Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Orchestral favorites

Frank Zappa › Orchestral favorites

5 titres - 33:54 min

  • 1/ Strictly Genteel (7:03)
  • 2/ Pedro's Dowry (7:41)
  • 3/ Naval Aviation in Art? (1:22)
  • 4/ Duke of Prunes (4:20)
  • 5/ Bogus Pomp (13:28)

enregistrement

Royce Hall, Los Angeles, septembre 1975

line up

Terry Bozzio (batterie), Dave Parlato (basse), The Ucla Symphonic Orchestra (The Royal UCLA Symphony Orchestra), Frank Zappa (guitare), Michael Zearott (chef d'orchestre), Emil Richards (percussions)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
expérimental

Dernier volume des déboires qui liait Zappa à Warner, "Orchestral Favorites", dans son agencement, est aussi le plus ambitieux des disques issus de ce tir groupé. Là où Zappa voulait confronter les musiques d'un genre différent pour alterner les contrastes, l'optique de Warner fut à son strict opposé, décidant de les maintenir et de les isoler. Ainsi, cette nouvelle livraison passe pour le travail, sans doute, le plus sérieux que Zappa nous ait livré, dénué de cette trace d'humour à laquelle il nous avait pourtant habitué. À part "Duke of Prunes", seul titre où Zappa s'illustre à la guitare, les quatre autres morceaux, de "Strictly Genteel" au très exigeant "Naval Aviation in Art ?", marchent sur les plates bandes des musiques contemporaines, un genre avec lequel Zappa a flirté depuis le début, et que ses tentatives successives, mais toujours infructueuses, de voir ses œuvres jouées par un grand orchestre, laissent ce dernier avec un sentiment de frustration immense qui n'est pas prêt d'être résorbé. Il faudra attendre 1996, trois ans après sa disparition, pour que ses héritiers décident de publier le coffret "Läther" de la manière la plus fidèle possible aux vœux pieux du père.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Orchestral favorites' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Orchestral favorites"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Orchestral favorites".

ajoutez une note sur : "Orchestral favorites"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Orchestral favorites".

ajoutez un commentaire sur : "Orchestral favorites"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Orchestral favorites".

Aladdin_Sane › vendredi 30 août 2019 - 19:07  message privé !

Dernière sortie du label Zappa Records, une édition 40ième anniversaire de cet album avec moult bonus. Joie pour ceux aiment le côté "musique contemporaine" de l'artiste.

Note donnée au disque :       
spock27 › samedi 19 juillet 2008 - 14:12  message privé !
j'avoue que j'ai commencé à apprécié Frank Zappa par ce côté instrumental d'ailleurs. même aujourd'hui, je m'essaye à écouter ces morceaux avec vocaux et ces délires dans les dialogues et dans ces paroles me rebutent encore; disons que son humour est un peu trop spécial. si tu dis que c'est sur le triple CD LÄTHER, je l'ai et c'est du tout bon. jamais entendu ce disque-là et heureusement car 33 minutes, ça m'aurait fait mal quand même. LÄTHER par contre, c'est du tout bon. la famille Zappa a fait du bon boulot. c'est quand que vous chroniquez le dernier TRANCE qui n'est pas si récent d'ailleurs. c'est pas mal, c'est bourré de solos comme GUITARS et SHUT UP et c'est tout aussi bon :) alain
JM.33 › lundi 23 octobre 2006 - 17:59  message privé !
Je trouve que ce disque est un bonne introduction à la musique contemporaine, avec de bonnes compositions. Et pour du millesime 1975 c'est quand même de bon niveau! Et FZ à trouvé en Parlato et Bozzio (Italian Connection???) ;-) de très bons alter ego au niveau interprétation.
Note donnée au disque :       
dju21 › mercredi 10 septembre 2003 - 16:34  message privé !
Dommage que Naval Aviation In Art? soit aussi court. J'adore le mettre pour mettre mal à l'aise mes potes! Superbe version de Duke Of Prunes. Cet album ne fait pas tache dans la discographie qui s'était déjà essayé à la musique contemporaine sur Freak Out. Ses progrès sont indéniablessur cet album somptueux et varié que Bogus Pomp cloture et résume très bien.
Note donnée au disque :