Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRTerje Rypdal › S/t

Terje Rypdal › S/t

  • 1971 • Ecm ECM 1016 • 1 CD

cd • 5 titres • 43:03 min

  • 1Keep it like that / Tight 12:19
  • 2Rainbow 7:09
  • 3Electric fantasy 15:36
  • 4Lontano II 3:15
  • 5Tough enough 4:44

enregistrement

Arne Bendiksen Studio, Oslo, Norvège, 12 et 13 août 1971

line up

Jon Christensen (batterie), Jan Garbarek (saxophone soprano), Inger Lise Rypdal (chant), Terje Rypdal (guitare), Eckehard Fintl (hautbois, english horn), Bobo Stenson (piano électrique), Tom Halversen (piano électrique), Bjornar Andressen (basse), Arild Andersen (contrebasse)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
jazz électrique

La mode est au tout électrique. Et quand Terje Rypdal débarque chez ECM fin de l'année soixante-dix, il ne sait pas encore qu'il vient de trouver sa maison. Mieux : il fait partie des rares artistes du label qui auront permi à celui-ci de forger son esthétique. Cet album éponyme marie les tendances de l'époque aux aspirations du guitariste. Le timing est impeccable ; lui qui vient du rock pourra donc sans peine nous apporter son propre éclairage sur un langage qui cherche à articuler ses premiers mots. "Keep It Like That" est l'enfant du Miles de "In A Silent Way" et "Bitches Brew" : un agencement de l'espace aspiré par le vide où résonnent les échos lointains d'un clavier et d'une guitare alors que basse et batterie s'évertuent à ancrer dans le sol par un beat appliqué mais fuyant ce vaste décor qui se sent pousser des ailes. Plus loin dans l'exposition du thème, Rypdal entre en force avec une guitare dissonante et vicieuse qui éclaire notre visage d'un rictus heureux d'entendre ainsi le ciel se fendre. "Rainbow" est plus énigmatique encore ; brumeux, inquiétant, le soprano qui en survole le paysage fait entendre sa voix aux côtés de percussions délétères et d'une contrebasse dont les cordes se crispent à la limite de la rupture. Envoûtant. "Electric Fantasy" ouvre la seconde face sur un énoncé devenu familier. La ballade est plus longue que prévue, la tension palpable grâce notamment aux vocalises de la soeur de Rypdal, Inger Lise. Il faudra attendre le dernier tiers de son développement pour que le guitariste nous décoche à nouveau avec maestria un solo bien peu académique, venant ainsi perturber ce parcours faussement paisible qu'on aura traversé tout de même en longeant les murs, toujours sur nos gardes. La brève pause pour guitare électrique de "Lontano II" nous guide ensuite assez rapidement vers la porte de sortie et un "Tough Enough" mêlant habilement exposé contemplatif et tempo upbeat, précédant de quelques années les contours funky d'un disque racé comme "A Tribute to Jack Johnson".

note       Publiée le dimanche 21 février 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".