivolta dell'Odio déchaînaient passion noire et énergie, leurs compatriotes proposaient quelque chose de nettement plus lent et mélancolique. La face B étant enregistrée en premier, c'est avec 'Crimine di passione' que j'ai plongé dans leur univers...Basse molle, rythme au ralenti, quelques accords de guitare nocturnes, un synthé minimal et un chant lointain nous contant le désespoir d'un amant se lamentant sur le souvenir de son amour tué...Curieusement, le mixage a quelque chose de maladroit, les lignes sont simples et pourtant l'ambiance séduit. Point d'orgue lors de l'accélération du refrain, les guitares sonnent plus deathrock, le chant s'emballe : 'Sento la sua presenza, il suo respiro accanto a me; lei è la mia donna, lei è la mia donna !'. Ecorché et magnifique. 'La Fiaba' se veut plus rythmé, avec un son de percussion particulier sonnant comme certaines batteries électroniques des 80's; on reste malgré tout dans des ambiances nocturnes, brumeuses, quelque part entre la cold wave des Cure période 'Faith' et des tentations deathrock, le chant dans son halo faisant le reste. Le rendu de la langue italienne participe pleinement à l'efficacité de ces atmosphères opaques. La face A poursuit dans le même feeling, le groupe prend son temps développe ses climats (en dehors de 'Dolore', les morceaux dépassent les sept minutes), installe des tempi lents, accélère, démultiplie ses notes de guitare comme des gouttelettes froides se changeant en brouillard...Spleen, peur, rêves...'Escono il coro e gli attori', pas de place pour la révolte, le ton est résigné, il faut trouver un refuge ailleurs pour changer cette peine en rêve...Un brin longuet mais un plaisir intact vingt ans après...Loin de la foule en délire.

note       Publiée le dimanche 14 mars 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trasfigurazione".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trasfigurazione".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trasfigurazione".

Shelleyan › samedi 9 novembre 2013 - 14:08 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Exact, il faut d'ailleurs que je me bouge pour la chroniquer...

novy_9 › samedi 9 novembre 2013 - 14:02 Envoyez un message privé ànovy_9

Il y a une très belle réédition "Al Nostro Contempo" de ce lp sous forme de double cd par Spittle Records qui contient sur le second cd l'album "Capitolo IV" de leur side project Petali Del Cariglione tout aussi indispensable.

Note donnée au disque :