Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOrigin › Antithesis

Origin › Antithesis

cd • 10 titres • 42:10 min

  • 1The aftermath04:39
  • 2Algorithm03:32
  • 3Consuming misery04:06
  • 4Wrath of Vishnu04:44
  • 5Finite03:08
  • 6The appalling02:55
  • 7Void00:40
  • 8Ubiquitous05:34
  • 9The beyond within03:20
  • 10Antithesis09:32

line up

John Longstreth (batterie), James Lee (chant), Paul Ryan (guitares), Jeremy Turner (guitares), Mike Flores (basse)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
brutal death metal technique... et bon !

Vous commencez un peu à me connaitre après toutes ces années, je ne suis pas forcément le mieux placé pour parler de brutal death metal technique américain et vous n'auriez pas tout à fait tort... Mais vous me connaissez aussi, j'en fais qu'à ma tête ! Bref, Origin, j'ai découvert lors d'un petit festival de metal extrême de type "moderne" en Allemagne il y a 2 ans. J'avais juste entendu parlé rapidement de ce groupe et je me suis dit que j'allais les voir pendant 10 minutes histoire de me faire une idée de leur musique. Et en fait, je suis resté tout leur set ! Je ne suis pas fan du style, je ne connais pas du tout leurs précédents albums. Après ce festival, je me suis dit qu'à l'occasion, je pourrais toujours prendre un de leur disque pour avoir un petit aperçu de leurs galettes et aussi accessoirement d'avoir un petit "souvenir" de ce concert bien sympathique. C'est bien simple, leur puissance et leur bourrinage intempestif étaient absolument phénoménal avec une présence scénique et une aisance bluffante. John Longstreth, à la batterie - ex-Angelcorpse tout de même, était extraordinaire ! Tellement bon, que pas mal de membres d'autres groupes se plaçaient sous le bord de la scène pour admirer son style d'un dextérité et d'une puissance inébranlables ! Sur cet "Antithesis", leur dernier album à ce jour, c'est un peu ça qui ressort. Sur les quarante minutes que dure le disque, il n'y a pas une seule seconde de répit, c'est d'un densité rarement atteinte, mais en plus, il y a d'excellentes transitions et autres breaks. James Lee est un monstre au chant et les guitaristes balancent des solos et riffs bien furieux et surtout vraiment bien adapté à l'univers d'Origin. Parce qu'il faut bien parler de leur imagerie bien particulière, très axée sur la science-fiction et l'espace. Origin, c'est un peu la bande sonore d'un Alien en pleine folie furieuse de charcutage d'humains qui se seraient perdus dans un planète éloignée et inconnue... A ce titre, le livret est très réussi et classieux. De plus, musicalement, malgré le chaos sonore quasi-ininterrompu, l'ambiance futuriste est partout présente avec quelques très légères touches de claviers bien moderne qui collent parfaitement à l'ambiance générale dégagée par le disque. Voilà donc pour moi un album bien furieux que je trouve artistiquement totalement réussi et d'une efficacité à toute épreuve. A mettre à fond pour vous calmer !

note       Publiée le samedi 13 février 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Antithesis" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Antithesis".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Antithesis".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Antithesis".

Eliphas Envoyez un message privé àEliphas

Bordel, cet album dévisse la tête! C'est ultra rapide, brutal et malgré ça, grâce à une production bien espacée et bien équilibrée, tout à fait audible. Longstreth est un batteur extrême phénoménal. Niveau guitare, c'est la tendinite assuré pour la plus part des gratteux qui tenterait de reproduire ce déluge de notes. Le booklet est carrément en cool en plus. Un must!

Note donnée au disque :       
Richter Envoyez un message privé àRichter

Personne pour chroniquer le petit dernier qui fait mal entre et derrière les oreilles ?

spluuk Envoyez un message privé àspluuk

Vraiment pas le meilleur.

Echoes of Decimation et Informis Infinitas Inhumanitas ont plus de "feeling dans la bourinitude" selon moi.

Akerfeldt Envoyez un message privé àAkerfeldt

Enfin une chronique de cette petite perle ! Bien résumé ce qu'est ce disque !

Potters field Envoyez un message privé àPotters field

dans le genre et aussi avec jason longstreth, je prefere dim mak, que powa avait chroniqué ici si je me souviens bien.