Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Over-nite sensation

Frank Zappa › Over-nite sensation

7 titres - 34:25 min

  • 1/ Camarillo Brillo (3:59)
  • 2/ I'm the Slime (3:34)
  • 3/ Dirty Love (2:58)
  • 4/ Fifty-Fifty (6:09)
  • 5/ Zomby Woof (5:10)
  • 6/ Dinah Moe Humm (6:01)
  • 7/ Montana (6:35)

enregistrement

Paramount Studio, Bolic Sound Studio et Whitney Studio, Los Angeles, USA, avril 1973

line up

Alex Dmochowski (basse), George Duke (synthétiseur, piano électrique, chant), Bruce Fowler (trombone), Tom Fowler (basse), Ralph Humphrey (batterie), Sal Marquez (trompette), Jean-luc Ponty (violon), Ian Underwood (clarinette, flûte, saxophones, claviers), Ruth Underwood (percussions, marimba, vibraphone), Frank Zappa (guitare, claviers, voix), Riky Lancelotti (chant), Kin Vassy (chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
rock
pop
Styles personnels
fusion funk

Si l'aventure "Grand Wazoo" fit l'objet d'une grande satisfaction, l'exigence d'interprétation qui demandait des exécutants capables de les jouer en refroidit plus d'un. Ainsi, le départ le plus symptomatique que Zappa devra essuyer sera celui d'Aynsley Dunbar, parti poursuivre sa route, tantôt aux côtés d'Alice Cooper, tantôt aux côtés de David Bowie. Pourtant, Zappa va prendre tout le monde à contre courant en reconstituant une troisième et ultime version des Mothers, et sans conteste, sa plus déterminante. Voulant sciemment renouer avec un discours plus grand public, tout en gardant les éléments clés de ses dernières productions, Zappa fait à nouveau appel à des techniciens hors pairs sans lesquels sa musique ne pourrait pas voir le jour ; aux côtés des désormais habitués George Duke, Ian Underwood, et son épouse, Ruth (enfin partie intégrante du groupe), Zappa rappelle Jean-Luc Ponty et réquisitionne Sal Marquez auxquels il joint les frères Fowler, Bruce et Tom, qui débaucheront avec eux le batteur Ralph Humphrey. Tout ce beau monde est réuni pour un premier baptême de feu en se produisant en concert dès février 1973, et c'est quatre mois plus tard que sera publiée leur première trace discographique, "Over-Nite Sensation". Sur ce disque, Zappa réussit la gageure de réconcilier son public, toute période confondue, en faisant la synthèse parfaite de tout ce qui l'a amené jusqu'ici. "Zomby Woof" et "Montana" concilient complexité d'écriture et efficacité, "I'm the Slime" réintroduit l'aspect le plus contestataire de Zappa en un pamphlet ouvertement anti crétinisation de masse via le media télévisuel, et "Dinah-Moe Humm" montre que rien n'a dissuadé Zappa de parler de sexe, de la manière la plus salace qui soit, sur le beat d'un funk groovy proprement irrésistible. Virtuose sans être démonstrative, la musique de ces nouveaux Mothers semble avoir trouvé le mode d'expression idéal qui permet de réunir tout le monde autour du même disque et où chacun y trouvera son compte. Ce savoureux mélange, proprement inclassable, de rock, de jazz et de funk (avec la participation exceptionnelle des Ikettes), devient, en quelque sorte, la marque de fabrique de Zappa qui ne s'embarrasse plus, désormais, de chanteurs trouble-fête puisqu'il décide d'assumer seul ce poste, de sa voix profonde et goguenarde.

note       Publiée le jeudi 25 avril 2002

partagez 'Over-nite sensation' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Over-nite sensation"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Over-nite sensation".

ajoutez une note sur : "Over-nite sensation"

Note moyenne :        31 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Over-nite sensation".

ajoutez un commentaire sur : "Over-nite sensation"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Over-nite sensation".

Dun23 › dimanche 10 avril 2016 - 10:35  message privé !

Je te suis, moi non plus, j'ai pas accroché au départ, et puis, et puis...

boumbastik › vendredi 8 avril 2016 - 21:03  message privé !

Contrairement à One Size, je n'arrive pas à entrer dans icelui. Il a un côté irritant et désagréable (mis à part Camarillo Brillo, tout en coolitude mélodique) que je ne suis pour l'instant pas parvenu à dompter.

Dun23 › lundi 31 août 2015 - 13:40  message privé !

Celui là est un peu un grower pour moi, pas immédiat contrairement à d'autres qui ont suivi mais il se pose aussi quand même méchamment.
Ouais, je suis dans ma période Zappa.

Sirius › jeudi 1 août 2013 - 10:26  message privé !

Zappa, je m'y mets doucement et je trouve celui-ci plus difficile d'accès que Hot rats car plus pop dans le format et laissant une part plus importante au chant. Mais au fil du temps j'ai appris à l'aimer, il est truffé de passages d'anthologie (rarement entendu un début de solo de gratte aussi violent que "Fifty-fifty") et on se délecte de la verve de Frankie ("I'm the slime" et "Dinah-Moe Hum" haha).

Note donnée au disque :       
karaboudjan › mercredi 12 juin 2013 - 13:40  message privé !

Après ce déferlement de louanges, je voudrais tenter un avis le plus objectif possible : UN PUTAIN DE BON ALBUM.

Note donnée au disque :