Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Studio tan

Frank Zappa › Studio tan

4 titres - 39:05 min

  • 1/ The Adventures of Greggery Peccary (20:32)
  • 2/ Revised Music for Guitar and Low-Budget Orchestra (7:36)
  • 3/ Lemme Take You to the Beach (2:44)
  • 4/ RDNZL (8:13)

enregistrement

1974-1976

line up

Max Bennett (basse), Don Brewer (bongas), George Duke (piano électrique, chant), Bruce Fowler (trombone), Tom Fowler (basse), Paul Humphrey (batterie), Eddie Jobson (claviers), Davey Moire (chant), Chester Thompson (batterie), Ruth Underwood (under), James "bird Legs" Youman (basse), Frank Zappa (guitare, chant)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
satirique > expérimental

Le second album à paraître, dépouillé de son propriétaire, est le nommé "Studio Tan", dont l'horrible pochette, comme celle des deux autres à venir, "Sleep Dirt" et "Orchestral Favorites", est signée de la main de Gary Panter. L'album est constitué, une fois encore, d'un matériel de tout premier ordre qui fait d'autant plus regretter que Zappa ait, en quelque sorte, été écarté du projet. "The Adventures of Greggery Peccary", d'approximativement vingt minutes, et qui aurait dû, à l'origine, clore le coffret "Läther", ouvre ici l'album où l'on se plaît à reconnaître une version encore plus aboutie de ce qu'était déjà l'imposant "Billy the Mountain" en 1972. L'interaction entre la musique et le récit fonctionne à merveille et l'humour est omniprésent. De toute évidence, les bandes écumées ici proviennent de travaux enregistrés entre 1974 et 1976, où Zappa s'essayait à diverses formules avant de reconstituer sa dernière mouture des Mothers. D'ailleurs, c'est sans surprise que l'on retrouve ici des noms connus comme ceux de Ruth Underwood, Chester Thompson ou George Duke, les trois en toute grande forme pour l'interprétation du mythique "Rndzl" qui faisait les beaux jours des Mothers en concert. "Revised Music for Guitar and Low-Budget Orchestra" réintègre les membres de la large formation qui l'accompagnait déjà sur "Lumpy Gravy" pour un résultat néo contemporain qui s'illustrera d'avantage sur "Orchestral Favorites". Le carré d'as se complète par un extrêmement parodique "Lemme Take You to the Beach", enregistré en compagnie d'Eddie Jobson, dans le plus pur style de ce que l'on a pu entendre sur "Zoot Allures".

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Studio tan" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Studio tan".

notes

Note moyenne        11 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Studio tan".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Studio tan".

DukeOfPrunes › vendredi 26 janvier 2018 - 09:08 Envoyez un message privé àDukeOfPrunes
avatar

Ce disque mérite-t-il un concert de louanges, je ne sais pas, mais je l'avais acheté une misère à quelqu'un qui détestait la pochette et clairement, tant pis pour cette personne, car c'est effectivement un bon (voire très bon) Zappa. Le problème, comme souvent avec les grands artistes, c'est qu'il faut hiérarchiser un minimum... alors 4 boules :)

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 25 janvier 2018 - 22:19 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Je rejoins les commentaires précédents, il est excellent cet album (surtout la face 2).

Note donnée au disque :       
mercebel › dimanche 3 octobre 2010 - 18:36 Envoyez un message privé àmercebel

Un excellent disque, tellement plus réussi dans le style que certains de ses prédecesseurs, et puis cette pochette a le mérite de nous faire parler !!! Il n'y a vraiment que lui qui peut se le permettre. Un des grands zappa.

Note donnée au disque :       
Tango Mago › mercredi 25 avril 2007 - 13:52 Envoyez un message privé àTango Mago
Le condensé d'une décennie zappienne.
Botherhood › mardi 24 avril 2007 - 21:40 Envoyez un message privé àBotherhood
Pourquoi vous acharner sur cette pochette, que je trouve absolument géniale, vulgaire comme il le faut, et bien ordurière ? "Studio Tan" me fait péter de rire, et c'est son côté excessif, ridicule, vulgarisateur qui renferme en lui des compositions surprenantes de beauté, où l'on retrouve des ambiances dignes de Stravinsky.
Note donnée au disque :