Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGPeter Gabriel › Scratch My Back

Peter Gabriel › Scratch My Back

cd | 12 titres | 53:41 min

  • 1 Heroes [4:11]
  • 2 The boy in the bubble [4:29]
  • 3 Mirrorball [4:50]
  • 4 Flume [3:02]
  • 5 Listening wind [4:24]
  • 6 The power of the heart [5:53]
  • 7 My body is a cage [6:14]
  • 8 The book of love [3:54]
  • 9 I think it's going to rain today [2:36]
  • 10 Après moi [5:15]
  • 11 Philadelphia [3:47]
  • 12 Street spirit (fade out) [5:06]

enregistrement

Air Lyndhurst Studios, Real World Temple, Angleterre, 2009

line up

Melanie Gabriel (voix), Peter Gabriel (chant, claviers), John Metcalfe (arrangements), Tom Cawley (piano), Jason Rebello (piano), The London Scratch Orchestra (orchestration)

remarques

http://www.petergabriel.com

chronique

Styles
pop

Peter Gabriel est un menteur. Cela fait deux décennies maintenant qu'il nous promet un album de reprises soul, voulant ainsi rendre hommage à Otis Redding, Sam Cooke, Eddie Floyd et consorts, chose qui a pourtant été déjà faite maintes et maintes fois par des artistes comme Bryan Ferry ou le regretté Robert Palmer. Et maintenant que nous y sommes, maintenant que nous sommes au pied du mur pour décortiquer ce "Scratch My Back" cathartique, force est de constater que l'archange n'a pas tenu parole. Peter Gabriel est un menteur. À l'opposé d'un David Bowie qui a toujours mis en avant sa curiosité et son intérêt pour les musiques qui l'entourent, véritable catalyseur capable d'absorber du Pixies ou du Trent Reznor, Gabriel, lui, s'est toujours défendu de traîner l'oreille sur les dernières nouveautés, les dernières tendances, par manque de temps. Pourtant, plus de la moitié du répertoire inclus dans son nouvel exercice de style ne fait que cela ; s'attarder sur des formations actuelles, bien que tout de même en marge de toutes convenances. Le Gab’, à la soixantaine rugissante, opte pour un décorum extrêmement épuré : seule une orchestration confiée aux bons soins de l’ex-Durutti Column, John Metcalfe, vient donner le change à la voix de notre anglais, toujours aussi expressive, comme cherchant à se briser sur des rivages inconnus. Avant d'autopsier les compositions de la nouvelle garde, Gabriel s'attaque aussi aux références : le "Heroes" de Bowie, on en parlait, transfiguré, mais qui n'est pas sans évoquer l'essai de Philip Glass, du Paul Simon, du Lou Reed, du Neil Young, du Randy Newman ... Plus intriguant, il viste les complaintes anti-folk de Regina Spektor ou de Bon Iver que beaucoup découvriront sans doute avec cette magnifique chanson qu'est "Flume". Elbow passe à a moulinette, mais Radiohead aussi, avec une version de "Street Spirit (fade out)" encore plus déprimante que l’originale mais surtout, méconnaissable. Tout cela fleure bon la prostration catatonique. Car "Scratch My Back" s’avère être un album pour le moins cafardeux. Et même si égratigner la sincérité de notre homme est chose délicate, on ne peut s'empêcher de penser que ce nouveau disque ne lui serve de levier pour tenter d'acquérir une nouvelle prestance auprès du plus grand nombre.

note       Publiée le samedi 6 mars 2010

partagez 'Scratch My Back' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Scratch My Back"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Scratch My Back".

ajoutez une note sur : "Scratch My Back"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Scratch My Back".

ajoutez un commentaire sur : "Scratch My Back"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Scratch My Back".

PechMayneau › vendredi 26 juin 2015 - 22:26  message privé !

Quand l'Ange rejoint le Diable !

Note donnée au disque :       
Ramon › dimanche 7 juillet 2013 - 15:53  message privé !

Mouais....

Note donnée au disque :       
ellington › mercredi 8 septembre 2010 - 17:07  message privé !

En 77 , sur la grande scène de la fète de l'huma , Gabriel jouait beaucoup de reprises , parcequ'il n'avait pas assez de chansons originales pour faire un set complet . Pendant 10 minutes , il avait fait dansé les cinquante mille spectateurs , militants communistes inclus , avec le " I heart it through the grapevine " de Marvin Gaye . Même ma trés sérieuse mère , qui était là seulement pour surveiller ses petits , dansait comme une gamine de 13 ans , son cornet de frites à la main ! Je me suis dit : wow , le pouvoir de ce type ! 30 ans après , son disque de reprises est bien plus morose , mais trés bien . Le temps des innovations est terminé , mais un doux déclin comme ça , c'est parfait pour moi .

Note donnée au disque :       
Jujubonu › mardi 7 septembre 2010 - 20:20  message privé !

Si cet album peut laisser perplexe, il n'en est pas moins majeur. A l'aube d'un siècle ou seul les apparences ont force de loi, Gabriel nous offre un album profondément personnel, teinté de tristesse et d'amertume, mais qui est avant tout le résultat d'une réflexion sur soi, sur soin passé, sur ses valeurs. Ce fait est d'autant plus interpellant qu'il utilise les textes écrits par d'autres pour mieux nous parler... de lui. Il est clair que cet album ne peut plaire à tout le monde, il demande, voire exige, de la part de l'auditeur beaucoup de concentration et un état d'esprit particulier pour être apprécié. Gabriel nous rappelle ici que la musique est aussi, aux côtés du divertissement et du plaisir, un Art et que l'Art est le support de l'artiste pour exprimer toutes ses espérances... et ses désillusions. Ne nous y trompons pas, il n'y a rien ici de gratuit ou d'aventureux, pas d'effets de manche, il s'agit simplement d'un disque destiné à évacuer ce que le coeur renferme. Modestement, Jujubonu

LANARPHABETE › lundi 22 mars 2010 - 10:17  message privé !

"album cafardeux" ? J'y vois davantage de beauté que de cafard savamment orchestré, mais qu'importe. Scratch est un album déroutant et j'avoue avoir dû m'y mettre à quatre reprises avant d'y trouver du..plaisir... eh oui, du plaisir, un comble compte tenu de la noirceur du "truc". Beauté car les mélodies sont belles, beauté car l'ambiance qui y domine se fait sans compromission aucune. J'ai du mal à noter une telle oeuvre (d'ailleurs de quel droit ?), par contre je donne un zéro pointé aux tarifs proposés par le Gab quant à ses concerts. Et puis, franchement, un concert à Bercy .... Autre zéro pointé.

En résumé : un album déroutant et beau mais loin, bien loin, de l'inventivité et du génie du 4ème ou de l'absolu génie de the last temptation de qui vous savez.